Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Levée de l'interdiction de voyager à l'encontre de Riad Salamé

Le gouverneur de la BDL "n'aura ainsi aucun prétexte pour ne pas se rendre en France" où il est appelé à comparaître le 16 mai, selon une source judiciaire. 

Le gouverneur de la BDL Riad Salamé, lors d'un entretien avec Reuters, le 23 novembre 2021. Photo REUTERS/Mohamed Azakir/File Photo

L'interdiction de voyager à l'encontre du gouverneur de la Banque centrale du Liban (BDL) va être levée jeudi, ce qui lui permettrait de comparaître en France le 16 mai, a indiqué à l'AFP mercredi une source judiciaire libanaise alors que l'enquête française s'accélère.

Riad Salamé est soupçonné de s'être constitué un riche patrimoine immobilier et bancaire en Europe via un montage financier complexe et un détournement massif de fonds publics libanais.

"A partir de demain, l'interdiction de voyager à l'encontre de Riad Salamé sera levée. Il n'aura ainsi aucun prétexte pour ne pas se rendre en France", a affirmé la source judiciaire. M. Salamé est convoqué à Paris le 16 mai pour une mise en examen. Mais la source judiciaire a estimé que le gouverneur pourrait rester au Liban en arguant qu'une audience dans le cadre d'une enquête locale est prévue le 18 mai. 

Lire aussi

L’affaire Marwan Kheireddine : un pas de plus dans la traque judiciaire de Riad Salamé?

La juge Ghada Aoun avait émis en janvier 2022 une interdiction de voyager à l'encontre de Riad Salamé, suite à une plainte engagée par un groupe de militants libanais contre le gouverneur pour mauvaise gestion financière présumée. Mme Aoun, procureure générale du Mont-Liban, est considérée comme proche de l'ancien président Michel Aoun, dans un pays où certains juges sont accusés d'être politisés.

La mise en examen de M. Salamé serait une avancée majeure dans cette information judiciaire ouverte depuis juillet 2021 en France, en parallèle avec d'autres procédures européennes ou suisse. Selon plusieurs sources, l'Etat libanais s'est récemment constitué partie civile en France. 

Le gouverneur de la BDL est l'objet d'une série d'enquêtes judiciaires aussi bien dans son pays qu'à l'étranger, portant sur des soupçons de blanchiment d'argent et d'enrichissement illicite.

Selon une source proche de l'enquête en France, Raja Salamé, le frère du gouverneur, Marianne Hoyek, son ancienne assistante, et Nadi Salamé, son fils aîné, sont cités par la justice française comme possibles complices des infractions commises par Riad Salamé. A ce stade, ils n'ont toutefois pas été inculpés.

Encensé pour avoir redressé l'économie libanaise après la guerre civile, Riad Salamé est aujourd'hui accusé d'être un des principaux responsables de l'effondrement financier depuis fin 2019.

L'interdiction de voyager à l'encontre du gouverneur de la Banque centrale du Liban (BDL) va être levée jeudi, ce qui lui permettrait de comparaître en France le 16 mai, a indiqué à l'AFP mercredi une source judiciaire libanaise alors que l'enquête française s'accélère.Riad Salamé est soupçonné de s'être constitué un riche patrimoine immobilier et bancaire en Europe via un montage...

commentaires (6)

Il ferait mieux de se rendre a Paris et de se mettre sous la protection de la justice Francaise. S'il reste au Liban au-dela de la fin de son mandat, il risque l'assassinat. Ce n'est pas moi qui le dit. C'est son excellece le depu(i)te Jamil Sayyed qui est un expert securitaire. Non ?

Michel Trad

16 h 08, le 13 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Il ferait mieux de se rendre a Paris et de se mettre sous la protection de la justice Francaise. S'il reste au Liban au-dela de la fin de son mandat, il risque l'assassinat. Ce n'est pas moi qui le dit. C'est son excellece le depu(i)te Jamil Sayyed qui est un expert securitaire. Non ?

    Michel Trad

    16 h 08, le 13 avril 2023

  • - PERSONNE NE PEUT LUI TROUVER LE MOINDRE TORT. - IL A DE BERRY PLUS MIKO LE PLEIN SUPPORT. - LA MAFIOSITE QUAND DANS L,EPREUVE FUSIONNE. - POUR SE SAUVEGARDER SORT SES GRIFFES DE LIONNE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 38, le 13 avril 2023

  • Jet privé au départ et planqué dans une malle Vuitton pour le retour ?

    Pandora

    12 h 43, le 13 avril 2023

  • J'ai bien aimé le commentaire de Liberté de pensée...

    Roborm

    09 h 01, le 13 avril 2023

  • Résumons la situation, il loue un jet privé le 17 mai et atterrit au Bourget (Attention de ne pas oublier des centaines de milliers d’Euros en espèces dans les valises). Au lieu de dormir dans son appartement parisien somptueux où il risque de voir la PJ débarquer à 6h du latin pour l’interpeller et l’emmener menotté, il vaudrait mieux qu’il prenne une suite présidentielle dans un Palace qui possède plusieurs portes arrière dérobées. Le 18, il se voit signifier sa mise en examen et au pire sa mise en détention préventive pour ne pas fuir ou au mieux sa mise en résidence surveillée sous bracelet Electronique avec obligation de pointer au commissariat. Le quartier VIP de La Santé à une cellule libre depuis que Balkany a été libéré, c’est moins bien que les Palaces mais c’est mieux que Fleury Merogis. Le seul hic est qu’il n’aura pas droit à des oranges, le CPL ne veut pas qu’il mange leur symbole … sinon, il achète deux malles et voyage dans la soute du jet privé. Paris Beyrouth est plus court que Osaka Istanbul Beyrouth…

    Lecteur excédé par la censure

    20 h 51, le 12 avril 2023

  • Il a intérêt à bien choisir ses destinations ! Sinon... Mr Salamé ? Riad Salamé ? Pouvez-vous nous suivre s'il vous plaît ?

    Ca va mieux en le disant

    20 h 18, le 12 avril 2023

Retour en haut