Rechercher
Rechercher

Idées - Commentaire

Les gagnants et les perdants de la course à l’intelligence artificielle

Les gagnants et les perdants de la course à l’intelligence artificielle

Illustration : Bigstock

La première règle en matière de prévision, comme l’a fait remarquer la journaliste financière Jane Bryant Quinn, est la suivante : donnez une prévision ou donnez une date, mais ne donnez jamais les deux.

Voilà donc une prévision peu audacieuse : les modèles d’intelligence artificielle (IA) générative, comme ChatGPT, vont révolutionner l’économie. Nous ne pouvons tout simplement pas dire quand.

Nous ne pouvons pas non plus dire où. L’une des questions-clés perdues dans le flot de commentaires sur l’IA générative est de savoir quels pays en bénéficieront et lesquels n’en bénéficieront pas.

Avantage au premier arrivé ?

Les États-Unis, qui ont été les premiers à agir dans ce domaine, vont-ils renforcer leur position dominante sur le plan économique ? La voie traditionnelle de la croissance économique des pays en développement, qui passe par l’emploi dans l’industrie manufacturière orientée vers l’exportation, sera-t-elle envahie par des robots dotés d’IA ? L’Inde et les Philippines, qui cherchent à croître en développant leurs secteurs de services, verront-elles cette voie bloquée par l’IA générative capable de supplanter les codeurs et les chatbots, alimentés par l’IA, capables de supplanter les employés des centres d’appel ?

Il est certain que les États-Unis possèdent des avantages dans le développement de grands modèles de langage (LLM). Ils bénéficient d’une étroite collaboration entre les entreprises et les universités, lubrifiée par une industrie du capital-risque aux poches profondes. Ce n’est pas une coïncidence si ChatGPT est née aux États-Unis, et plus particulièrement dans la Silicon Valley.

Les technologies antérieures à usage général ont renforcé la domination économique et géopolitique du pays pionnier. La machine à vapeur commercialisée par Matthew Boulton et James Watt a symbolisé et inauguré le demi-siècle au cours duquel la Grande-Bretagne s’est imposée comme le premier pays industriel et où sa marine a dominé les mers. Pendant ce temps, alors que les produits manufacturés britanniques et d’autres pays inondaient les marchés, les industries artisanales de pays comme la Chine et l’Inde devenaient non compétitives, entraînant la stagnation, voire la baisse, des revenus par habitant.

Pourtant, l’avantage du premier arrivé peut être exagéré. Le doyen des historiens modernes de l’entreprise Alfred Chandler a été critiqué sur ce point. Après tout, la Grande-Bretagne avait déjà perdu son avance en termes de revenu par habitant au profit des États-Unis à la fin du XIXe siècle. Pour citer un exemple plus récent, Netscape a été le premier à lancer un navigateur web, mais il n’a pas pu conserver son avance sur Internet Explorer de Microsoft et d’autres rivaux.

La Chine d’aujourd’hui, comme Microsoft à l’époque, a les poches pleines. Elle dépense presque autant que les États-Unis en recherche et développement. Ses dirigeants politiques n’ont pas à vaincre la résistance à l’augmentation des dépenses publiques en R&D au sein du Congrès national du peuple ; ils sont tout simplement capables d’imposer leur volonté. Pour la Chine, le type de préoccupations relatives à la protection de la vie privée qui inhibe l’adoption des LLM dans d’autres pays n’est pas une contrainte.

Le contraste avec l’Europe est saisissant. Au début de l’année, l’Italie a temporairement interdit ChatGPT pour avoir entraîné le modèle sur base de commentaires d’utilisateurs et pour avoir rendu leurs informations disponibles à d’autres personnes. Par la suite, la Commission européenne a proposé une série de règles et de règlements régissant l’utilisation de l’IA. La Commission envisage des conditions préalables strictes pour l’utilisation de l’IA dans l’éducation, les soins de santé et la gestion du personnel. On peut imaginer que de telles restrictions ralentiront le développement et l’adoption de la technologie en Europe par rapport à la position « Far West » des États-Unis et à l’approche moins centrée sur la vie privée et la sécurité personnelle de la Chine. En même temps, une délimitation claire de ce qui est autorisé, et dans quelles conditions, peut permettre aux développeurs européens de coordonner leurs efforts. Parce qu’ils procéderont selon un ensemble de règles uniformes, leurs avancées auront plus de chances d’être compatibles, et ils devraient pouvoir s’appuyer sur les efforts des uns et des autres.

Rappelons que l’adoption des téléphones portables a progressé plus rapidement en Europe qu’aux États-Unis. Nokia est devenu leader du marché en partie parce que l’Europe a développé une norme G2 commune pour les réseaux cellulaires, alors que les États-Unis ont adopté un mélange confus de normes incompatibles entre elles.

Quid des PED ?

Dans cette course à l’IA, les pays en développement semblent être fortement désavantagés et risquent de perdre leur avantage concurrentiel : une main-d’œuvre abondante et bon marché. Pourtant, l’IA promet également des avantages pour ces pays. Des entreprises, comme Apollo Agriculture, utilisent l’apprentissage automatique agronomique et l’imagerie satellitaire pour fournir des conseils personnalisés aux petits exploitants agricoles du Kenya. L’IA peut également être utilisée pour réduire les obstacles technologiques et financiers au développement économique. Par exemple, l’utilisation de l’IA pour évaluer le risque de crédit en l’absence d’agences bancaires et d’agents de crédit permettrait le fonctionnement de plateformes de prêt de pair à pair et un assouplissement des contraintes financières pesant sur les entrepreneurs en germe.

Cependant, le développement économique dépend avant tout du développement humain, c’est-à-dire de l’accumulation de capital humain. Lorsque les pays en développement ne disposent pas des ressources, financières et autres, nécessaires pour augmenter de manière significative leurs dépenses dans les modes traditionnels d’éducation, l’IA offre l’espoir d’apporter ce qui manque. Elle peut être utilisée pour concevoir des assistants d’apprentissage individualisés capables de fournir un enseignement personnalisé aux élèves dans des contextes où les enseignants sont rares. En matière de développement économique, un peu plus d’alphabétisation et de calcul peut s’avérer très utile.

Tout au long de l’histoire, les changements technologiques ont fait des gagnants et des perdants. Il n’y a aucune raison pour que l’IA, comme les technologies précédentes, ne produise pas plus de gagnants que de perdants.

Copyright : Project Syndicate, 2023.

Par Barry EICHENGREEN

Professeur d’économie à l’Université de Californie à Berkeley.

La première règle en matière de prévision, comme l’a fait remarquer la journaliste financière Jane Bryant Quinn, est la suivante : donnez une prévision ou donnez une date, mais ne donnez jamais les deux.Voilà donc une prévision peu audacieuse : les modèles d’intelligence artificielle (IA) générative, comme ChatGPT, vont révolutionner l’économie. Nous ne pouvons tout...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut