Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Maoulaoui : Un plan sécuritaire sera « bientôt mis en œuvre » à Beyrouth

« Les rumeurs selon lesquelles le don d'un milliard d'euros serait conditionné à la présence syrienne au Liban sont fausses », affirme le ministre sortant de l'Intérieur. 

Maoulaoui : Un plan sécuritaire sera « bientôt mis en œuvre » à Beyrouth

Le ministre libanais sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, lors d'une conférence de presse à l'Association des diplômés des écoles islamiques Makassed à Beyrouth, le 11 mai 2024. Photo ANI

Le ministre libanais sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a annoncé un plan de sécurité pour Beyrouth et sa banlieue, en particulier la route de l'aéroport, où plusieurs incidents ont été signalés, et a estimé, en outre, que le don européen d'un milliard d'euros au Liban ne visait pas à maintenir les migrants syriens dans le pays.

« Un plan de sécurité visant à rassurer les habitants et les résidents de Beyrouth et à rétablir la stabilité sera bientôt mis en œuvre à Beyrouth et sa banlieue, notamment sur la route de l'aéroport », a annoncé M. Maoulaoui lors d'un rassemblement à l'Association des diplômés des écoles islamiques Makassed à Beyrouth vendredi.

Lire aussi

Faut-il craindre la route de l’Aéroport international de Beyrouth ?

Une hausse apparente de la criminalité, associée à de nombreux rapports d'agressions et de tentatives de vol sur la route de l'Aéroport international de Beyrouth (AIB) au cours des dernières semaines, avait incité le ministre à annoncer le 24 avril un nouveau plan de sécurité pour la capitale, comprenant « davantage de patrouilles sur la route de l'aéroport ».

Contacté, le ministre n'était n'était pas joignable dans l'immédiat pour un complément d'information à ce sujet. Il n'était pas clair s'il évoquait le même plan ou un autre. 

M. Maoulaoui a aussi déclaré que la situation sécuritaire au Liban est difficile en raison de la crise financière que traverse le pays. « L'absence de nouvelles recrues et d'expertise au sein des forces de sécurité libanaises depuis près de cinq ans, couplée aux contraintes financières de l'État » est la cause de la détérioration de la situation sécuritaire, a-t-il précisé. Le Liban traverse depuis cinq ans une crise économique sans précédent, qui a poussé la grande majorité de la population sous le seuil de pauvreté.

M. Maoulaoui a ajouté que son ministère a demandé l'augmentation de 800 membres supplémentaires au sein des forces de sécurité, exprimant l'espoir d'une « participation volontaire de tous les segments de la société libanaise ».

Don de l'UE 

S'exprimant au sujet de l'aide de l'Union européenne (UE), le ministre a affirmé que « les rumeurs selon lesquelles le don d'un milliard d'euros serait conditionné à la présence syrienne au Liban sont fausses ». « L'UE a assuré au Liban que toute aide fournie serait inconditionnelle et destinée à soutenir les citoyens libanais et les agences de sécurité », a-t-il ajouté.

Au début du mois du mois de mai, la présidente de la Commision européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé une aide d'un milliard d'euros pour le Liban lors d'une visite à Beyrouth. De nombreux protagonistes ont vu dans cette aide un paquet conditionnel de l'UE visant à inciter le Liban à garder les migrants syriens sur son territoire et à freiner leur migration vers l'Europe.

M. Maoulaoui a aussi estimé qu'il n'était « plus possible pour le Liban d'accueillir autant de migrants syriens, en particulier dans le contexte de tous les défis auxquels le pays est confronté ».

Environ 1,5 million de Syriens vivent au Liban, ce qui en fait le pays qui compte le plus grand nombre de migrants par habitant au monde. Quelque 800 000 de ces ressortissants sont enregistrés auprès des Nations unies. Le conflit qui a éclaté en Syrie en 2011 se poursuit avec plus de 4 000 civils et combattants tués dans le pays en 2023, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Les politiciens libanais de tous bords appellent régulièrement au rapatriement immédiat des migrants syriens, qu'ils rendent responsables de la crise économique du Liban. Ils affirment que les conditions de sécurité permettent un tel retour, alors que les Nations unies et d'autres groupes de défense des droits avertissent que ce n'est pas le cas.

Le ministre libanais sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a annoncé un plan de sécurité pour Beyrouth et sa banlieue, en particulier la route de l'aéroport, où plusieurs incidents ont été signalés, et a estimé, en outre, que le don européen d'un milliard d'euros au Liban ne visait pas à maintenir les migrants syriens dans le pays.« Un plan de sécurité visant à rassurer les...
commentaires (3)

Suite: cessez de rêver au poste de PM, vous ne verrez même pas la couleur du tapis du Sérail

Lecteur excédé par la censure

10 h 54, le 12 mai 2024

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Suite: cessez de rêver au poste de PM, vous ne verrez même pas la couleur du tapis du Sérail

    Lecteur excédé par la censure

    10 h 54, le 12 mai 2024

  • Arrêtez votre charabia et vos bêtises monsieur le ministre. Vous savez très bien que ni vous ni votre police n’êtes capables d’arrêter une catégorie de malfaiteurs qui sont au dessus des lois. Vous ne pourrez jamais lutter contre cette délinquance et cette criminalité car les quelques bons éléments qui sont en service sont trop occupés à protéger les politiciens voleurs plutôt que les citoyens volés

    Lecteur excédé par la censure

    10 h 53, le 12 mai 2024

  • Un plan de sécurité visant à rassurer les Beyrouthins et à rétablir la stabilité notamment sur la route de l'aéroport, jamais nous avons été confronté à un tel défi !!! Un milliard d'euros, cela semble un pari difficile à tenir..

    C…

    07 h 07, le 12 mai 2024

Retour en haut