Rechercher
Rechercher

Société - Justice

Nadine Labaki est-elle poursuivie pour plagiat ?

Une réalisatrice turque, Andaç Haznedaroglu, a porté plainte en mai 2022 contre la réalisatrice libanaise pour avoir utilisé son idée dans « Capharnaüm ».

Nadine Labaki est-elle poursuivie pour plagiat ?

La cinéaste Nadine Labaki. Photo prise de son compte Facebook

Au prestigieux Festival de Cannes où il avait été projeté en avant-première, en mai 2018, il avait reçu une standing ovation d’une bonne quinzaine de minutes. Le film Capharnaüm de Nadine Labaki avait aussi obtenu le prix du jury de ce même festival, parmi tant d’autres. Mais la justice libanaise, et plus particulièrement le parquet d’appel de Beyrouth, aurait décidé d’engager des poursuites contre la réalisatrice libanaise, son époux Khaled Mouzannar, le scénariste du film titré Jihad Hojeily, et la société de production Mooz Films en vertu de la loi de protection de la propriété littéraire et artistique (article 86 de la loi 75/99). Ces poursuites, si elles devaient se confirmer, ne sont pas une condamnation. Elles constitueraient le début d’une procédure d’enquête, avec pour devoir de respecter la présomption d’innocence.

L’information a été diffusée hier par Lebanon Files, notamment. Et ce, suite à une plainte présentée en mai 2022 par la réalisatrice turque Andaç Haznedaroglu pour plagiat, soit quatre ans après la sortie du film. Cette dernière avait accusé Nadine Labaki de s’être appropriée l’idée de son film intitulé The Guest, Aleppo-Istanbul, après avoir refusé d’y participer, et de l’avoir utilisée dans son film Capharnaüm. The Guest aurait été diffusé en 2017. Il relate la fuite d’une petite fille syrienne et de familles d’Alep à Istanbul durant le conflit syrien.


Pour mémoire

Nadine Labaki et la voix de Cate Blanchett tirent la sonnette d’alarme pour Beyrouth

Capharnaüm avait ému les foules. Il se déroule au Liban, dans les dédales de quartiers miséreux. Il relate l’histoire d’un jeune réfugié syrien, Zaïn, âgé de 12 ans, qui intente un procès à ses parents pour l’avoir mis au monde, alors qu’ils étaient incapables de l’élever dans des conditions convenables et de lui donner un tant soit peu d’amour. Il raconte aussi l’histoire de Rahil, une travailleuse d’origine érythréenne, contrainte d’élever son enfant dans l’illégalité. À travers ces destins croisés, Nadine Labaki avait réussi à mettre en exergue la grande vulnérabilité des personnes marginalisées, de l’enfance maltraitée. Elle avait aussi montré le difficile combat du droit à l’existence, avec pour objectif non pas d’inspirer la pitié, mais d’ouvrir le débat.

Le bureau de presse de Nadine Labaki répond

Nous n’avons pas réussi à contacter la plaignante ou son avocat. Le parquet d’appel de Beyrouth n’a pas non plus répondu à nos sollicitations. Nous avons en revanche réussi à nous mettre en contact avec le bureau de presse de Nadine Labaki, qui a publié un communiqué dont nous publions des extraits :

« La plainte précitée revêt un caractère purement arbitraire. Elle est survenue après le succès international du film Capharnaüm et pour des objectifs bien connus », dit le texte. Il précise que « Nadine Labaki n’a pas été notifiée à ce jour de la moindre décision de justice liée aux poursuites mentionnées par la presse ». « Et pourtant, certains médias et réseaux sociaux ont publié l’information tout en laissant entendre la condamnation de Mme Labaki, dans une volonté claire de porter atteinte à sa réputation. » Dans ce cadre, le bureau de presse tient à préciser que « toute poursuite engagée par le parquet d’appel contre Nadine Labaki basée sur des accusations fausses portées à son encontre ne constituent pas une condamnation. Toute personne qui publie donc cette information avant la décision finale s’exposera donc à des poursuites judiciaires ».

