Rechercher
Rechercher

Culture - Beyrouth Livres

Wajdi Mouawad ne viendra pas...

Wajdi Mouawad ne viendra pas...

Wajdi Mouawad. Photo Simon Gosselin

Grosse déception hier après l’annonce de l’annulation de la conférence de Wajdi Mouawad prévue hier soir à l’Institut français du Liban. L’auteur et metteur en scène, directeur du théâtre de La Colline à Paris, serait « retenu par des obligations professionnelles à Paris », comme l’affirme un communiqué laconique qui indique également qu’il regrette de renoncer à sa venue dans le cadre du festival littéraire Beyrouth Livres. « Il est envisagé de reporter ce voyage ouvrant à des rencontres publiques dans les meilleurs délais », ajoute le texte sans donner plus de précisons sur une éventuelle nouvelle date.

Cette annulation de l’auteur libano-franco-canadien, la personnalité la plus attendue sans doute au festival, vient après un premier coup dur pour les organisateurs, lorsque cinq auteurs français ont fait savoir à la veille du lancement qu’ils n’y participeront pas. Quatre membres de l’académie Goncourt – Éric-Emmanuel Schmitt, Tahar Ben Jelloun, Pascal Bruckner et Pierre Assouline – avaient expliqué leur désistement par « la dégradation générale de la situation au Liban ». L’écrivain Sélim Nassib avait pour sa part dénoncé ouvertement les propos du ministre libanais de la Culture Mohammad Mortada. Ce dernier avait prétendu, le 8 octobre courant, qu’un nombre d’écrivains s’apprêtent à visiter le pays, parmi lesquels se trouvent « un certain nombre ayant embrassé les projets sionistes dans la pensée et dans la pratique, les soutenant aussi bien dans leurs travaux littéraires que dans leur vie quotidienne ». « Nous ne permettrons pas la normalisation culturelle masquée avec le sionisme au Liban », avait-il ajouté.

Lire aussi

Résistance contre tous les obscurantismes

L’annulation de Wajdi Mouawad s’inscrit-elle dans le cadre de celle des auteurs découragés par « la dégradation de la situation au Liban ? »

« Je ne suis pas d’origine libanaise, je suis libanais », aime à répéter le dramaturge dont l’œuvre est nourrie par son pays natal qu’il n’a pas foulé depuis 2015, lorsqu’il s’y était rendu pour participer au tournage du film Retour de flamme de Georges Hachem. Connaissant le courage des convictions de Wajdi Mouawad et la nature de son œuvre-écho d’un Liban polyphonique, on aimerait ne pas le croire.

Grosse déception hier après l’annonce de l’annulation de la conférence de Wajdi Mouawad prévue hier soir à l’Institut français du Liban. L’auteur et metteur en scène, directeur du théâtre de La Colline à Paris, serait « retenu par des obligations professionnelles à Paris », comme l’affirme un communiqué laconique qui indique également qu’il regrette de...
commentaires (3)

Et Ben Jelloun en rajoute sur France Inter: «Je ne me sentirais pas en sécurité dans ce pays où on assassine assez facilement». Faut pas hésiter à les réinviter ces c.

Marionet

23 h 50, le 25 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Et Ben Jelloun en rajoute sur France Inter: «Je ne me sentirais pas en sécurité dans ce pays où on assassine assez facilement». Faut pas hésiter à les réinviter ces c.

    Marionet

    23 h 50, le 25 octobre 2022

  • J'ai voulu dire : quand on se veut homme de lettres, on pèse ses mots et fallait pas foutre les jetons aux personnes de bonne volonté.

    Marionet

    18 h 46, le 25 octobre 2022

  • Je le répète: les membres de l'Académie Goncourt qui se sont autorisé à invoquer "la dégradation de la situation au Liban", sans fondement aucun, ont fait un énorme tort à ce magnifique salon, un tort à peine moindre que les propos ahurissants du ministre de la culture. Fallait pas foutre le jeton aux hommes et femmes qui venaient animer cette très belle manifestation. Alors Bruckner, Ben Jelloun and co, quand on aime des hommes de lettres, on pèse ses mots.

    Marionet

    18 h 23, le 25 octobre 2022

Retour en haut