Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Un client repart les mains vides après un sit-in dans sa banque à Antélias

Le médecin Pascal Rassi, non armé, et dont les conditions de vie et de santé se sont détériorées, attend réponse du directeur de l'agence de la BLC "dans quelques jours" afin d'obtenir 20.000 dollars de son épargne bloquée.

Un client repart les mains vides après un sit-in dans sa banque à Antélias

Un distributeur de billets de banque vandalisé à Beyrouth, le 18 février 2022. Photo d'illustration Anwar Amro/AFP via Getty Images

Après avoir tenu un sit-in de plusieurs heures dans une branche de la Banque libanaise pour le commerce (BLC Bank) à Antélias, dans le Metn, pour retirer une partie de son argent illégalement bloqué, le médecin Pascal Rassi, non armé, a quitté les lieux les mains vides mais avec un engagement verbal du directeur de la banque, qui lui a promis d'examiner son dossier et de répondre "d'ici quelques jours" à sa requête de 20.000 dollars de son épargne afin de suivre un traitement médical.

Contacté par L'Orient-Le Jour, un porte-parole de l'association Cri des déposants a affirmé que le Dr Rassi, dont les conditions de vie et de santé se sont détériorées, réclamait 20.000 dollars de son épargne de 100.000 dollars bloquée en banque après que les négociations avec son agence ont échoué. "M. Rassi doit suivre un traitement et parvient à peine à se déplacer, sa voiture étant en panne", a déploré le porte-parole. "Alors que j'étais au téléphone avec M. Rassi qui se trouvait dans la banque, le directeur de la branche, qui s'est aperçu que le déposant n'était pas armé, l'a physiquement agressé en tentant de le faire sortir", a-t-il poursuivi.

Pour mémoire

Nouveau braquage, nouveau drame : « Ma mère est en train de mourir sous nos yeux ! »

Cette version a été contestée plus tard par M. Rassi. Joint par notre publication, le médecin généraliste estime que le directeur "voulait rétablir le calme dans l'agence après que je me sois menotté en signe de protestation". "Lorsque je suis entré et me suis menotté, les clients et les employés ont été pris de panique. Les Forces de sécurité intérieure (FSI) se sont déployées sur les lieux, et la banque a été évacuée bien que j'aie affirmé que mon acte est pacifique. Le directeur a haussé le ton pour rétablir le calme", précise-t-il. Le Dr Rassi avait effectué un premier passage sans succès à la banque mercredi dernier.

"Revendication non négociable"

"J'ai vendu mon cabinet il y a deux ans, en raison de la crise économique, et déposé mon argent en banque en espérant pouvoir profiter du taux d'intérêt qui était censé me permettre d'obtenir, au bout de deux ans, un montant équivalent à environ 20.000 dollars", a-t-il expliqué. Le Dr Rassi a toutefois déploré le fait que les intérêts aient été supprimés en raison des restrictions bancaires imposées illégalement. "J'ai renoncé à obtenir ce montant aujourd'hui, mais je réclame cette somme de manière non négociable", a-t-il affirmé. Le médecin a ainsi indiqué qu'il présentera des justificatifs médicaux au directeur de la banque qui s'est engagé verbalement à traiter son dossier d'ici quelques jours, en espérant obtenir gain de cause.

Les braquages et sit-in dans des agences par des clients réclamant leurs propres fonds sont devenus fréquents dans un Liban, en plein naufrage financier et économique. Mercredi dernier, un déposant non armé a braqué une branche du Crédit Libanais à Chehim, dans le Chouf, en déversant de l'essence sur les lieux, pour réclamer son épargne et régler les dépenses de santé de son épouse. Il a pu obtenir 42.500 dollars en espèces, ainsi qu'un montant en livres libanaises non spécifié. Début octobre, un homme avait également mené une action dans une agence de la BLC, à Chtaura, dans la Békaa, sans pouvoir récupérer un sou.


Après avoir tenu un sit-in de plusieurs heures dans une branche de la Banque libanaise pour le commerce (BLC Bank) à Antélias, dans le Metn, pour retirer une partie de son argent illégalement bloqué, le médecin Pascal Rassi, non armé, a quitté les lieux les mains vides mais avec un engagement verbal du directeur de la banque, qui lui a promis d'examiner son dossier et de répondre "d'ici...

commentaires (11)

LA HONTE!!! Le client doit présenter des justificatifs médicaux au directeur de l’agence pour que ce directeur AUTORISE le client à retirer SON PROPRE fric et épargne !!!!! Vraiment c’est honteux !!!! C’est cela le LIBAN ? Des voyous appelés politiciens et se considèrent des personnalités qui VOLENT ( par divers moyens) des centaines de millions de dollars… qui vident les caisses de l’état… vident indirectement les comptes bancaires des libanais … Désormais, ces libanais doivent SUPPLIER le responsable d’agence pour récupérer SON épargne !!!! Y a t il un pilote dans cet avion ??? Qui le dirige ???

radiosatellite.co

15 h 16, le 06 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • LA HONTE!!! Le client doit présenter des justificatifs médicaux au directeur de l’agence pour que ce directeur AUTORISE le client à retirer SON PROPRE fric et épargne !!!!! Vraiment c’est honteux !!!! C’est cela le LIBAN ? Des voyous appelés politiciens et se considèrent des personnalités qui VOLENT ( par divers moyens) des centaines de millions de dollars… qui vident les caisses de l’état… vident indirectement les comptes bancaires des libanais … Désormais, ces libanais doivent SUPPLIER le responsable d’agence pour récupérer SON épargne !!!! Y a t il un pilote dans cet avion ??? Qui le dirige ???

    radiosatellite.co

    15 h 16, le 06 décembre 2022

  • Encore une fois : il existe en droit penal un crime denomme "non assistance a personne en danger". En bloquant illegalement l'argent des epargnants, et surtout les plus vieux et malades d'entre eux, les crapules bancaires et, au-dessus, la canaille de la BDL, s'en rendent tous les jours coupables. Il existe egalement en droit le concept "d'autodefense" qui permet a une personne mise en danger de mort par autrui de se defendre en tuant l'agresseur. Je dis ca, je ne dis rien....

