Rechercher
Rechercher

Culture - Exposition

Sans tabou, la culture queer arabe en pleine lumière à Paris

« Habibi, les révolutions de l’amour » présente, déployées sur 750 m2 à l’IMA, des œuvres récentes autour des identités LGBTQIA+. Autant de nouveaux regards exprimant avec force les interrogations sociales, personnelles et esthétiques qui traversent la création contemporaine.

Sans tabou, la culture queer arabe en pleine lumière à Paris

Un visiteur devant des œuvres de Saleh Bachir et Fadi Élias à l’Institut du monde arabe, à Paris. Christophe Archambault/AFP

« On a voulu rendre visible ce qui est trop longtemps resté invisible » : à Paris, une exposition offre, pour la première fois, une traversée dans la culture queer du monde arabe, lui aussi bousculé par les questions de genre.

Intitulée « Habibi (mon amour), les révolutions de l’amour », cette exposition débutant demain mardi à l’Institut du monde arabe (IMA) ne veut pas être un « manifeste militant ». Elle entend « rendre visible une évidence et ce qui est trop longtemps resté invisible » : le bouillonnement culturel du monde arabe sur ces questions, assure son président Jack Lang.

Au total, 23 artistes (peintres, photographes, plasticiens, illustrateurs...) issus du Maghreb, du Machrek, d’Iran et d’Afghanistan mais aussi de la diaspora sont exposés.

Des portraits signés Chaza Charafeddine font partie de l’exposition « Habibi, les révolutions de l’amour » à Paris. Christophe Archambault/AFP

« L’idée, c’est de présenter au public ce foisonnement autour de ces thématiques et le fait qu’on est sur une jeune génération qui se saisit de ces sujets et qui en fait la source première de ses créations », explique Élodie Bouffard, commissaire de l’exposition.

Un foisonnement qu’on retrouve dans le 7e art avec les films Le bleu du caftan sur l’homosexualité au Maroc ou Joyland, film pakistanais porté par une actrice transgenre. Tous deux ont été présentés au dernier Festival de Cannes.

La littérature n’est pas en reste, en témoigne le livre La petite dernière de l’écrivaine française Fatima Daas, sur son refus de choisir entre son homosexualité et sa foi musulmane, qui avait été un événement de la rentrée littéraire il y a deux ans.

Reste que si ces questions traversent le monde arabe, elles demeurent extrêmement taboues et l’homosexualité encore largement réprimée, parfois de la peine de mort comme en Iran ou en Arabie saoudite.

En juin, le film d’animation Pixar Buzz l’éclair n’a pas obtenu de licence pour être diffusé dans une douzaine de pays ou entités du Moyen-Orient et d’Asie, notamment l’Égypte et l’Arabie saoudite, en raison d’une scène montrant un baiser furtif entre deux femmes.

Une installation lumineuse de Omar Mismar à l’Institut du monde arabe, à Paris. Christophe Archambault/AFP

Partie prenante

« On a conscience que cette exposition est quelque chose d’assez unique tant sur le plan international que régional », souligne Khalid Abdel Hadi, cocommissaire de l’exposition. Ce Jordanien a fondé en 2007 le webzine

« My.Kali » dédié à faire entendre les voix de la communauté queer du monde arabe.

L’un des fils conducteurs de l’exposition est de documenter, par l’intime, les récits d’exil et les expériences de la diaspora. Comme la série photographique en noir et blanc du Soudanais Saleh Bachir qui restitue le périple de Issam, ayant quitté le Soudan pour l’Égypte avant de trouver refuge en Suède.

Ou encore les clichés de Fadi Élias qui tire le portrait de Syriens réfugiés en Allemagne. Jouant sur le flou, ses portraits soulignent par leur ambiguïté la difficulté d’assumer publiquement son identité sexuelle.

Aux récits sur l’exil, s’ajoute la nécessité de documenter une mémoire. Ce travail minutieux est notamment porté par le photographe libanais Mohammad Abdouni qui a recensé, dès les années 1990, les histoires et vies de femmes trans. Parmi les œuvres d’artistes libanais, sont exposés une installation lumineuse de Omar Mismar et des portraits de Chaza Charafeddine tirés de sa série Divine Comédie. « Collecter, archiver, c’est aussi dire qu’on est là, qu’on existe, et montrer qu’on fait partie prenante de la société », confie la Tunisienne Aïcha Senoussi. Dans Sépulture aux noyé·e·s, l’artiste imagine un lieu de sépulture appartenant à une civilisation queer dont les vestiges auraient été engloutis par la Méditerranée.

La question des corps est aussi omniprésente. Elle est en partie portée par l’artiste iranien exilé en France Alireza Shojaian. Dans ses tableaux, les hommes sont placés dans des poses lascives et vulnérables, aux antipodes des codes habituels de la virilité. Le tout sur une composition orientaliste reprenant des miniatures persanes.

Alexandra DEL PERAL/AFP

« On a voulu rendre visible ce qui est trop longtemps resté invisible » : à Paris, une exposition offre, pour la première fois, une traversée dans la culture queer du monde arabe, lui aussi bousculé par les questions de genre. Intitulée « Habibi (mon amour), les révolutions de l’amour », cette exposition débutant demain mardi à l’Institut du monde arabe...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut