Rechercher
Rechercher

Société - Crise

Des taxis en colère se mobilisent à travers le Liban

Les protestataires ont bloqué plusieurs routes allant de Beyrouth à Jounieh, pour exprimer leur mécontentement de la concurrence "illégale" à laquelle ils estiment faire face.

Des taxis en colère se mobilisent à travers le Liban

Des chauffeurs de taxi bloquant l'autoroute Charles Hélou, en face du port de Beyrouth, le 2 mai 2023. Photo ANI

La journée de mardi a été marquée au Liban par plusieurs blocages de routes menés par des chauffeurs de taxis en colère contre la détérioration de leurs conditions de travail et la concurrence déloyale dont ils estiment être victimes de la part de chauffeurs privés d'applications mobiles.

Cette action, qui a provoqué des embouteillages monstres, a été organisée par le Rassemblement des chauffeurs de taxi, alors que le Liban poursuit son effondrement économique depuis 2019, marqué par une dépréciation record de la livre et une flambée des prix des carburants.

Des embouteillages sur l'autoroute Charles Hélou, le 2 mai 2023 lors d'un sit-in de chauffeurs de taxi à Beyrouth. Photo Ani

Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), plusieurs centaines de voitures de taxi se sont d'abord rassemblées dans le centre-ville de Beyrouth, place Riad el-Solh. Plusieurs autres axes routiers ont également été bloqués, entre autres l'autoroute Charles Hélou, au niveau de la statue de l'Emigré, ainsi qu'à celui de Saifi, un peu plus au sud, en face du QG du parti Kataëb. Un autre sit-in a été signalé près de la Banque du Liban (BDL), dans le quartier de Hamra. Selon la chaîne locale MTV, des routes dans la ville de Jounieh ont également été bloquées.

Lire aussi

L’indemnité de transport bientôt multipliée par cinq au Liban ?

L'Ani indique que ces chauffeurs protestaient contre "la poursuite du chaos dans leur secteur et la détérioration de leur conditions de vie". Les protestataires ont demandé aux responsables concernés de "poursuivre les contrevenants à la profession dans le secteur des transports, les propriétaires de fausses plaques et les motards qui travaillent illégalement (...)". Ils ont également réclamé "d'interdire aux chauffeurs de nationalité syrienne d'exercer cette profession".

Lire aussi

« bala benzine » veut démocratiser le covoiturage au Liban

Contacté par L'Orient-Le Jour, le propriétaire d'une agence de taxi a affirmé qu'environ "400 voitures se sont mobilisées dans le centre de la capitale". "Nous demandons l'arrêt immédiat des applications telles que Bolt, Uber et d'autres qui pratiquent des prix dérisoires", a-t-il ajouté, soulignant qu'"aucun contrôle n'est imposé à ces compagnies qui contraignent au chômage beaucoup de chauffeurs de taxis qui meurent de faim".

Ceci n'est pas la première manifestation des chauffeurs de taxi. En 2022, ils avaient manifesté à maintes reprises afin de réclamer une amélioration de leur situation.

La journée de mardi a été marquée au Liban par plusieurs blocages de routes menés par des chauffeurs de taxis en colère contre la détérioration de leurs conditions de travail et la concurrence déloyale dont ils estiment être victimes de la part de chauffeurs privés d'applications mobiles.Cette action, qui a provoqué des embouteillages monstres, a été organisée par le Rassemblement...

commentaires (2)

Qu'ils commencent à être honnête avec les clients... si c'était le cas... ces applications n'existeraient pas...

Tania

00 h 28, le 03 mai 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Qu'ils commencent à être honnête avec les clients... si c'était le cas... ces applications n'existeraient pas...

    Tania

    00 h 28, le 03 mai 2023

  • Le prix de Bolt est le meme que celui d'un taxi normal . Je l'ai constaté depuis au moins 2 ans. Le prix indiqué sur l'application n'est pas le prix réel. il est tout le temps majoré vers le double et des fois plus.

    Eddy

    17 h 19, le 02 mai 2023

Retour en haut