Rechercher
Rechercher

Politique - Dans la presse

Des plaintes déposées en France pour "viol et violences" contre l'ambassadeur du Liban

Rami Adwan "conteste toute accusation d’agression verbale, morale et sexuelle" et dénonce des "accusations qui n'ont aucun sens".

Des plaintes déposées en France pour

L'ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan. Photo Ani

L'ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan, fait l'objet de plaintes déposées par deux jeunes femmes à Paris pour viol et violences volontaires, rapporte vendredi le site Mediapart. Le diplomate échappe jusque-là à la justice française, un ambassadeur ne pouvant être arrêté, détenu ou poursuivi devant la juridiction du pays dans lequel il officie, sauf si l’État d’origine décide de lever son immunité, selon les textes réglementaires découlant de la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques.

Selon Mediapart, les deux femmes entretenaient une relation intime avec l'ambassadeur, qui est en poste à Paris depuis 2017. Ce dernier, s'il ne nie pas les relations avec les deux accusatrices, "conteste toute accusation d’agression verbale, morale et sexuelle" et dénonce notamment des "accusations qui n'ont aucun sens". 

Contacté par notre publication, l'avocat de Rami Adwan indique que son client s'est "largement expliqué sur ces allégations et conteste ces accusations de viol et de coups". M. Adwan a "expliqué la nature de ces relations, parfois tumultueuses et émaillées de scènes et de disputes. Il est disposé à s’en expliquer le cas échéant", ajoute-t-il dans un message.

Deux plaintes 
Lors de son premier signalement, en 2020, Ava*, 28 ans, qui travaillait depuis trois ans à l'ambassade du Liban, avait accusé l'ambassadeur de harcèlement moral et de violences volontaires. Des accusations "qui n’ont aucun sens", indique pour sa part l'ambassadeur au site Mediapart, affirmant "n'avoir jamais levé la main" sur la femme. Il évoque une relation qui se serait "achevée dans un climat très conflictuel", estimant qu'Ava* aurait "tenté d’utiliser" leur relation afin de "renforcer sa position au sein de l’ambassade". Souhaitant uniquement déposer une main courante (un signalement sans plainte), une procédure interdite en France dans le cas de violences conjugales, Ava avait alors refusé de formellement déposer plainte.

Lorsqu'elle finit par le faire en 2022, la jeune femme évoque un autre épisode de violence physique, au cours duquel l'ambassadeur l'aurait "frappée à l'arrière de la tête avec une boule en marbre servant de presse-papier". Rami Adwan évoque une autre version des faits. "Nous nous sommes poussés, il y a eu des cris, des gestes brusques mais ni coups ni jets d’objets", explique-t-il. La Franco-Libanaise accuse également le diplomate de lui avoir imposé un acte sexuel par la violence. Mais M. Adwan affirme qu'il s'agissait d'un acte "consenti".

La seconde accusatrice, Gabrielle*, une étudiante libanaise qui travaillait à l'ambassade, indique également dans sa plainte, déposée en février 2023, avoir eu des relations intimes avec son supérieur. Elle confie à la police que ces relations se fondaient sur "la peur et "un système de punitions et de récompenses". La jeune femme accuse encore l'ambassadeur de violences physiques, de rapports sexuels non-consentis et d'avoir tenté de la renverser avec sa voiture. Pour cette dernière accusation, Rami Adwan assure à Mediapart que "la voiture a dérapé". Gabrielle rapporte en outre que le diplomate aurait essayé de l'asphyxier en lui "enfonçant le visage face dans le lit". Ce que l'ambassadeur dément. "Je l’ai repoussée. Je n’ai jamais essayé de l’asphyxier", se défend-il.

Le média français évoque encore des articles parus dans la presse libanaise, notamment dans al-Akhbar, au début des années 2010, selon lesquels l'ambassadeur avait déjà fait l’objet d’au moins un signalement pour agression sexuelle, quand il était en poste comme diplomate à La Haye aux Pays-Bas. 

"Pas de commentaire"
Une source au sein du ministère libanais des Affaires étrangères a affirmé à L'Orient-Le Jour "n'avoir malheureusement pas de commentaire à faire pour le moment" sur les plaintes contre M. Adwan. 

L'enquête, confiée au premier district de la police judiciaire parisienne (1er DPJ), a été "clôturée", a-t-on en outre indiqué à l'AFP de source proche de l'enquête. Interrogé sur ce dossier et les suites qu'il compte lui donner, alors que Rami Adwan bénéficie de l'immunité diplomatique, le parquet de Paris a répondu à l'AFP "ne pas être en mesure de répondre pour le moment".

"Nous n'avons aucun élément sur cette affaire dont est saisie la justice et qui est couverte par le secret d'enquête", a de son côté réagi de son côté le Quai d'Orsay. 

Vendredi matin, des informations circulant dans des médias libanais faisaient état d'une "arrestation" de l'ambassadeur, pour des faits qui n'avaient pas été précisés. Contacté par L'Orient-Le Jour dans la matinée, M. Adwan avait démenti ces informations.

*Le prénom a été modifié.

L'ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan, fait l'objet de plaintes déposées par deux jeunes femmes à Paris pour viol et violences volontaires, rapporte vendredi le site Mediapart. Le diplomate échappe jusque-là à la justice française, un ambassadeur ne pouvant être arrêté, détenu ou poursuivi devant la juridiction du pays dans lequel il officie, sauf si l’État d’origine...
commentaires (21)

Certain commentaire prennent la defence d’un homme accusé de viol, on prend jamais la defence des victimes y’a un vrai décalage humain. Quoique il en soit s’il y a justice son immunité diplomatique doit être levée et pour rappel ce n’est pas la première fois qu’il fait l’objet de ce type d’accusation. Ça en dit beaucoup lorsque l’on lie certain commentaire qui privilégie le personnage politique aux témoignages des victimes, ça arrive dans tous les milieux et ça change rien au système judiciaire, il doit se présenter devant un jury.

Cathleen Khoury

14 h 55, le 03 juin 2023

Tous les commentaires

Commentaires (21)

  • Certain commentaire prennent la defence d’un homme accusé de viol, on prend jamais la defence des victimes y’a un vrai décalage humain. Quoique il en soit s’il y a justice son immunité diplomatique doit être levée et pour rappel ce n’est pas la première fois qu’il fait l’objet de ce type d’accusation. Ça en dit beaucoup lorsque l’on lie certain commentaire qui privilégie le personnage politique aux témoignages des victimes, ça arrive dans tous les milieux et ça change rien au système judiciaire, il doit se présenter devant un jury.

    Cathleen Khoury

    14 h 55, le 03 juin 2023

  • Cher OLJ, Vous écrivez dans votre préambule un mot à l’intention de vos lecteurs qui souhaitent faire des commentaires sur un article et vous leur dites que leurs commentaires doivent au préalable être validés par les modérateurs. Vous demandez aussi à vos lecteurs de prendre connaissance de votre charte de modération. On se demande comment les modérateurs acceptent de publier des commentaires où on juge déjà un homme simplement accusé. D’aucuns exigent son boycott et la levée de son immunité diplomatique, son licenciement alors que d’autres le traitent de criminel et d’obsédé sexuel! Cet homme n’est qu’un accusé et voilà qu’on le juge et qu’on le condamne des pires crimes. Modérateur : jouez votre rôle! Il en va de la qualité de votre journal.

    Hippolyte

    11 h 17, le 03 juin 2023

  • Cet "as du dérapage de voiture" est affilié à quel énergumène local de chez nous?

    Fadi Chami

    10 h 50, le 03 juin 2023

  • Les accusations peuvent être exagéré ?! La seul exagération c’est de dire que “la voiture a dérapé “

    Roger Xavier

    09 h 00, le 03 juin 2023

  • Son statut diplomatique doit être levé, et la justice appliquée. La communauté libanaise en France doit le boycotter

    Paul KAIKATI

    08 h 48, le 03 juin 2023

  • Tres probablement un pistonné aux grandes valeurs morales…coucher avec le personnel…tfeh

    Lunarossa

    08 h 43, le 03 juin 2023

  • Chic alors ! Voilà notre pays, avec ses "responsables" politiques et maintenant aussi "diplomatiques"...digne d'un de ces nombreux feuilletons turques à la mode sur nos écrans de télévision. Quelle fierté pour nous, n'est ce pas !? - Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 38, le 03 juin 2023

  • Le ministre des affaires extra-terrestres doit bien mâcher son chewing-gum, oh pardon, ses mots.

    Wlek Sanferlou

    04 h 47, le 03 juin 2023

  • Adwan est aggressif ?

    Wlek Sanferlou

    04 h 38, le 03 juin 2023

  • Les mauvaises langues , les esprit chagrins et surtout les vipères habituées aux diffamations et aux médisances les plus injustes pullulent . Cet ambassadeur est l'un des meilleurs de notre corps diplomatique ! Il portera lui-même plainte contre ces calomniateurs professionnels . Avez-vous pensé au timing ?

    Chucri Abboud

    03 h 45, le 03 juin 2023

  • LA HONTE…. IL est censé représenter le Liban??? Même si c’est consenti…. Il est AMBASSADEUR BON SANG …. Il fricote avec son personnel ???? !!!!

    LE FRANCOPHONE

    00 h 48, le 03 juin 2023

  • +1 - Il ne manquait plus que ca à notre palmarès... Heureusement que Riad Salamé ne frappait pas Mme Hayek dans l'appartement qu'il lui avait offert à Paris.

    Ca va mieux en le disant

    22 h 37, le 02 juin 2023

  • Encore une belle image pour le Liban... Bien sur, il ne va pas proposer sa demission.

    Mago1

    21 h 39, le 02 juin 2023

  • Touché coulé !

    Samir Tabet

    21 h 28, le 02 juin 2023

  • Ces accusations sonr devenus monnaies courantes. Qu’on respecte la presemptiô on d’innocence et le droit. C facile d’accuser et d’accabler les hommes systematiquement pour les detruire… on devrait aussi punir les fausses accusations devenus tout d’un coup a la mode du jour .. assez de cette epidemie .

    nabil samir

    21 h 16, le 02 juin 2023

  • Il ne nous manquait plus que ça !!! De Riad Salamé à cet ambassadeur sur lequel pèsent des accusations graves, ce même culte de l’impunité, ce même je-men-foutisme vis à vis des lois au-dessus desquelles ces tristes individus se placent systématiquement. On a honte, très très honte. Pour eux et pour nous.

    DC

    21 h 04, le 02 juin 2023

  • Il s'ennuyait à l'ambassade, alors, il s'occupait des femmes fonctionnaires..

    Esber

    20 h 46, le 02 juin 2023

  • Pour le principe, il doit être immédiatement démis de ses fonctions et être rappelé au Liban pour y être jugé

    Lecteur excédé par la censure

    20 h 44, le 02 juin 2023

  • Quel criminel et quel blamage ! Un diplomate représentant notre pays!

    Khazzaka May

    19 h 53, le 02 juin 2023

  • Les accusations sont peut etre exagerees mais revelent que l'ambassadeur pourrait bien etre un obsede sexuel.

    Michel Trad

    19 h 39, le 02 juin 2023

  • QUEL BEAU PAYS ...MAIS QUEL BEAUUUUU PAYS.....

    Emile G

    19 h 07, le 02 juin 2023

Retour en haut