Rechercher
Rechercher

Économie - Restrictions bancaires au Liban

BLOM Bank confirme avoir trouvé un arrangement avec le braqueur de Tarik Jdidé

La banque n’a pas confirmé le montant mis en avant par la chaîne Al-Jadeed et qu’aurait obtenu Abed Soubra, à savoir 600 millions de livres.

BLOM Bank confirme avoir trouvé un arrangement avec le braqueur de Tarik Jdidé

Les Forces de sécurité devant l’une des agences Blom Bank braquée la semaine dernière à Beyrouth. Photo Mohammad Yassine

Le service de presse de la Blom Bank a confirmé à L’Orient-Le Jour vendredi que la banque avait bien trouvé un arrangement avec le déposant Abed Soubra, qui avait tenté de braquer, sans succès, son agence de Tarik Jdidé (Beyrouth) vendredi dernier dans un contexte de crise économique et financière toujours plus aiguë au Liban. Blom Bank n’a cependant pas confirmé le montant mis en avant par la chaîne Al-Jadeed et qu’aurait obtenu Abed Soubra, à savoir 600 millions de livres, ni indiqué si la somme sur laquelle les deux parties s’étaient entendues allait être versée comptant.

Elle a en revanche confirmé que l’arrangement trouvé vendredi devait permettre de régler le différend concernant les restrictions bancaires appliquées par l’enseigne sur les dépôts de son client. Bien qu’elles ne soient prévues par aucune loi de contrôle des capitaux, ces restrictions qui visent essentiellement les comptes en devises sont alignées sur celles qu’impose l’ensemble du secteur depuis le début de la crise.

Lire aussi

Que risque-t-on quand on braque une banque pour réclamer son propre argent ?

La tentative de braquage de Abed Soubra, qui visait à récupérer ses propres sous, est l’une des sept qui ont eu lieu en 72 heures la semaine dernière, toutes du fait de déposants contestant les restrictions bancaires.

Arrêté, Abed Soubra est sorti de détention cette semaine après s’être acquitté d’une caution de cinq millions de livres. Dénonçant le climat ambiant, l’Association des banques au Liban avait, elle, décidé ce jour-là d’appeler ses membres à fermer les agences bancaires pour trois jours. Mercredi, elle prônait le maintien des fermetures « jusqu’à nouvel ordre », considérant que l’État n’avait pas mobilisé suffisamment de moyens pour garantir la sécurité des employés.

Lire aussi

Dans les banques libanaises, de l’autre côté du guichet...

Dans un entretien donné à la presse, le PDG de Blom Bank, Saad Azhari, a considéré qu’un retour à un climat plus serein passait notamment par l’adoption d’une loi de contrôle des capitaux. Un projet de loi est actuellement entre les mains des commissions mixtes, qui en ont suspendu l’examen en attendant de recevoir le plan de redressement du gouvernement lequel a été mis à jour le 9 septembre et transmis au Premier ministre sortant, Nagib Mikati. Le projet de loi est cependant jugé, par les experts, comme au mieux perfectible, au pire trop favorable aux banques.


Le service de presse de la Blom Bank a confirmé à L’Orient-Le Jour vendredi que la banque avait bien trouvé un arrangement avec le déposant Abed Soubra, qui avait tenté de braquer, sans succès, son agence de Tarik Jdidé (Beyrouth) vendredi dernier dans un contexte de crise économique et financière toujours plus aiguë au Liban. Blom Bank n’a cependant pas confirmé le montant mis en...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut