Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Grève des employés du ministère des Télécoms


Grève des employés du ministère des Télécoms

Des employés du ministère des Télécoms libanais en grève à Tripoli, au Liban-Nord, le 17 janvier 2023. Photo envoyée par notre correspondant Michel Hallak

Les employés du secteur des Télécoms dans diverses régions du Liban, dont Tripoli, le Akkar et Saïda (Liban-Sud), ont organisé des sit-in mardi pour demander au ministère des Finances de leur régler leurs salaires impayés, rapporte notre correspondant Michel Hallak.

Dans un communiqué publié lundi, les employés ont prévenu qu'ils observeraient une grève "pour protester contre la retenue de leurs salaires par le ministère des Finances depuis trois mois maintenant, et pour exiger une solution rapide à ce problème". À Halba, dans le gouvernorat du Akkar, les employés des télécoms sont arrivés sur leur lieu de travail mardi matin pour fermer leurs bureaux de vente, et ont déclaré qu'ils s'abstiendraient de tout travail technique ou administratif, selon notre correspondant.

À Saïda, dans le sud du Liban, les employés de l'opérateur public Ogero ont également organisé un sit-in en solidarité avec "leurs collègues du ministère des Télécoms" pour réclamer leurs salaires, rapporte notre correspondant dans la région Mountasser Abdallah.  Le ministre sortant des Télécoms, Johnny Corm, n'était pas immédiatement joignable pour un commentaire.

Lire aussi

Électricité : Mikati convoque un Conseil des ministres et rejette des décrets émis par Fayad

Le responsable administratif de l'Association des employés du secteur public, Ibrahim Nahal, a participé mardi au sit-in à Tripoli, et a déclaré que les travailleurs "poussent un cri et annoncent une grève d'avertissement".

"Nous avons fermé toutes les institutions, les bureaux de vente, etc. Depuis trois mois, nous n'avons pas reçu nos salaires ou [indemnités] supplémentaires", a déclaré M. Nahal, ajoutant que les travailleurs n'ont pas non plus reçu leurs indemnités de transport "depuis six mois". M. Nahal a également prévenu que les travailleurs du ministère des Télécoms "auront recours à l'escalade" si le gouvernement ne répond pas à leurs revendications.

Le chef de la Fédération des syndicats de travailleurs du Nord, Shadi Sayyed, était également présent à la manifestation et a appelé à "une action rapide et efficace qui garantisse les droits des employés des Télécoms dans tout le Liban", exigeant que "le ministre des Finances agisse" et ajoutant qu'"une réunion gouvernementale est nécessaire pour discuter de ces dossiers et signer les décrets qui ont été approuvés".

Un porte-parole du ministre des Finances sortant, Youssef Khalil, n'était pas immédiatement disponible pour un commentaire. La controverse sur la capacité du cabinet sortant à se réunir dans le cadre du vide présidentiel à la suite de l'expiration du mandat de Michel Aoun le 31 octobre dernier a bloqué l'approbation du financement de plusieurs services publics et le règlement des salaires au Liban, y compris le paiement du carburant pour alimenter les centrales électriques d'EDL (Électricité du Liban).

Entre-temps, le Premier ministre sortant Nagib Mikati a convoqué une session du cabinet pour mercredi. La dernière fois qu'il l'a réuni, à la mi-décembre, afin d'aborder un ordre du jour axé sur l'aide sociale et médicale dans le contexte de crise économique, il avait été confronté au boycott de plusieurs ministres proches du Courant patriotique libre (CPL, aouniste).

Ce n'est pas la première fois que les employés du secteur des télécoms se mettent en grève. Début décembre, les employés des opérateurs de téléphonie mobile du pays, Alfa et Touch, avaient fait grève pour demander l'amélioration de leurs conditions de travail. En septembre, les mêmes employés avaient observé une grève ouverte pour réclamer une augmentation de salaire au ministre Corm, aboutissant à la conclusion d'un accord dont les détails n'ont pas été communiqués à la presse.


Les employés du secteur des Télécoms dans diverses régions du Liban, dont Tripoli, le Akkar et Saïda (Liban-Sud), ont organisé des sit-in mardi pour demander au ministère des Finances de leur régler leurs salaires impayés, rapporte notre correspondant Michel Hallak.Dans un communiqué publié lundi, les employés ont prévenu qu'ils observeraient une grève "pour protester contre la...