Rechercher
Rechercher

Campus - Distinction

Des étudiants de l’UL lauréats de la compétition internationale INSPIRELI

Les architectes en herbe ont reçu le premier prix, catégorie Liban, pour leur projet d’architecture visant à réhabiliter le port de Beyrouth.

Des étudiants de l’UL lauréats de la compétition internationale INSPIRELI

Les étudiants au cours de l’exposition de leur projet au musée Nicolas Sursock, le 8 septembre. De gauche à droite : Julien Mikhayel, Léa Lahoud, Peter Aoun, Rita Abi Zeid, Nour Kreidy, Sergio Zgheib et Théa Bechara. Photo Shaza Chehab

Les lauréats de la compétition internationale INSPIRELI ont été désignés lors d’une cérémonie tenue au musée Nicolas Sursock le 8 septembre. Sept étudiants en première année de master en architecture à la faculté des beaux-arts et d’architecture, section II de l’Université libanaise (UL) à Furn el-Chebback, se sont distingués grâce à leur projet baptisé « Beirut Port : An urban life generator ». Rita Abi Zeid, Peter Aoun, Théa Bechara, Nour Kreidy, Léa Lahoud, Julien Mikhayel et Sergio Zgheib ont raflé la première place, dans la catégorie Liban, parmi les 13 projets finalistes réalisés par des étudiants de l’Université Saint-Esprit de Kaslik, de l’Université libano-canadienne, de l’Université Notre-Dame de Louaizé, de l’Université arabe de Beyrouth et de l’Université libanaise qui concourent dans la même catégorie.

Basée à Prague, cette compétition vise à récompenser les talents émergents en architecture. Pour son édition 2022, elle a proposé aux étudiants de développer des projets innovants dans le but de reconstruire le port de la capitale libanaise ravagé par la double explosion du 4 août 2020. En tout, 40 projets finalistes, en provenance de 19 pays, ont été sélectionnés par un jury formé d’architectes renommés.

Se mettre au service de la société

Dans le cadre des ateliers d’architecture, d’urbanisme et de paysage figurant dans leur cursus universitaire, ces sept étudiants ont formé un groupe pour travailler sur la thématique du port de Beyrouth afin de proposer des plans pour reconstruire ce lieu et le transformer afin d’en faire un élément principal de la régénération de la vie urbaine dans la capitale. « Nous avons cherché à explorer le potentiel existant dans la ville de Beyrouth et son port puisqu’il nous semble que nous avons tout ce qu’il faut pour redonner vie à ce lieu emblématique qui a longtemps été source de prospérité et de développement. Avec les problèmes auxquels nous faisons face, nous avons besoin, en tant que jeunes Libanais, de trouver des solutions qui faciliteraient notre quotidien tout en nous mettant au service de la société », explique Julien Mikhayel. Le groupe s’est engagé à travailler, pendant tout un semestre, sur le développement de ce projet en se penchant notamment sur l’étude de la perméabilité visuelle, des espaces et de la circulation maritime, en s’attardant, entre autres, sur l’analyse du site et la création de nouvelles voies d’eau dans le port. « Ce travail n’aurait pas pu se faire sans le suivi de nos enseignants Rim Zougheib, Charbel Maskineh, Salim Abou Rizk et Camille el-Helou que nous remercions pour leur aide, leurs précieux conseils et toutes les informations qu’ils nous ont fournies et qui nous ont permis de nous renseigner davantage sur le développement de la ville de Beyrouth et sur l’histoire du port et de son expansion urbaine au fil des années », précise quant à lui Peter Aoun. En développant ce projet, les étudiants ont appris à gérer le travail en équipe et à s’ouvrir aux opinions d’autrui. « Au fil des mois, nous sommes restés motivés et soudés, et nous avons souhaité participer à la compétition INSPIRELI afin de faire ressortir de meilleur de nous-mêmes », confie Nour Kreidy. « Pour la première fois, nous avons proposé une conception architecturale en groupe. Cela a été un véritable défi pour nous car il a fallu tenir compte des propositions de chacun des sept membres pour arriver à un résultat satisfaisant », souligne Léa Lahoud.

Une récompense prestigieuse

Les sept étudiants primés ont réussi à intégrer dans leur projet les normes, l’échelle, la connexion entre la ville de Beyrouth et son port, la compréhension du tissu urbain et environnemental, tout en répondant aux besoins des habitants.

La cérémonie de remise des prix a été précédée d’une exposition des projets finalistes mettant en avant le travail des architectes en herbe et permettant à ceux-ci d’échanger avec des professionnels. « Nous avons pu entrer en contact avec des étudiants de différents pays et prendre connaissance de bon nombre de projets proposés, ce qui est particulièrement enrichissant pour nous. De même, nous avons pu représenter l’UL à laquelle nous sommes fiers d’appartenir », confie Sergio Zgheib. Rita Abi Zeid acquiesce et ajoute : « Le partage de projets a permis aux participants de s’inspirer de collègues, des quatre coins du monde, partageant le même objectif : celui de réhabiliter le port de Beyrouth. Nous avons pu également écouter des architectes de renom tels que Karim Najjar, Marwan Zgheib et Bernard Khoury qui ont partagé leur expertise avec l’auditoire. »

Lire aussi

Le programme Safir rassemble ses acteurs régionaux en faveur de l’entrepreneuriat étudiant

Les jeunes lauréats ont reçu une récompense financière de 1 500 € et une invitation à rejoindre l’Institut américain des architectes (AIA), section Europe continentale, avec la possibilité de suivre des formations à l’étranger grâce à l’Association internationale pour l’échange d’étudiants pour une expérience technique (IAESTE). « Cette expérience formatrice que nous avons vécue et le prix que nous avons reçu vont certainement nous aider à bénéficier d’opportunités d’emploi intéressantes dans un domaine assez compétitif au sein duquel l’expérience pratique est plus valorisée que la formation théorique », indique Théa Bechara. Nour Kreidy enchaîne : « Mis à part tout le bagage professionnel que cette expérience nous a permis d’acquérir, nous avons surtout appris à ne pas baisser les bras, à faire preuve de persévérance et à croire en notre capacité à réussir. » Cette réussite réjouit en particulier Rim Zougheib, chef du département d’architecture et enseignante à la faculté des beaux-arts et d’architecture, branche II, de l’UL. Celle qui a épaulé ses étudiants tout au long de l’année ressent une grande fierté, non seulement parce que les jeunes architectes ont réussi à remporter un prix prestigieux, mais parce qu’ils se sont engagés à aller au bout de leurs ambitions malgré des conditions de travail difficiles (cours à distance, coupures d’électricité et d’Internet, etc.). « Cette belle victoire signifie beaucoup pour tous les Libanais et surtout pour notre faculté, dont la récompense est vraiment morale : c’était un grand défi qui a renforcé notre conviction que, grâce à son personnel académique, l’Université libanaise n’a cessé d’assurer sa mission : celle d’épauler et de former les étudiants et de viser l’excellence », conclut-elle.



Les lauréats de la compétition internationale INSPIRELI ont été désignés lors d’une cérémonie tenue au musée Nicolas Sursock le 8 septembre. Sept étudiants en première année de master en architecture à la faculté des beaux-arts et d’architecture, section II de l’Université libanaise (UL) à Furn el-Chebback, se sont distingués grâce à leur projet baptisé « Beirut...

commentaires (1)

Un grand bravo à Rita, Peter , Théa, Nour, Léa, Julien et Sergio : expérience formatrice et surtout pour toutes les personnes qui aime le Liban, l'espoir de la reconstruction ! Honte aux responsables politiques qui n'écouteraient pas leur jeunesse...

Cartier Murielle

12 h 30, le 05 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Un grand bravo à Rita, Peter , Théa, Nour, Léa, Julien et Sergio : expérience formatrice et surtout pour toutes les personnes qui aime le Liban, l'espoir de la reconstruction ! Honte aux responsables politiques qui n'écouteraient pas leur jeunesse...

    Cartier Murielle

    12 h 30, le 05 octobre 2022

Retour en haut