Rechercher
Rechercher

Technologies - INTOX

Venezuela, Ukraine, Biden et les extraterrestres... l’intelligence artificielle pour désinformer

« Est-il vrai que le Venezuela est un pays si pauvre ? » interroge un présentateur blond en lançant un reportage. Ce n’est pas un journaliste... ni même un humain, mais un avatar généré par intelligence artificielle, de plus en plus utilisée pour désinformer.

Venezuela, Ukraine, Biden et les extraterrestres... l’intelligence artificielle pour désinformer

L’intelligence artificielle est de plus en plus utilisée pour désinformer. Photo d’illustration Bigstock

Présentés comme appartenant à une sorte de journal télévisé, les faux reportages favorables au pouvoir vénézuélien sont apparus comme des publicités sur les réseaux sociaux, déclenchant une polémique dans le pays et sur le net.

Et ce n’est pas un cas isolé. « De plus en plus de régions parlent de “deep fakes” et d’“audiovisuels” générés par l’intelligence artificielle (IA) comme d’une menace », explique Shirin Anlen, spécialiste des technologies des médias à l’ONG Witness. En février, une vidéo trafiquée du président américain Joe Biden mettant en garde contre une « menace extraterrestre » a circulé massivement sur les réseaux sociaux.

Zelensky et la cocaïne

L’année dernière, un montage du dirigeant ukrainien Volodymyr Zelensky sniffant de la cocaïne ou un rap d’Eminem contre le président du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, ont aussi fait un tabac sur le net. C’étaient des faux générés par de l’IA.

Dans le cas du Venezuela, les avatars des vidéos « House of News Español » provenaient du programme de création d’intelligence artificielle Synthesia. La société les a « signalés » à YouTube qui les a retirées. La porte-parole de Synthesia n’a pas voulu révéler qui était ce client, mais a indiqué qu’en ayant « violé » les « conditions et politiques » d’utilisation, il avait été « exclu ». « Si vous prétendez être journaliste, si vous prétendez diffuser des infos, vous serez banni », a déclaré Laura Morelli.

Les présentateurs de « House of News », Noah, un blond, et Daren, un Noir, font partie du catalogue de 93 avatars de Synthesia. Ils ont notamment été utilisés en janvier pour des vidéos de prétendus Américains soutenant un coup d’État au Burkina Faso.

Facile à faire, dur à tracer

« Ce type de programme peut être utilisé par n’importe qui avec un minimum de connaissances », prévient Eduardo Mosqueira, docteur en informatique et professeur à l’Université de La Corogne, en Espagne.

Il assure qu’il n’est pas difficile de détecter une vidéo « fausse », mais souligne en revanche qu’il est difficile d’en déterminer l’origine : « Si les auteurs ont fait preuve d’un minimum de prudence, je suppose que c’est impossible. »

La chaîne de télévision publique vénézuélienne VTV a diffusé l’une des vidéos de « House of News » pour évoquer la « réussite » du tournoi de base-ball Série des Caraïbes, organisé pour la première fois au Venezuela depuis neuf ans. « House of News » indiquait que le tournoi avait généré des millions de dollars de bénéfices alors qu’il n’existait aucun chiffre officiel sur le sujet.

Barry Cartaya, un des présentateurs vedettes de la chaîne publique, très favorable au pouvoir, s’était appuyé sur la vidéo pour assurer à l’antenne : « Ce sont des chiffres que ce média rapporte aux États-Unis et dans une grande partie de l’Amérique latine. »

La polémique sur la provenance des vidéos a mis en colère le président vénézuélien Nicolas Maduro qui a réfuté tout lien des autorités avec la production : « Ce n’est pas de l’intelligence artificielle, c’est de l’intelligence populaire. » « Je suis un robot », a-t-il ironisé, imitant une voix métallique et mimant des mouvements mécaniques.

En février, un autre diffuseur de fausses nouvelles, « Wolf News », a utilisé la même technologie pour diffuser des vidéos de propagande prochinoise. « C’est la première fois que nous voyons une opération d’État utiliser des séquences vidéo générées par l’IA pour créer un contenu politique trompeur », avait déclaré Jack Stubbs, du studio Graphika, auteur de l’enquête qui relie les vidéos à des réseaux favorables au Parti communiste chinois.

Meta, la maison-mère de Facebook, a démantelé ces derniers mois des réseaux de faux comptes, dont un à Cuba, qui créaient de fausses identités « pour publier sur Facebook des critiques envers les opposants » au pouvoir cubain, a expliqué Ben Nimmo, responsable mondial du renseignement sur les menaces au sein de l’entreprise, lors d’une vidéoconférence. « Certains de ces comptes utilisaient des photos de profil probablement générées à l’aide d’intelligence artificielle : des photos de personnes qui n’existent pas. Une tactique de plus en plus utilisée », selon lui.

M. Mosqueira estime qu’« avec l’essor des technologies, il devient de plus en plus facile de programmer des “bots” qui se font passer pour de vraies personnes sur les réseaux et lancent les messages que l’on veut faire passer ».

Et il met en garde contre le fort impact des « deep fakes », même lorsqu’il est ensuite prouvé qu’ils sont faux. « C’est la célèbre phrase attribuée à Joseph Goebbels (haut dirigeant nazi en charge de la propagande) : un mensonge correctement répété 1 000 fois devient la vérité. »

Source : AFP

Présentés comme appartenant à une sorte de journal télévisé, les faux reportages favorables au pouvoir vénézuélien sont apparus comme des publicités sur les réseaux sociaux, déclenchant une polémique dans le pays et sur le net.Et ce n’est pas un cas isolé. « De plus en plus de régions parlent de “deep fakes” et d’“audiovisuels” générés par l’intelligence...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut