Rechercher
Rechercher

Économie - Finance

Hong Kong ouvre le marché des cryptomonnaies aux investisseurs particuliers

Hong Kong ouvre le marché des cryptomonnaies aux investisseurs particuliers

Un bureau de change spécialisé en cryptomonnaies à Hong Kong, la semaine dernière. Photo AFP

Hong Kong a lancé jeudi un nouveau dispositif réglementaire qui permet aux investisseurs particuliers d’échanger des cryptomonnaies sur des plateformes agréées, avec pour ambition de rétablir la réputation de cette place financière chinoise. Les faillites spectaculaires, cet hiver, de la plateforme d’échange de cryptomonnaie FTX et de plusieurs banques américaines tournées vers ce secteur n’ont pas dissuadé les autorités hongkongaises d’assouplir leur réglementation en la matière.

« Malgré les risques potentiels, les actifs virtuels ont une valeur fondamentale, a déclaré à l’AFP Christopher Hui, secrétaire au Trésor de Hong Kong. Pour que ces éléments positifs puissent être exploités, ces activités doivent être autorisées de manière réglementée. » Alors que Hong Kong restreignait jusqu’à présent les échanges de cryptomonnaies aux clients dont les portefeuilles pesaient au moins 8 millions de dollars hongkongais (un peu plus d’un million de dollars), le régime d’autorisation change.

Relancer l'économie 

À compter de jeudi, ce nouveau cadre réglementaire permet à bien plus d’habitants d’investir dans les cryptomonnaies et les actifs virtuels. Jusqu’à présent, ils se trouvaient réduits à quelques plateformes d’échange opérant à l’étranger, telles que Binance ou Coinbainse, ou à des points de vente physiques qui proposaient d’acheter et de vendre des jetons contre de l’argent liquide.

Avec cette nouvelle réglementation, les autorités espèrent relancer l’économie du hub financier asiatique, récemment ébranlée par les manifestations prodémocratie massives de 2019 et les restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19. Surtout, les observateurs estiment que Hong Kong deviendra un point de passage obligé pour les investisseurs de Chine continentale, où les cryptomonnaies sont pratiquement interdites.

Ce nouveau cadre réglementaire hongkongais est adopté à un moment où tous les régulateurs dans le monde tentent d’encadrer le marché des cyptomonnaies, dont la capitalisation boursière totale dépasse les 1 000 milliards de dollars. Les plateformes d’échange de cryptomonnaies Huobi et OKX, toutes deux fondées en Chine, ont déjà annoncé leur intention de demander une licence auprès des régulateurs de Hong Kong. Ces derniers espèrent être en mesure de délivrer rapidement les premiers permis.

L’année dernière, Hong Kong a déclaré que 1,7 milliard de dollars HK (217 millions de dollars) avaient été perdus à la suite d’escroqueries liées aux cryptomonnaies, que la police a attribuées à des criminels profitant du manque de connaissances du public dans ce secteur.

Début avril, le Parlement européen a adopté de nouvelles règles pour les cryptomonnaies. Dans la foulée, l’Organisation internationale des régulateurs boursiers (OICV) a publié fin mai une série de propositions en vue d’établir un cadre réglementaire harmonisé pour l’échange des cryptomonnaies.

À rebours des évolutions mondiales en matière de réglementation, la Chine, elle, continue d’interdire toute transaction en cryptomonnaie depuis 2021.



Hong Kong a lancé jeudi un nouveau dispositif réglementaire qui permet aux investisseurs particuliers d’échanger des cryptomonnaies sur des plateformes agréées, avec pour ambition de rétablir la réputation de cette place financière chinoise. Les faillites spectaculaires, cet hiver, de la plateforme d’échange de cryptomonnaie FTX et de plusieurs banques américaines tournées vers ce...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut