Rechercher
Rechercher

Économie - Liban

Grève des employés d'EDL de mardi à jeudi


Grève des employés d'EDL de mardi à jeudi

Le siège d'Électricité du Liban à Beyrouth. Photo d'archives João Sousa.

Le syndicat des employés d'Électricité du Liban (EDL) a annoncé lundi une grève de trois jours qui se déroulera de mardi à jeudi, dénonçant le non-paiement de leurs salaires comme il se doit et la dégradation de leurs conditions de travail dans un Liban ravagé par la crise économique.

Dans un communiqué relayé par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), les employés du fournisseur public national d'électricité estiment "être sujets à l'humiliation et au mépris dans les hôpitaux et laboratoires". Ils déplorent également "l'omission du soutien financier accordé par le plan national d'urgence pour le secteur de l'électricité et les hôpitaux dans le document envoyé à la Direction administrative (...) en oubliant le paiement des salaires des employés, dont on ne sait toujours rien". 

"Face à cette situation économique, hospitalière et financière dégradée et aux promesses répétées et non tenues, une grève d'avertissement et des sit-in seront organisés dans tous les centres d'EDL pendant trois jours à compter de mardi 13 jusqu'à jeudi 15 juin inclus", poursuit le texte. Les employés ajoutent que les factures ne seront pas imprimées et que la grève exclut les secteurs de maintenance et d'investissement dans les centrales de production et d'acheminement de l'électricité.

Les employés d'EDL réclament depuis longtemps des aménagements pour des tarifs d'électricité spécifiques, ainsi qu'une amélioration de leur assurance santé. Entretemps, EDL ne fournit que quelques heures de courant par jour en raison de ses moyens financiers et de ses capacités de production limités.

Le syndicat des employés d'Électricité du Liban (EDL) a annoncé lundi une grève de trois jours qui se déroulera de mardi à jeudi, dénonçant le non-paiement de leurs salaires comme il se doit et la dégradation de leurs conditions de travail dans un Liban ravagé par la crise économique.Dans un communiqué relayé par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), les employés du...
commentaires (1)

Cet immeuble d'EDL ne ressemble plus qu'à une termittière abandonnée dont les occupants ont fui les galeries depuis bien longtemps par manque de nourriture. Il représente pour moi, - avec celui de la BDL - le symbole puissant de la faillite de l'État : vitres brisées non remplacées, bureaux livrés aux quatre vents, vide humain sidéral. Qu'on le détruise et batisse une stèle à son emplacement. On pourra y inscrire : "Ci-git EDL, entreprise naguère prospère et poumon de notre économie, livrée aux coups incessants de zelés ponctionneurs et victime colatérale de l'incurie édifiante des institutions libanaises. In memoriam. 07/1964-07/2023".

Ca va mieux en le disant

02 h 52, le 13 juin 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Cet immeuble d'EDL ne ressemble plus qu'à une termittière abandonnée dont les occupants ont fui les galeries depuis bien longtemps par manque de nourriture. Il représente pour moi, - avec celui de la BDL - le symbole puissant de la faillite de l'État : vitres brisées non remplacées, bureaux livrés aux quatre vents, vide humain sidéral. Qu'on le détruise et batisse une stèle à son emplacement. On pourra y inscrire : "Ci-git EDL, entreprise naguère prospère et poumon de notre économie, livrée aux coups incessants de zelés ponctionneurs et victime colatérale de l'incurie édifiante des institutions libanaises. In memoriam. 07/1964-07/2023".

    Ca va mieux en le disant

    02 h 52, le 13 juin 2023

Retour en haut