Rechercher
Rechercher

Politique - Diplomatie

En tournée au Liban, une délégation du Congrès américain insiste sur l'élection d'un président

Les législateurs de la Chambre des représentants rappellent "l'attention portée par les États-Unis au Liban, quelles que soient les circonstances".

En tournée au Liban, une délégation du Congrès américain insiste sur l'élection d'un président

Le ministre sortant des Affaires étrangères Abdallah Bou Habib (c) s'entretient avec des membres du Congrès américain à Beyrouth, le 28 novembre 2022. Photo Twitter/@Mofalebanon

Trois membres du Congrès américain ont entamé lundi une tournée auprès des autorités libanaises, les exhortant à élire un président et à former un gouvernement alors que le Liban est plongé dans une grave crise économique doublée d'une crise politique.

Depuis le départ de Michel Aoun le 31 octobre, le pays s'est retrouvé dans une vacance politique totale de l'Exécutif : sans président et avec un gouvernement d'expédition des affaires courantes.

Lire aussi

Après MBS, la question libanaise entre Macron et Biden

Mark Takano et Katie Porter, élus de districts de Californie, et Colin Allred (Texas), tous trois membres du Parti démocrate à la Chambre des représentants qui, avec le Sénat, forme le Congrès, ont rendu visite au ministre sortant des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, ainsi qu'au chef du gouvernement sortant, Nagib Mikati, dans la matinée. Ils étaient accompagnés de l'ambassadrice des États-Unis au Liban, Dorothy Shea, et se sont rendus en début d'après-midi à Aïn el-Tiné pour s'entretenir avec le chef du Législatif, Nabih Berry.

Remettre le Liban sur les rails

Lors de son entrevue avec M. Mikati, la délégation "a félicité l'État libanais pour le succès du tracé de la frontière maritime sud", un accord ayant été conclu fin octobre avec Israël sur cette question. Dans un communiqué, le Grand Sérail ajoute que les membres du Congrès ont également salué "les efforts pour faire aboutir les projets de loi demandés par le Fonds monétaire international (FMI) et qui ont été transférés au Parlement, en espérant qu'ils soient rapidement adoptés". Ils ont appelé à l'élection d'un président "le plus vite possible".

"Les législateurs et politiques libanais doivent déployer tous leurs efforts pour remettre le Liban sur les rails du développement, ce qui ne peut être fait sans se battre contre la corruption et sans adopter les lois exigées par le FMI", ont-ils fait valoir.

Président, gouvernement et réformes

Le ministère des Affaires étrangères a indiqué, de son côté, sur Twitter que "la délégation a réaffirmé l'importance d'élire un président de la République et de former un gouvernement", ainsi que d'appliquer "les recommandations du FMI et de lancer les réformes" nécessaires à une sortie de crise. Selon la même source, la délégation a également souligné "l'attention que portent les Etats-Unis au Liban, quelles que soient les circonstances".

Le FMI a conclu un accord préliminaire avec le Liban prévoyant une aide de 3 milliards de dollars sur quatre ans, si tant est que des réformes de redressement économique sont mises en oeuvre localement.

Éclairage

Khamenei remet le Liban au cœur du bras de fer régional

Washington n'est pas la seule capitale internationale à inciter les autorités libanaises à l'action : Paris et Riyad notamment appellent régulièrement au respect des échéances constitutionnelles au Liban, ainsi qu'à l'accomplissement de réformes.

Depuis fin septembre, le Liban essaie en vain d’élire son quatorzième président de la République, mais les séances électorales successives n'ont pas abouti jusqu'à présent, faute de consensus entre les différentes parties, comme cela est de coutume.


Trois membres du Congrès américain ont entamé lundi une tournée auprès des autorités libanaises, les exhortant à élire un président et à former un gouvernement alors que le Liban est plongé dans une grave crise économique doublée d'une crise politique. Depuis le départ de Michel Aoun le 31 octobre, le pays s'est retrouvé dans une vacance politique totale de l'Exécutif : sans...

commentaires (6)

Ils se réunissent pour nous fourguer un polichinelle à l’image des trois derniers qui ont occupé ce fauteuil, fiers de leur exploit d’avoir permis aux fossoyeurs de gagner encore une fois au mépris des citoyens exsangues et déjà démunis et escroqués dans le seul but de maintenir un chaos qui peut durer éternellement si les opposants restent divisés en attendant une solution venue des pays étrangers qui n’arrange que leurs intérêts et sans leur poser un cas de conscience. Comment aider un peuple qui ne veut pas être sauvé? Voilà leur leitmotiv qui leur permet de trancher sans état d’âme en faveur des fossoyeurs qui sont tolérés et même appuyés par un peuple libanais qui continue de subir leurs affres et en redemande.

Sissi zayyat

10 h 52, le 30 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Ils se réunissent pour nous fourguer un polichinelle à l’image des trois derniers qui ont occupé ce fauteuil, fiers de leur exploit d’avoir permis aux fossoyeurs de gagner encore une fois au mépris des citoyens exsangues et déjà démunis et escroqués dans le seul but de maintenir un chaos qui peut durer éternellement si les opposants restent divisés en attendant une solution venue des pays étrangers qui n’arrange que leurs intérêts et sans leur poser un cas de conscience. Comment aider un peuple qui ne veut pas être sauvé? Voilà leur leitmotiv qui leur permet de trancher sans état d’âme en faveur des fossoyeurs qui sont tolérés et même appuyés par un peuple libanais qui continue de subir leurs affres et en redemande.

    Sissi zayyat

    10 h 52, le 30 novembre 2022

  • Malheureusement cet article n'apporte aucun eclairage pertinent sur les discussions qui ont pu avoir lieu entre les differents protagonistes.

    Baddoura Rafic

    00 h 40, le 29 novembre 2022

  • The art of killing a country and marching through its funeral on the front line alongside the mourners. L'art de tuer un pays et marcher dans ses funérailles en première ligne à côté des pleureuses.

    Céleste

    18 h 59, le 28 novembre 2022

  • LES 40 VOLEURS AVAIENT ELU ALIBABA A LA TETE DE SEMSOM. NOS 128 ABRUTIS DE LA CAVERNE ALIBABIQUE ETOILEE ELIRONT-ILS UN ALIBABA... OU UN VENT DE SAGESSE SOUFFLIRAIT-IL SUR LES CERVEAUX ABRUTIS ET LES DESABRUTISANT ON VERRAIT LA LOGIQUE REMPLACER LE MARCHANDAGE ET LE CONSENSUS DE LA PARALYSIE ETATIQUE ET UN VRAI PATRIOTE COMPETENT ET HONNETE ELU A LA TETE DE L,ETAT ? ON PEUT ESPERER POUR NE PAS DIRE REVER QUAND MEME !

    LA LIBRE EXPRESSION

    18 h 40, le 28 novembre 2022

  • Étonnant, notre ministre semble amusé tandis que ses interlocuteurs prennent un air sérieux. La diplomatie du sourire ?

    Esber

    18 h 13, le 28 novembre 2022

  • Faut pas se leurrer. Croyez-vous vraiment qu'ils aient envie de rencontrer nos hurluberlus ?? Come on....Ils sont au liban pour manger un bon sandwich de falafel et se taper un bon resto sur les bords du Bardaouné à Zahlé. Ah... Et ils veulent vendre leurs dollars au liban, avant que le taux ne baisse :) :) C'est tout.D'ailleurs, je leur ai commandé du Zaatar qu'ils me ramèneront à leur retour. C'est tout pour l'instant. Je verrai si j'aurais besoin d'autre chose. Merci les gars et bon séjour.

    radiosatellite.co

    17 h 28, le 28 novembre 2022

Retour en haut