Rechercher
Rechercher

Idées - Point de vue

L’incompréhensible normalisation syro-arabe

L’incompréhensible normalisation syro-arabe

Le ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdad (G) rencontrant le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères Walid al-Khuraiji à Jeddah, lors de son premier voyage officiel dans le pays depuis 2011. HO/AFP

Il y a quelque chose d'assez incompréhensible dans l’accélération du processus de normalisation des relations diplomatiques entre un nombre croissant de régimes arabes et celui de Bachar el-Assad : après la visite du dictateur syrien à Mascate puis Abou Dhabi en février et mars dernier ; celle du ministre égyptien des Affaires étrangères à Damas, également en février ; voilà que Riyad s'apprête à accueillir, ce vendredi, une rencontre de neufs officiels de la région pour discuter du retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe, après 12 ans de suspension. Quels que soient les facteurs rationnels suggérés par certains analystes pour expliquer ce revirement, ils ont de quoi laisser perplexe. Cependant, essayons tout de même de suivre leur logique….

Ce rapprochement est-il motivé par la volonté de chasser l'Iran de la Syrie ou d'affaiblir son influence dans le pays, comme l'affirment quelques commentateurs émiratis et saoudiens ? Cet objectif semble très improbable. L'Iran est bien mieux implanté en Syrie, et la relation entre les deux régimes est trop organique et solide pour que le régime puisse s'en défaire. Non seulement le régime d’Assad ne peut pas rompre ou même affaiblir ses liens avec Téhéran, mais il ne le souhaite pas. Et pourquoi le ferait-il ? L'Iran a sauvé le régime et lui a donné une raison d'être : la lutte contre le « terrorisme takfiri » et l'appartenance à « l'axe de la résistance », deux éléments qui entrent en résonance avec sa nature socioculturelle. Le premier  résonne avec la politique des régimes de « MBZ » et « MBS » (mais aussi avec celui des États-Unis, de la Russie et des autres), le second apporte une couverture idéologique à une alliance régionale sur base confessionnelle qui est organiquement orientée contre les pays arabes – les Saoudiens en particulier – et dont le centre se trouve à Téhéran. La Ligue arabe est beaucoup moins importante pour le régime. C'est juste un « jeu », au même titre que l'ONU aux yeux de Bachar el-Assad – comme ce dernier l’avait lui-même déclaré à la chaîne américaine ABC en 2011. Tirer profit de la présence de la Syrie dans ces deux organisations est toujours bon à prendre, mais il s’agit surtout de préserver son pouvoir, un pouvoir absolu et permanent dont l’Iran est le garant, avec une détermination géostratégique et une motivation culturelle. Au Liban, en Irak, au Yémen et en Syrie même, Téhéran a prouvé qu'il était prêt à aller jusqu'aux extrêmes pour dominer. Par conséquent, si les dirigeants des Émirats arabes unis et de l'Arabie saoudite – et d'autres en Jordanie, en Algérie et en Égypte – pensent réellement qu'en normalisant leur relation avec Damas ils l'éloigneront de Téhéran, ils se trompent lamentablement et ne sortiront du «jeu » qu'en perdants.

Régime intrinsèquement guerrier

Peut-être ce rapprochement est-il plutôt motivé par la volonté de stabiliser les luttes intestines dans la région ? Les Émirats arabes unis normalisent leurs relations avec Israël, l'Arabie saoudite le fait avec l'Iran et envoie des signes positifs à Tel-Aviv, les deux prennent du recul par rapport au Yémen. Mais outre le fait que cela signifie accepter un régime qui a tué un demi-million de ses citoyens, déplacé sept millions d'entre eux et détruit un grand nombre de leurs villes, la vraie question est la suivante : le régime syrien veut-il stabiliser la région ? Son histoire depuis plus d'un demi-siècle – non seulement en Syrie, mais aussi au Liban, en Irak et en Turquie – ne plaide pas en faveur d'une telle hypothèse. La caractéristique belliqueuse du régime est inscrite dans sa nature de régime familial, aspirant à rester au pouvoir pour toujours, dans un pays qui était une république, contrairement aux États du Golfe eux-mêmes où dynasties et nations ont été formées ensemble. Le régime Assad est arrivé au pouvoir par un coup d'État, et il s'agit essentiellement d'un coup d'État permanent contre la société et l'État syriens. Un coup d'État qui a érigé la brutalité en mode de gouvernement. Et la révolution ratée qui a éclaté il y a 12 ans n'a fait que consolider cette nature guerrière.

S’agit-il alors d’aider le peuple syrien qui a beaucoup souffert depuis mars 2011 ? Malheureusement, il semble que les partisans de la normalisation n'aient pas pris la peine de dire un mot sur le sort des plus de 111 000 personnes qui demeure inconnu ; sur le droit au retour en toute sécurité de près de deux millions de personnes dont les conditions de vie sont mauvaises au Liban et en Jordanie ; sur l’avenir des 3,7 millions de personnes dont les conditions s'aggravent en Turquie ; ou encore celui d'environ un demi-million de personnes en Irak et en Égypte. En outre, le régime familial en Syrie n'est pas seulement corrompu, mais il est aussi mafieux et criminel, et il aspirera toutes les aides que les bailleurs de fonds régionaux et internationaux pourront accorder, avec un impact minimal sur le niveau de souffrance humaine dans le pays.

Troc ?

Peut être la normalisation avec ce régime « chimique » traduit-elle une forme de prise de conscience du retrait des États-Unis du Moyen-Orient et des risques connexes d'apparition de centres de pouvoir régionaux en expansion qui entretiennent de bonnes relations avec la Russie, la Chine et leurs alliés ? Dans cette perspective, la normalisation avec le régime assassin est-elle un jeu avec les Américains qui ont traité leurs alliés saoudiens d’une façon perçue comme irrespectueuse par ces derniers à l'époque de Barack Obama et qui sont réticents à traiter avec MBS ? Si l'on ne peut nier les émotions et la rancune en politique, en particulier lorsqu'il s'agit d'élites non élues et non responsables, la normalisation avec l'Iran et son protégé en Syrie ressemble à « trouver refuge dans le feu en cas de chaleur extrême », comme le dit un vieux proverbe arabe.

Ou alors peut-être s'agit-il d'un troc concernant le Yémen et la Syrie ? Les Iraniens réduisant leur avant-poste houthi et les Saoudiens normalisant leur avant-poste à Damas, donnant ainsi à la domination de l'Iran sur la Syrie (sans parler de l'Irak et du Liban) une légitimité arabe totale ? Si c’est cela, ce n'est guère un choix rationnel.

Il est en tout cas inimaginable que la normalisation avec le régime syrien soit due au fait que les États arabes aient en quelque sorte cédé à un chantage implicite de Bachar el-Assad, lié au fait que ce dernier a réussi à transformer la Syrie en un narco-État et à faire passer en contrebande des pilules de captagon vers les marchés du Golfe. D’autant que pour le régime, l'empire narcotique dirigé par Maher el-Assad, le frère de Bachar, qui semble s'être rendu en Arabie saoudite il y a quelques jours, ne relève sans doute pas que d'une question d'argent : c'est une guerre visant à détruire la société saoudienne de l’intérieur comme cela a été le cas pour la Syrie elle-même.

La normalisation émiratie-saoudienne avec le régime Assad est donc sans fondement d'un point de vue rationnel. Mais peut-être est-il possible de trouver une explication assez « rationnelle » en restant dans le champ de l'irrationnel. Cette explication réside, à mon avis, dans un idéal commun extrême partagé de plus en plus par les « élites » arabes : des politiques sans politique, sans droits, sans débat, ni même société, une dynamique de « dubaïsation » de nombreux pays arabes. Cet idéal consiste en une modernité strictement matérielle, des cieux gardés pour les oligarques super-riches et des conditions de semi-esclavage pour les majorités sociales. Tel est le sens des projets NEOM et « The Line » de MBS, de Sissi-city, la future capitale administrative du régime égyptien et des rêves de reconstruction comme Marota City de la narco-élite à Damas. Qui se ressemble s’assemble, et ces élites ont beau être issues de milieux très différents, elles en viennent à partager une utopie moderniste et fascisante. Les questions de justice, de dignité humaine et même d'interactions sociales sont intraduisibles dans le langage de ces aristocraties prédatrices et criminelles. Dans cette perspective, le meurtre de masse n'est pas un obstacle à la normalisation. Au contraire, il peut constituer un recours extrême en cas de besoin.

Il semble qu'un nouveau système arabe soit en train d'émerger, un système extrêmement réactionnaire, brutal et centré sur l'écrasement de tout mouvement populaire. Des temps difficiles nous attendent...

Yassin al-Haj Saleh est un écrivain et dissident syrien, lauréat du prix du Prince Claus. Il est cofondateur d'Al-Jumhuriya.net, un site web créé à Istanbul par un groupe d'intellectuels syriens exilés.

Il y a quelque chose d'assez incompréhensible dans l’accélération du processus de normalisation des relations diplomatiques entre un nombre croissant de régimes arabes et celui de Bachar el-Assad : après la visite du dictateur syrien à Mascate puis Abou Dhabi en février et mars dernier ; celle du ministre égyptien des Affaires étrangères à Damas, également en février ; voilà...
commentaires (17)

Les arabes n’ont besoin de personne pour se tirer dans les pattes et s’éliminer entre eux. C’est une histoire ancienne que nous avons après dans les livres d’histoire, même avant l’existence des américains et des autres pays sur leur sol. On a vu des frères, demis frères, cousins et oncles se tier entre eux pour prendre leur place au pouvoir. Alors qui de tous ces égos démesurés va céder la place à l’autre pour lui permettre de régner sur la région? A mon sens aucun. Ils se considèrent tous comme étant les plus puissants et ne céderaient pour rien au monde un iota de leur toute puissance aux autres et encore moins à un autre. Dans les pays civilisés, on arrive à construire des communautés sans prince ni roi, que des partenaires égaux dans leurs droits comme dans leurs devoirs. On est loin, très loin de ce schéma avec des pays en voie de civilisation et de développement, malgré leur gratte-ciel et leur prospérité apparente, pour espérer une quelconque entente ou paix à court et moyen terme. Ils trouverons toujours une raison pour attaquer leurs voisins avec qui ils ont dîné la veille en lui promettant loyauté et fidélité alors que les plans d’attaque était dressés sur la table des opérations. Ils sont ainsi faits et je ne leur donne pas plus de quelques mois maxi pour s’étriper à nouveau et retirer ambassadeurs et consuls pour revenir bouder chacun dans son coin en faisant appel aux américains pour les sauver le jour où leur pays ou leur pouvoir sont en danger de mort.

Sissi zayyat

11 h 24, le 22 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Les arabes n’ont besoin de personne pour se tirer dans les pattes et s’éliminer entre eux. C’est une histoire ancienne que nous avons après dans les livres d’histoire, même avant l’existence des américains et des autres pays sur leur sol. On a vu des frères, demis frères, cousins et oncles se tier entre eux pour prendre leur place au pouvoir. Alors qui de tous ces égos démesurés va céder la place à l’autre pour lui permettre de régner sur la région? A mon sens aucun. Ils se considèrent tous comme étant les plus puissants et ne céderaient pour rien au monde un iota de leur toute puissance aux autres et encore moins à un autre. Dans les pays civilisés, on arrive à construire des communautés sans prince ni roi, que des partenaires égaux dans leurs droits comme dans leurs devoirs. On est loin, très loin de ce schéma avec des pays en voie de civilisation et de développement, malgré leur gratte-ciel et leur prospérité apparente, pour espérer une quelconque entente ou paix à court et moyen terme. Ils trouverons toujours une raison pour attaquer leurs voisins avec qui ils ont dîné la veille en lui promettant loyauté et fidélité alors que les plans d’attaque était dressés sur la table des opérations. Ils sont ainsi faits et je ne leur donne pas plus de quelques mois maxi pour s’étriper à nouveau et retirer ambassadeurs et consuls pour revenir bouder chacun dans son coin en faisant appel aux américains pour les sauver le jour où leur pays ou leur pouvoir sont en danger de mort.

    Sissi zayyat

    11 h 24, le 22 avril 2023

  • "Il semble qu'un nouveau système arabe soit en train d'émerger, un système extrêmement réactionnaire, brutal et centré sur l'écrasement de tout mouvement populaire." Certes, mais il est à l'image des coalitions entre dictateurs qui ont fini dans le sang (Hitler / Staline,...) A l'opposé, l'union européenne, basée sur un accord entre démocraties, et sur des valeurs autres que le nationalisme, se révèle très solide.

    F. Oscar

    09 h 21, le 16 avril 2023

  • Que des musulmans applaudissent des accords passés sous l'égide d'un pays, la Chine, qui extermine des millions de musulmans, le peuple ouïghour, est consternant. Mais cette totale insensibilité au droits de l'homme est un trait commun de cette nouvelle alliance, sans aucun avenir au demeurant. Par ailleurs, "la normalisation avec le régime assassin est-elle un jeu avec les Américains qui ont traité leurs alliés saoudiens d’une façon perçue comme irrespectueuse par ces derniers à l'époque de Barack Obama et qui sont réticents à traiter avec MBS ?", J'opinerais aussi pour cette hypothèse. Merci à l'auteur pour cette remarquable synthèse.

    F. Oscar

    09 h 14, le 16 avril 2023

  • Que les pays arabes se réconcilient, on ne peut que s'en réjouir! Il est temps qu'ils cessent de faire le jeu des puissances colonialistes et bellicistes qui divisent pour régner!

    Politiquement incorrect(e)

    12 h 08, le 14 avril 2023

  • Suite! L'Arabie Saoudite pourrait elle être le bras sunnite de la Chine capable de prêter main forte au rétablissement de la Syrie et du Liban ? Lors de sa derniere visite en Chine, Macron aurait-il été, mis au fait des visées économiques chinoises sur la Syrie ? En appuyant la candidature de S. Frangieh à la présidence, ce sont encore les vieux réflexes de politiques colonialistes de soumission qu'il tente d'imposer au Liban vis à vis de la Syrie promise à une glorieuse renaissance ? Les ressources minières aux frontières nord libano-Syrienne (ou ressources de Lithium en Syrie ? ) et les contrats de reconstruction seraient-ils les priorités de Macron aux dépends d'une saine renaissance d'un Liban libre neutre et prospère ?

    Bibette

    12 h 00, le 14 avril 2023

  • La politique occidentale a historiquement consisté à maintenir son influence sur les pays Arabes du Golfe en entretenant une acerbe rivalité entre les pays sunnites et chiites en vue de les diviser et les équiper en armements et en soustraire du pétrole. Les États Unis d'Amérique et l'Europe n'ayant plus les mêmes préoccupations stratégiques ni les mêmes visées sur cette région, s'en sont moins préoccupé permettant aux pays Arabes du Golfe de s'emanciper, et laissant la porte ouverte à un autre grand géant de la géopolitique, la Chine, d'y prendre la relève. Le lobby de l'industrie militaire américain a de tout temps été le moteur de la politique guerriere et destructrice américaine dans le monde. La Chine, elle, a une vision géopolitique plus pacifique, visant à permettre une croissance économique continue dans les pays qui sont ses marchés d'exportations de bien de services et de consommation. La Chine construit des ports, et des aéroports dans le monde. Aurait-elle des visées de reconstruire la Syrie ! Aurait-elle mandaté l'Arabie et l'Iran de s'atteller à mettre de l'ordre en Syrie en échange d'un projet chinois de reconstruction de ce pays profitant du relâchement de la Russie occupée par sa guerre ? Macron aurait-il une part dans cette nouvelle entreprise chinoise dans notre région ? Ceci expliquerait-il son soutien, à tort certes, à la candidature de S. Frangieh ? L'AS est bien plus sincère et préoccupée que la France colonialiste de voir un Liban prospère .

