Rechercher
Rechercher

Technologies - Guerre de Gaza

« Pas de technologie pour le génocide » : Google licencie des employés opposés à la fourniture de services d'IA à Israël

Les manifestants ont exigé que Google se retire d'un accord consistant à fournir des services d'informatique par le biais du « Cloud » et d'intelligence artificielle au gouvernement et à l'armée israéliens.

Une pancarte installée dans le bureau de Google à Sunnyvale, en Californie. Photo X/@NoTechApartheid

Google, filiale d'Alphabet Inc., a licencié 28 employés après leur participation à des manifestations contre le projet Nimbus, un contrat conjoint de 1,2 milliard de dollars avec Amazon.com Inc. visant à fournir au gouvernement israélien des services d'intelligence artificielle et d'informatique sur le système « Cloud », rapportent plusieurs médias.

Le projet Nimbus est un projet de cloud computing du gouvernement et de l'armée de l'Etat hébreu, qui avait été annoncé en 2021. Le « cloud computing » est une pratique consistant à utiliser des serveurs informatiques à distance, hébergés dans des centres de données connectés à Internet pour stocker, gérer et traiter des données.

Les manifestations, organisées par le groupe No Tech for Apartheid (Pas de technologie pour le Génocide), se sont déroulées dans les bureaux de Google à New York, Seattle et Sunnyvale, en Californie. À New York et en Californie, les manifestants ont organisé un sit-in de près de 10 heures, tandis que d'autres ont documenté l'événement, notamment par le biais d'une retransmission en direct sur Twitch. Neuf personnes ont été arrêtées pour intrusion lors de cette mobilisation.

Pour mémoire

Quand les internautes utilisent l’intelligence artificielle pour rendre la guerre Hamas-Israël plus esthétique

Selon le Wall Street Journal, certains salariés ont été notifiés par le département des ressources humaines qu'ils étaient « mis en congé ». Ces employés « ont été licenciés mercredi en fin de journée après une enquête interne », a déclaré Chris Rackow, vice-président de Google chargé de la sécurité mondiale, dans un communiqué officiel.

Les personnes concernées ont été informées de leur mise à pied mercredi soir, comme l'a confirmé une déclaration du personnel de Google associé à la campagne No Tech for Apartheid dans un communiqué officiel. « Cet acte flagrant de représailles indique clairement que Google accorde plus d'importance à son contrat de 1,2 milliard de dollars avec le gouvernement et l'armée génocidaires d'Israël qu'à ses propres employés- ceux-là mêmes qui constituent une valeur réelle pour les dirigeants et les actionnaires », a indiqué No Tech for Apartheid, le groupe qui a organisé les manifestations.

En 2022, Ariel Koren, qui se présentait comme une employée juive de Google à Bay View, en Californie, a annoncé son départ de la compagnie pour protester contre le projet Nimbus, déclarant qu'elle avait été contrainte de démissionner dans un contexte de « représailles et d'hostilité à l'encontre des employés qui s'expriment haut et fort ». La cause, selon elle, serait son activisme antisioniste et son opposition ouverte au projet Nimbus.

Google, filiale d'Alphabet Inc., a licencié 28 employés après leur participation à des manifestations contre le projet Nimbus, un contrat conjoint de 1,2 milliard de dollars avec Amazon.com Inc. visant à fournir au gouvernement israélien des services d'intelligence artificielle et d'informatique sur le système « Cloud », rapportent plusieurs médias.Le projet Nimbus est un...
commentaires (2)

Bravo à ces employés courageux!

Politiquement incorrect(e)

16 h 35, le 25 avril 2024

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Bravo à ces employés courageux!

    Politiquement incorrect(e)

    16 h 35, le 25 avril 2024

  • Et moi, je vais ignorer Google. Si tous les gars du monde se portent solidaires, Google en pâtira.

    Mohamed Melhem

    18 h 56, le 18 avril 2024

Retour en haut