    Michel Trad

    11 h 12, le 06 décembre 2022

  • Ce qui a tué l’épargne des gens c’est le fait que nous, les libanais, avons vécu au-dessus de nos moyens pendant 30 ans. La livre libanaise est un lingot de plomb que Riad Salameh a peint en or, et que nous avons utilisé à la valeur de l’or. Chaque fois que tu t’es acheté un iPhone à 1000$ en le payant 1’500’000 livres alors qu’elles n’en valent que 75$, tu a volé 925$ à tous les épargnants. Chaque fois que tu t’es acheté une voiture à 20’000$ en la payant 30’000’000 de livres, tu as volé 18’500$ à tous les épargnants… et puis un jour la peinture dorée s’est craquelée et la valeur du plomb nous a sauté à la figure… les banques sont surtout coupables d’avoir entretenu ce cycle contre de très juteux bénéfices, et surtout d’avoir pris des risques inconsidérés. Si au lieu de mettre toute l’épargne à la BDL contre intérêts faramineux, elles les auraient placées à l’étranger ou investies dans l’infrastructure et l’industrie locale, nous aurions pu récupérer en une grande partie…

    Gros Gnon

    07 h 47, le 06 décembre 2022

  • Je suis désolé d’écrire ces lignes mais il faut que les déposants comprennent une fois pour toutes que leur argent n’existe plus. Il a été volé par les représentants de ce qui est appelé État Libanais. Au mieux, les épargnants pourraient récupérer 10% en moyenne de leur épargne avec un maximum de 100.000$ étales sur plusieurs années. Donc OLJ qui sont les braqueurs ?? SVP arrêtez d’appeler ces actions de braquage et les auteurs de braqueurs ou retournez en classe de cinquième pour réviser vos cours de vocabulaire

    Liberté de penser et d’écrire

    22 h 04, le 05 décembre 2022

  • Si seulement tous les citoyens dépouillés de leur argent pouvaient se rassembler une fois pour toute et aller harceler les voleurs des biens sociaux et le fruit de labeur de toute une vie des citoyens, ça donnerait un peu plus d’envergure et de poids aux actions menées, et seront sûrs de récupérer leurs sous malgré le nez des voleurs qui se cachent derrière les banques pour jouir des fortunes volées sans être inquiétés en continuant de les faire fructifier en ajoutant des taxes et en faisant payer des prestations non fournies à ce peuple qui s’est résigné en honorant les factures colossales payées à double pour le peu qu’ils reçoivent en retour. Déclarez leur une guerre sans merci en adoptant une grève générale et une désobéissance civile pour commencer UNISSEZ-VOUS et aller réclamer vos droits auprès de ceux qui vous les ont confisqués parce que vous refusez de vous lever et d’aller les récupérer de force. C’est la seule méthode qu’ils comprennent et le seul moyen pour vous faire entendre. Autrement vous pouvez agoniser et même mourir qu’ils ne bougeront pas une oreille. Ils ne se donnent pas tout ce mal pour rester au pouvoir s’il s’agissait pour eux uniquement de redresser leur pays, c’est l’argent facile qui les attire et il serait temps de leur couper toutes les ressources pour les agenouiller et les dégoûter de ce pouvoir, celui de voler auquel ils croient.

    Sissi zayyat

    20 h 23, le 05 décembre 2022

  • J’ai été braqué, à mon tour, ce jour par ma banque à Jbeil, en essayant de récupérer mon précieux césame de 150 $ qui me sont généreusement attribués chaque mois, j’ai eu un reçu portant la mention « Successful withdrawal », malheureusement, et il semble que ce soit monnaie courante, le distributeur était vide… après avoir attendu deux bonnes heures, j’ai du effectuer une réclamation qui devrait à minima prendre 72 heures pour que mon compte soit ré crédité…. Dans ce cas à l’orient le jour définiriez vous cet acte comme un braquage ?

    C…

    19 h 58, le 05 décembre 2022

  • Faut-il se mettre à nu et tout dire pour obtenir son Argent ? Triste pays .

    Antoine Sabbagha

    19 h 01, le 05 décembre 2022

  • C'est les banques qui ont "braque" les epargnants. En jargon juridique ca s'appele "escroquerie en bande organisee". Mais les crapules bancaires et la canaille de la BDL ne l'emporteront pas au paradis.....

    Michel Trad

    16 h 41, le 05 décembre 2022

  • Et vous pensez sérieusement qu'un client non armé, surtout un médecin se prénommant Pascal, va obtenir gain de cause auprès de sa banque? A voyou, il faudrait voyou et demi...

    Georges MELKI

    14 h 18, le 05 décembre 2022

  • définition du petit robert. braquer , tourner une arme à feu , synonymes : attaquer, agresser voler.

    Marie line Jureidini

    14 h 08, le 05 décembre 2022

  • Les mots sont importants. Braquer une banque c'est pour voler , ici il n'est question que de récuperer une petite partie de son épargne...... cela laisse sous entendre une certaine connivence, c est dommage pour un quotidien citoyen.

    Marie line Jureidini

    14 h 04, le 05 décembre 2022

Retour en haut