    Bibette

    11 h 34, le 14 avril 2023

  • Sans les quelques 5 milliards de dollars que la diaspora envoie au Liban chaque année depuis des décennies, je me demande de quoi vivraient les Libanais restés au pays.

    TrucMuche

    21 h 20, le 13 avril 2023

  • Les dictateurs fascisants s’allient entre eux, c’est bien triste ! Combien ont-ils de sang sur les mains à eux tous ?

    TrucMuche

    20 h 03, le 13 avril 2023

  • Excellent !

    Tony Nakhle

    18 h 48, le 13 avril 2023

  • La paix au Moyen-Orient ? C’est une menace ? Ne faut il pas se rejouir de voir les refugiés syriens rentrés chez eux au lieu d'etre des mendiants planetaires ?

    nabil samir

    18 h 15, le 13 avril 2023

  • Que les opposants syriens ne s'agitent plus trop comme ils n'ont pas cessé de le faire en vain jusqu'à ce jour ( et on dirait, à la lecture de cet article terne , qu'ils persistent à continuer dans ce sens ) ! Il a fallu un demi million de morts et des masses de réfugiés pour qu'ils comprennent que Bachar el Assad , tout comme Vladimir , est indélogeable ! Quel gâchis ont-ils provoqué par leur naiveté ! ëpargnez-nous s'il vous plaît encore plus de victimes , et jouissez de ce que la vie vous offre sans désirer plus ! C'est la seule voix de la raison et de la sagesse . Contribuez pkutîot à reconstruire la Syrie ...(et le Liban !)

    Chucri Abboud

    17 h 22, le 13 avril 2023

  • On peut être d'accord ou pas avec un certain gouvernment (ou regime si vou voulez...) mais si c'est un gouvernment de facto il n'y a pas de raison pour n'avoir pas rélations diplomatiques avec lui. C'est tout simple.

    Vale Diogo

    17 h 12, le 13 avril 2023

  • Il y a quelque chose d'incomprehensible a l'Orient le Jour de ne pas apprecier les reconciliations arabes ou intermusulmanes qui apporteront stabilité au moyen orient et au Liban . Au lieu de cela vous semblez vous en offusquer au lieu de vous rejouir . On remarque que des les USA perdent pied quelquepart la paix y revient .....etrange non ?

    nabil samir

    16 h 32, le 13 avril 2023

  • Cher Monsieur, on peut différer sur certaines hypothèses que vous évoquez, mais votre article nous change des élucubrations simplistes de Mme Haddad

    IBN KHALDOUN

    16 h 28, le 13 avril 2023

  • "… Le premier résonne avec la politique des régimes de « MBZ » et « MBS » …" - Eh, oh! Il ne faut pas oublier notre « MBécile » national, quand même!…

    Gros Gnon

    15 h 04, le 13 avril 2023

  • C'est simple, inutile de vous perdre dans les détails : Tous les États musulmans de la région se rendent de plus compte qu'ils ont été dupes en suivant les directives américaines qui en fait n'avait qu'un seul objectif depuis des décades : Les diviser pour régner , créer la zizanie entre eux afin qu'ils se détruisent les uns les autres pour le bonheur d'Israel . Ils en ont souffert terriblement , et le réveil est dur . Ils oublient donc leurs inimitiés créées à tort et à travers , et décident de se regrouper à un moment crucial en s'éloignant de plus en plus du monstre américain si néfaste ! Rien de plus , rien de moins .

    Chucri Abboud

    13 h 29, le 13 avril 2023

  • - LE TEMPS DE LA RECONSTRUCTION, - APPROCHE. FRANCAIS ET GOLFIQUES, - SE BOSCULENT SUR L,ERECTION, - AUX CONTRATS JUTEUX ET MYTHIQUES. MACRON SACRIFIE LE LIBAN, - ET LES AUTRES TOUT L,IMPORTANT.

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    13 h 13, le 13 avril 2023

Retour en haut