Pour mémoire

Nadine Labaki : Les jeunes de la révolution rivalisent d’intelligence et de maturité

Le communiqué ajoute par ailleurs que « Nadine Labaki a déjà porté plainte contre Andaç Haznedaroglu devant les autorités pénales pour calomnie, injures et intimidation, et que l’enquête est en cours ». « Nadine Labaki se réserve le droit d’user des moyens de défense appropriés pour faire éclater la vérité et faire cesser les poursuites y relatives, ainsi que l’action en justice, poursuit-il. De même, elle se réserve le droit de demander réparation. » Le communiqué annonce enfin que « Nadine Labaki prendra toutes les mesures légales nécessaires contre les médias et les sites internet, impliqués, directement ou indirectement, dans cette campagne diffamatoire qui la cible depuis quelques mois ». Et ce dans un objectif de « protéger ses droits et sa réputation ».

Au prestigieux Festival de Cannes où il avait été projeté en avant-première, en mai 2018, il avait reçu une standing ovation d’une bonne quinzaine de minutes. Le film Capharnaüm de Nadine Labaki avait aussi obtenu le prix du jury de ce même festival, parmi tant d’autres. Mais la justice libanaise, et plus particulièrement le parquet d’appel de Beyrouth, aurait décidé d’engager...
commentaires (9)

il y a une difference entre plagia et reminiscence le tout est de faire avancé l art et la culture.

Le juste milieu

00 h 07, le 19 janvier 2023

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • il y a une difference entre plagia et reminiscence le tout est de faire avancé l art et la culture.

    Le juste milieu

    00 h 07, le 19 janvier 2023

  • La turque cherche à faire parler d'elle, Ressemblance? il n'y a que ça dans l'art en général. Les nouveautés absolues au cinémas sont rares. Plagiat = COPIER (reprise de scènes, etc.) .....ce n'est pas le cas!

    Céleste

    20 h 10, le 18 janvier 2023

  • Il aurait été préférable d'énumérer les points de ressemblance, s'il y'en a, afin que les lecteurs se fassent une idée sur le fondement de cette action en justice. On dirait que l'auteur de l'article craint surtout d'être attaqué par Nadine Labake pour diffusion de fausses informations, d'où le ton très très prudent.

    W. ABDUL RAHMAN

    14 h 05, le 18 janvier 2023

  • Invraisemblable: il y a encore des gens qui croient dans la justice libanaise !!? à moins que la turquette n’ait été victime des promesses de son/ses avocats (bien sûr libanais). Plus sérieusement et sur le fond : ce n’est pas parce que le film a bien réussi que les accusations de la dame ne sont pas fondées, bien au contraire….

    citoyen lambda

    13 h 48, le 18 janvier 2023

  • On ne savait pas que les turcs avaient le monopole des idées et des scénarios de films. Tient tient, de la jalousie ou de la tyrannie comme ils en ont toujours eu pour justifier leur manque de talent?

    Sissi zayyat

    13 h 39, le 18 janvier 2023

  • Madame Labaki, l’élite intellectuelle libanaise (tous bords confondus) vous admirent et admirent vos œuvres. Nous sommes toutes et tous avec vous, tenez bon. Que la petite turque jalouse aille bouffer des loukoum artificiels fabriqués en Turquie pour se consoler

    Lecteur excédé par la censure

    12 h 19, le 18 janvier 2023

  • Ils ne nous manquait plus que les turcs d’être jaloux de nous, de nos idées, de notre savoir faire et de notre bon goût. Comme si les syriens ne nous suffisaient pas.

    Lecteur excédé par la censure

    10 h 08, le 18 janvier 2023

  • Quelle histoire abracadabrante! Ah, ces Turcs, ils continuent de nous emmerder...

    Georges MELKI

    10 h 03, le 18 janvier 2023

  • Le grand succès de Labaki face à la jalousie de plusieurs composants qui ne pourront rien gagner. Une campagne orchestrée par des nuls.

    Esber

    02 h 27, le 18 janvier 2023

Retour en haut