Le clin d'œil

Une veuve, qu’est-ce que c’est ?

Une veuve, qu’est-ce que c’est ?

D.R.

Il y a d’abord un statut juridique. Sec, administratif et définitif. Une mention brève sur les registres d’état civil et sur votre carte d’identité, biffant celle, charmante et enjouée, d’« épouse de ». De votre nouvel état matrimonial légal se dégage un parfum de prétoire, de chicanes juridiques à la Zola, de procès intentés par la Veuve Renaud aux Sieurs Dumont dans des salles d’audience sombres et poussiéreuses. En voile de crêpe noir, la veuve y défend ses droits et ceux des pauvres orphelins dont elle a la charge au milieu de beaux-frères avides et d’avocats retors.

Le mode sinistre est d’ailleurs confirmé par votre dictionnaire préféré qui vous précise aimablement deux autres significations du mot « veuve ». La veuve noire serait d’abord une espèce d’araignée au venin puissant pratiquant le cannibalisme sexuel en dévorant le mâle. Charmante créature. Mais « la veuve » – le saviez-vous ? – est aussi l’un des surnoms donnés à la potence, puis à la guillotine durant la Révolution française. Décidément…

Dans l’imagerie populaire, il y a surtout « la veuve méritante ». Dans sa campagne profonde, accablée par le destin, elle coud inlassablement au coin du feu, un châle noir sur les épaules. Pauvre, mais honnête, c’est la veuve de l’Évangile qui met dans le tronc ses deux pauvres petites pièces et dont Jésus dit qu’elles valent plus que toutes les offrandes des riches. D’ailleurs, dans la Bible, Timothée ordonne « d’honorer les veuves qui sont vraiment veuves ». Quant aux autres…

Le cinéma quant à lui, propose deux types de veuves : le cinéma français vous offre La Veuve Couderc (inoubliable Simone Signoret) frustrée, grande gueule et grand cœur qui finit par mourir avec son homme, alors que le cinéma américain, plus pragmatique, vous assène Black Widow, une charmante dame très fortunée dont les époux successifs sont tous morts dans des circonstances inexpliquées…

En bref, située entre la vieille fille dont on a pitié et la divorcée qui inquiète, la veuve « en grand deuil » puis « en demi-deuil » navigue entre deux eaux dans un statut flou, puisque contrairement aux deux premières, ce n’est pas de sa faute si elle en est là.

Heureusement, la veuve joyeuse et, plus sulfureuse encore, la veuve sémillante contrebalancent avec bonheur la veuve éplorée et inconsolable des images d’Épinal.

Saviez-vous que beaucoup de champagnes français sont l’œuvre de veuves ?

Alors, pétillantes les veuves ?

Il y a d’abord un statut juridique. Sec, administratif et définitif. Une mention brève sur les registres d’état civil et sur votre carte d’identité, biffant celle, charmante et enjouée, d’« épouse de ». De votre nouvel état matrimonial légal se dégage un parfum de prétoire, de chicanes juridiques à la Zola, de procès intentés par la Veuve Renaud aux Sieurs Dumont dans...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut