Rechercher
Rechercher

Politique - Aïn el-Héloué

Le nouveau chef de la sécurité palestinienne accuse Daech d'avoir assassiné son prédécesseur

Une réunion décidera si les familles déplacées pourront revenir, indique Abou Ayad el-Chaalane dans une interview exclusive à L'Orient-Le Jour.

Le nouveau chef de la sécurité palestinienne accuse Daech d'avoir assassiné son prédécesseur

L'entrée-nord du camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué, au Liban-sud. Photo Mountasser Abdallah

Abou Ayad el-Chaalane, le nouveau chef de la sécurité affilié au Fateh dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué (Liban-Sud), a affirmé mercredi à L'Orient-Le Jour que l'islamiste Bilal Badr, "qui travaille avec Daech" (acronyme arabe du groupe État islamique) est derrière l'assassinat de Abou Achraf al-Armouchi, son prédécesseur, tué dimanche dans le camp.

Aïn-Héloué, le plus grand  camp de réfugiés palestiniens du Liban, est en proie à des affrontements armés depuis samedi entre des factions islamistes et le Fateh, retranché dans le quartier de Baraksat près de l'entrée-nord du camp. Un cessez-le-feu avait été annoncé lundi soir, mais il a été violé à plusieurs reprises.

Abou Ayad el-Chaalane, nouveau chef de la sécurité affilié au Fateh dans le camp de Aïn el-Héloué, dans son bureau le 2 août 2023. Photo Mountasser Abdallah

Dans un entretien exclusif accordé dans le camp de Aïn el-Héloué, Abou Ayad el-Chaalane affirme que "le calme n'est pas encore revenu" et qu'une réunion se tiendra prochainement pour décider du possible retour des familles déplacées. Environ 350 familles ont fui les combats et se sont rendues à Saïda, près du camp.

Un acte de vengeance

Le responsable sécuritaire palestinien accuse "l'extrémiste Bilal Badr et sept de ses hommes, qui travaillent avec Daech, d'avoir assassiné Abou Achraf al-Armouchi et ses camarades". Quatre gardes du corps de l'ancien responsable ont également été tués dimanche dans une embuscade. "Nous avons des preuves de cela, et nous les présenterons au comité d'enquête dont la formation a été décidée mardi", poursuit le nouveau chef de la sécurité. "Nous insistons pour que les tueurs soient livrés", a-t-il souligné.

Lire aussi

En infographies : les camps palestiniens au Liban

"Le but de l'assassinat est de compromettre la sécurité à Aïn el-Héloué et de se venger d'Abou Achraf al-Armouchi, car il était présent dans nombre de batailles contre les terroristes", poursuit son successeur. "C'est lui qui a chassé Bilal Badr du quartier de Tiré il y a plusieurs années, le poussant à se réfugier ailleurs dans le camp". Selon lui, les groupes terroristes en question résident dans le quartier de Tawari' et sont composés de Palestiniens, de Syriens et de Saoudiens, entre autres.

Bilal Badr est de longue date le dirigeant d'un groupe palestinien islamiste à Aïn el-Héloué. En 2018, il avait annoncé à ses partisans qu'il était désormais installé en Syrie pour combattre le régime syrien dirigé par le président syrien Bachar el-Assad. Il était avant cela protégé par Osbat el-Ansar, un groupe d'obédience salafiste jihadiste implanté dans le camp de Aïn el-Héloué.

"Ils commettent encore des violations"

"Au Fateh, nous avons compté sept morts et 45 blessés", indique Abou Ayad el-Chaalane. Il ajoute que des dégâts matériels importants, notamment dans les habitations, ont été recensés.

Selon un bilan daté de lundi de l'Unrwa, l'agence de l'ONU chargée des réfugiés palestiniens, les combats ont fait 11 morts et une quarantaine de blessés.

Éclairage

Affrontements de Aïn el-Héloué : un timing qui interroge

"Le calme n'est pas encore revenu dans le camp. Ils commettent encore des violations et tirent des coups de feu de temps à autre", poursuit-il. Quant au retour des familles déplacées, une réunion aura lieu pour décider ou non de les rappeler dans le camp.

Cérémonie à Rachidiyé

Une cérémonie d'hommage est par ailleurs prévue aujourd'hui mercredi à 18h pour la mémoire d'Abou Achraf al-Armouchi. Cette cérémonie se déroulera dans le camp de Rachidiyé, près de Tyr (Sud). Elle est organisée à l'initiative de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine), dont le Fateh fait partie.

Aïn el-Héloué abrite plus de 54.000 réfugiés palestiniens enregistrés, qui ont été rejoints ces dernières années par des milliers d'autres fuyant le conflit civil en Syrie. Ce camp densément peuplé est régulièrement le théâtre de fusillades et d'affrontements, soit en raison de différends personnels, soit à cause de tensions entre diverses factions palestiniennes. Les accrochages survenus depuis samedi sont les plus meurtriers depuis plusieurs années.

Abou Ayad el-Chaalane, le nouveau chef de la sécurité affilié au Fateh dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué (Liban-Sud), a affirmé mercredi à L'Orient-Le Jour que l'islamiste Bilal Badr, "qui travaille avec Daech" (acronyme arabe du groupe État islamique) est derrière l'assassinat de Abou Achraf al-Armouchi, son prédécesseur, tué dimanche dans le camp....

commentaires (4)

La cause palestinienne n existe plus et ne nous implique pas ni de près ni de loin

Robert Moumdjian

05 h 47, le 03 août 2023

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • La cause palestinienne n existe plus et ne nous implique pas ni de près ni de loin

    Robert Moumdjian

    05 h 47, le 03 août 2023

  • Sans commentaire.

    Mohamed Melhem

    22 h 00, le 02 août 2023

  • C'est dans les camps que se confirme ce que nous savions deja : Le Hezb et Daech sont allies. Ils sont issus de la meme matrice. Celle des fanatiques bornes et assassins.

    Michel Trad

    19 h 22, le 02 août 2023

  • Vous pouvez aisément multiplier par 2 le nb d'habitants de ce camp...pour le reste, leurs querelles de pouvoir pour le contrôle du vide et de la misère (sauf lorsqu'il s'agit de se procurer des armes), on s'en contrefiche, plus une larme disponible à verser sur leur sort ou celui de la terre mère "occupée"...

    IBN KHALDOUN

    13 h 37, le 02 août 2023

Retour en haut