Rechercher
Rechercher

Digressions lunaires

Dernier trimestre et les oiseaux qui peuplent les arbres de la cour prennent un malin plaisir à distraire les écoliers distraits. Ceux-là, on va encore les noter « dans la lune », mais c’est bien sur terre, bien loin de l’école, de la ville et de tout lieu habité que leur capsule les transporte : là-haut dans les montagnes où la neige, en partant, s’attarde un peu dans les sillons ; ou là-bas, dans les champs reverdis qui s’ensoleillent et s’enfleurent. Les enfances ne devraient pas être enfermées aussi longtemps. Trop longue, trop lente, trop chargée, rythmée par quelques congés trop courts, l’année n’en finit pas de finir. Aussi ce dernier trimestre scolaire qui fonce tout droit vers les grandes vacances a-t-il une saveur particulière.

À la maison, quelqu’un a décidé d’ouvrir grand les fenêtres, laisser les rideaux flotter au vent bleu de la belle saison, déloger la poussière de ses quartiers d’hiver. Le printemps a ses rituels. Il nous envoie fourrer le nez dans nos affaires, nous pousse à trier les papiers accumulés dans les tiroirs, nous heurte à des photos jaunies du temps où l’on développait les photos. Cette soirée-là… La vraie vie commençait à la fin des études, on était plus gros ou plus mince, premier emploi peut-être, des vêtements bizarres, des coiffures improbables et l’air niais des gens heureux. Les amis, l’amitié, ce beau lien construit à force de confidences, d’entraide, de délires, d’aventures partagées, de conversations plus ou moins constructives. Combien se sont effacés de l’image ? Les uns emportés, d’autres partis. Des écrans entre ceux qui restent. Mais la pelle attend et le temps est au regain et l’humeur à la gaieté.

Dans le Liban effondré, accablé sous la malgouvernance de ses responsables dont chaque initiative prouve l’incompétence et la corruption, les Libanais n’ont plus les moyens de traverser l’hiver. Le retour du soleil adoucit et console. On retrouve le courage d’envisager des jours meilleurs. La solidarité organisée dans la foulée de la thaoura et de l’explosion du 4 août 2020 continue à porter ses fruits. Elle a créé une nouvelle dynamique sociale, une mentalité moins suiviste. Désormais, il est certain qu’aucun innocent, aucun courageux déterminé à ne laisser aucun scandale sous le tapis ne fera les frais d’une justice inique sans être soutenu par ses compatriotes. Tant de statues déboulonnées, tant de demi-dieux tombés de leur piédestal, tant de rois nus qui tentent encore désespérément de convaincre de leur pouvoir distribuent çà et là un peu de fuel ou de pâtes, mais savent que leurs gens savent qu’ils ne peuvent plus rien.

Dans le passé, les grandes crises, les krachs, les conflits mondiaux, le tournant de l’ère industrielle ont donné lieu à des chefs-d’œuvre, généré de nouveaux courants de pensée. Notre époque, qui négocie avec inquiétude, et coup sur coup, son passage à l’ère digitale et spatiale, est encore stérile. Tant qu’à être « dans la lune » en ce printemps si tendre, autant en ramener quelque chose, petit pas ou grand bond, qui contribue à grandir l’humain en notre humanité déboussolée.

Dernier trimestre et les oiseaux qui peuplent les arbres de la cour prennent un malin plaisir à distraire les écoliers distraits. Ceux-là, on va encore les noter « dans la lune », mais c’est bien sur terre, bien loin de l’école, de la ville et de tout lieu habité que leur capsule les transporte : là-haut dans les montagnes où la neige, en partant, s’attarde un peu...
commentaires (3)

J’adore le style et la grandeur de l’âme de Mme Abou Dib Il faut surtout savoir lire entre les lignes Salah

Salah Mansour

02 h 47, le 13 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • J’adore le style et la grandeur de l’âme de Mme Abou Dib Il faut surtout savoir lire entre les lignes Salah

    Salah Mansour

    02 h 47, le 13 avril 2023

  • ?

    Olivier Rachoin

    13 h 57, le 10 avril 2023

  • Délicieux comme d'habitude. Merci de nous faire rêver, le moment d'une lecture. Merci pour ce rayon de printemps!

    Mobayed Rima

    02 h 37, le 06 avril 2023

Retour en haut