Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Hold-ups en série : deux braqueurs et deux complices de Sali Hafez libérés sous caution

Nouveau sit-in de militants et proches des détenus devant le Palais de justice de Beyrouth.

Hold-ups en série : deux braqueurs et deux complices de Sali Hafez libérés sous caution

Face-à-face entre des manifestants et des policiers devant le Palais de justice de Beyrouth, le 19 septembre 2022. Photo Anwar Amro / AFP

Le premier juge d'instruction de Beyrouth Charbel Abou Samra a ordonné mercredi la libération de quatre personnes impliquées dans une série de hold-ups, la semaine dernière au Liban. Au cours de ces braquages, survenus mercredi et vendredi dernier, des déposants ont pris en otage des clients et employés de banques afin de réclamer de retirer des fonds de leurs propres comptes. 

Lire aussi

Que risque-t-on quand on braque une banque pour réclamer son propre argent ?

Une source judiciaire a confirmé à L'Orient-Le Jour que Abed Soubra, qui avait braqué la Blom Bank de Tarik Jdidé vendredi dernier et dont il était reparti bredouille, et Jawad Slim, qui avait organisé un hold-up à la Banque du Liban et du Golfe (LGB) de Ramlet el-Baïda le jour-même, avaient été libérés sous caution. M. Soubra a pu sortir de détention après s'être acquitté d'une caution de cinq millions de livres et M. Slim après avoir payé 15 millions de caution. Les deux hommes sont interdits de voyager pendant six mois. 

Peu avant, le juge Abou Samra avait déjà ordonné la libération sous caution de Abdel Rahman Zakaria et Mohammad Rustom, tous deux détenus depuis vendredi pour avoir aidé la déposante Sali Hafez à braquer la Blom Bank de Sodeco, à Beyrouth, a confirmé leur avocat Ali Abbas à des médias locaux. M. Abou Samra avait interrogé les deux complices avant d'ordonner leur libération, malgré des poursuites engagées par le procureur général près la Cour de cassation, a déclaré M. Abbas à la télévision locale, ajoutant que la libération est conditionnée par le versement d'une caution de 5 millions de livres libanaises chacun, assorti d'une interdiction de voyager pendant six mois.

Lire aussi

Dans les banques libanaises, de l’autre côté du guichet...

Mardi, une première décision de libération de Zakaria avait été rendue, mais concernant une autre affaire, une fusillade au Akkar, et non liée à celle de la Blom Bank. M. Abbas a déclaré que lui et son client devraient se rendre au tribunal militaire concernant le mandat contre M. Zakaria dans cette fusillade.

Nouveau sit-in
Parallèlement à l'audience, des activistes et proches des détenus ont à nouveau manifesté mercredi devant le Palais de justice de Beyrouth pour demander leur libération, selon l'Ani. Les manifestants ne se sont pas dispersés après la décision de libérer MM. Zakaria et Rustom, afin de contester le renvoi de Abdel Rahman Zakaria devant le tribunal militaire. Un groupe d'activistes a tenté de pénétrer dans le Palais de justice, mais les forces de sécurité leur ont barré la route. Selon l'Ani, une dispute verbale a eu lieu entre les militants et le représentant de la Blom Bank, Sakher Hachem, lorsque ce dernier est entré dans le Palais de justice.

Le juge a également fixé une audience au 28 septembre pour notifier à Sali Hafez le dossier constitué contre elle dans l'affaire du hold-up de Sodeco.

Lire aussi

« Je suis Sali Hafez... » : Dans les coulisses du braquage qui a mis le feu aux poudres

Parmi les autres braqueurs impliqués dans des incidents similaires la semaine dernière, Rami Charafeddine, qui avait retiré une somme de 30.000 dollars après son incursion dans une branche de la BankMed à Aley mercredi dernier, est toujours en détention, tout comme Mohammad Korkomaz et son fils, qui avaient été arrêtés après avoir pu retirer 19.200 dollars de la Banque Byblos à Ghazieh (Liban-Sud) vendredi dernier. Quant au lieutenant Karim Serhal, qui avait braqué une branche de la Bank Med à Chhim (Chouf), vendredi dernier également, après avoir obtenu 25.000 dollars sur les 200.000 de son épargne, il est toujours aux arrêts après avoir été interrogé par le Tribunal militaire. 

Vendredi, alors qu'une série de braquages avaient lieu dans différentes banques du pays, le le ministre sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, avait annoncé un "plan strict des forces de sécurité pour imposer la loi et l'ordre ... afin de protéger les déposants". Il n'avait toutefois pas donné de détails précis sur ce plan. Les banques en sont au troisième jour d'une fermeture planifiée de trois jours qui a débuté lundi. 


Le premier juge d'instruction de Beyrouth Charbel Abou Samra a ordonné mercredi la libération de quatre personnes impliquées dans une série de hold-ups, la semaine dernière au Liban. Au cours de ces braquages, survenus mercredi et vendredi dernier, des déposants ont pris en otage des clients et employés de banques afin de réclamer de retirer des fonds de leurs propres comptes.  ...

commentaires (3)

Votre titre est incohérent. Hold up s'applique aux braquages pour prendre un butin indu. Dans nos cas il s'agit de récupérer son propre argent ou une partie...

Elias Austa

08 h 18, le 22 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Votre titre est incohérent. Hold up s'applique aux braquages pour prendre un butin indu. Dans nos cas il s'agit de récupérer son propre argent ou une partie...

    Elias Austa

    08 h 18, le 22 septembre 2022

  • En esperant la liberation bientot sous "lourdes" cautions de banquiers vereux et cupides. Cautions En dollars "Fresh" bien sur et les obligeant a rapatrier quelques uns des milliards (eh oui !) qu'ils ont transfere a l'etranger alors que leurs banques etaient en "greve" apres le 19 octobre.

    Michel Trad

    18 h 50, le 21 septembre 2022

  • Il vaut mieux libérer les « pillards » plutôt que d’en faire des exemples et des victimes…

    TrucMuche

    17 h 56, le 21 septembre 2022

Retour en haut