Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Un homme d'affaires franco-israélien refoulé de l'aéroport de Beyrouth

Le voyageur a été arrêté puis expulsé, lorsque les enquêteurs se sont assurés qu'il n'était "pas impliqué dans des activités sécuritaires israéliennes", affirme la Sûreté générale à L'Orient-Le Jour.

Un homme d'affaires franco-israélien refoulé de l'aéroport de Beyrouth

Des voyageurs à l'Aéroport international de Beyrouth (AIB). Photo d'archives AFP

Un homme d'affaires franco-israélien qui effectuait une escale à l'Aéroport international de Beyrouth (AIB) a été brièvement arrêté puis expulsé de l'AIB, a confirmé vendredi une source haut placée de la Sûreté générale (SG) libanaise à L'Orient-Le Jour.

Cet homme, qui se rendait en Irak via Beyrouth, a été arrêté "après des soupçons de la SG (...) Il a alors admis aux services de sécurité qu'il était juif et détenteur des nationalités française et israélienne", selon la même source qui a requis l'anonymat. "L'homme d'affaires a fini par être relâché lorsque les enquêteurs se sont assurés qu'il n'était pas impliqué dans des activités sécuritaires israéliennes", révèle la source de la SG. 

Lire aussi

Tollé après le refoulement d'une journaliste koweitienne à l'AIB

Le quotidien libanais al-Akhbar, proche du Hezbollah, a rapporté, dans son édition de mercredi dernier, que le voyageur a été détenu pendant 48 heures et qu'il a avoué avoir servi dans l'armée israélienne. Le journal indique également qu'il a des contacts avec le gouvernement israélien. Selon al-Akhbar, "il a été relâché, étant donné qu'il n'avait rien à faire au Liban et qu'il détient une nationalité européenne". 

Interventions étrangères ?

Selon le site de la chaîne de télévision israélienne i24, le voyageur aurait été libéré grâce à l'intervention de plusieurs pays sollicités par Israël. Une information démentie à L'OLJ par la source précitée qui assure qu'"aucune pression n'a été exercée sur les autorités libanaises dans cette affaire". 

La chaîne i24 rapporte, par ailleurs, que "cet incident a provoqué une vive réaction du Conseil National de Sécurité israélien, qui a souligné +le danger extrême+ que courent les Israéliens voyageant vers des pays interdits par la loi, y compris dans l'optique d'y effectuer des correspondances".

Pour mémoire

La compagnie chypriote TUS AIR interdite d'accès à l'espace aérien libanais

Le Liban et Israël n'entretiennent pas de relations diplomatiques et les tensions sécuritaires et militaires sont fréquentes le long de leur frontière commune. Le Liban interdit d’entrée sur son territoire toute personne détenant la nationalité israélienne, et refoule tout voyageur ayant un visa ou un tampon israélien sur ses documents de voyage.

En 1955, le Liban a adopté une loi interdisant les contacts avec les Israéliens ou les relations économiques avec les entreprises israéliennes. Cette législation interdit à toute personne ou entité d'avoir des contacts avec des Israéliens ou des personnes résidant en Israël. Elle interdit également tout type de transaction commerciale, financière ou autre avec l'Etat hébreu. La violation de cette loi est passible de trois à dix ans de travaux forcés.

En outre, l'article 285 du Code pénal punit les transactions commerciales entre un citoyen ou un résident libanais et un ressortissant ou un résident d'un pays ennemi.

Le dernier conflit armé entre les deux pays a eu lieu en juillet 2006, et avait opposé le Hezbollah aux soldats israéliens. Il avait fait plus de 1 200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, en majorité des militaires.

Un homme d'affaires franco-israélien qui effectuait une escale à l'Aéroport international de Beyrouth (AIB) a été brièvement arrêté puis expulsé de l'AIB, a confirmé vendredi une source haut placée de la Sûreté générale (SG) libanaise à L'Orient-Le Jour.Cet homme, qui se rendait en Irak via Beyrouth, a été arrêté "après des soupçons de la SG (...) Il a alors admis aux...

commentaires (5)

On s'en fout de votre Israel et de vos conflits d'un autre siecle. Nous sommes sous occupation iranienne, vivons comme des citoyens de seconde zone et finançons le tiers de la population libanaise pro iraniene qui vit de nos taxes. Vous pensez quon sen fout de Israel et des palestiniens?

Mon compte a ete piraté.

13 h 18, le 02 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • On s'en fout de votre Israel et de vos conflits d'un autre siecle. Nous sommes sous occupation iranienne, vivons comme des citoyens de seconde zone et finançons le tiers de la population libanaise pro iraniene qui vit de nos taxes. Vous pensez quon sen fout de Israel et des palestiniens?

    Mon compte a ete piraté.

    13 h 18, le 02 juillet 2023

  • On en est réduit à expulser les juifs ou les israéliens à peine posé le bout de leurs chaussures sur le tarmac de l'aéroport. Quelle ignorance. Quelle bêtise. Quel ridicule. Que sommes-nous devenus, avec l'omnipotente présence iranienne qui nous mine et nous sclérose, au point de nous ôter les quelques neurones qui nous restent. Allez les gars de la SG, soyez fiers de vous, vous avez contribué à la sécurité du Liban et au bien être des ses habitants pour les mille ans à venir...

    Ca va mieux en le disant

    21 h 38, le 30 juin 2023

  • C'est complètement débile, mais pas étonnant de la part d'une législation qui sent le moisi. On a burn accueilli et adoré Henruco Macias, ainsi que d'autres artistes juifs. On a aussi des abrutis et des imbéciles, qui ne sont pas juifs, est ce mieux ? Il faut arrêter de garder ces œillères devant nos yeux, des arabes et même des iraniens vont en Israël, devrions nous rester plus royalistes que le roi? Quelle mascarade.

    Citoyen

    21 h 08, le 30 juin 2023

  • Pourquoi moi libanais chrétien, je n’ai pas le droit d’aller à Jérusalem sur les pas du Christ Sauveur alors que les musulmans de presque tout le monde arabe peuvent aller visiter la moquée de l’Aqsa ???

    Lecteur excédé par la censure

    20 h 28, le 30 juin 2023

  • La loi Libanaise est totalement stupide. Si un Libanais a un contact avec un Palestinien des territoires occupes en 1967 ou, pire, avec un Palestinien qui est reste en Palestine apres 1948, il sera accuse d'intelligence avec "l'ennemi sioniste". .....

    Michel Trad

    18 h 57, le 30 juin 2023

Retour en haut