Rechercher
Rechercher

Culture - Musique

Pour Naji Hakim, une saison de titan

Parmi nos compositeurs libanais très sollicités en Europe, l’organiste célèbre aussi pour ses improvisations était au programme de nombreux festivals cet été.

Pour Naji Hakim, une saison de titan

Naji Hakim. Photo DR

Il est l’un de nos grands compositeurs et son catalogue, d’une extraordinaire richesse et diversité, compte des pièces profanes ou sacrées pour orgue ou pour piano, de la musique de chambre, orchestrale ou vocale. Souvent l’œuvre de Naji Hakim prend le Liban comme source d’inspiration : l’Ouverture libanaise qui existe pour orgue, pour piano ou pour orchestre basée sur des thèmes traditionnels libanais, Baalbeck, commande du Festival international de Baalbeck ou encore Alayki el-salam dont le point de départ est une mélodie de musique libanaise sacrée. Mais Naji Hakim est également un organiste réputé et respecté à travers le monde, régulièrement invité à se produire pour jouer ses œuvres ou celles du grand répertoire pour orgue. Il est également très célèbre pour ses improvisations et, quand il était titulaire de l’orgue de l’église de la Trinité à Paris, les organistes venaient du monde entier pour passer un moment à ses côtés dans la tribune, l’entendre (et aussi le voir !) improviser.

Ainsi les festivals de l’été à travers l’Europe ont largement programmé Naji Hakim, tant comme compositeur que comme interprète. Le 17 juillet dernier, il donnait le concert de clôture du « Festival d’Orgue de Monaco » intitulé L’Orgue du titan. Le programme était constitué d’une alternance d’improvisations d’après un conte de George Sand, et de textes dits par l’acteur et sociétaire de la Comédie française, Guillaume Gallienne. Le 25 juillet dans le cadre du festival d’orgue « Les Collégiales », dans la ville de Mons en Belgique, l’organiste française

Marie-Agnès Grall-Menet donnait un concert, dont l’un des moments majeurs fut la pièce Tanets de Naji Hakim, œuvre s’inspirant de la rythmique du fandango basque. Rappelons que l’épouse de Naji Hakim, Marie-Bernadette Dufourcet est elle-même une éminente organiste, originaire du Pays basque français.

Le 13 août, dans le cadre du « Festival d’Orgue de Rapallo » en Italie, Naji Hakim donnait un concert à la Basilica dei SS. Gervasio e Protasio, au cours duquel il jouait en création mondiale ses Montallegro Variations, œuvre basée sur un hymne en hommage à Notre-Dame de Montallegro, l’un des principaux sanctuaires à la Vierge Marie de la région. Quelques jours plus tard, le 17 août, l’organiste et compositeur se produisait à la cathédrale de Pesaro, toujours en Italie, où il interprétait des œuvres de Jean-Sébastien Bach, César Franck ainsi que quelques-unes de ses pièces, accompagnées d’une improvisation sur le thème de Salve Regina. Pour clore cette éblouissante série, le 25 août au festival « Summer Organ Intermezzi Series de Montréal », l’organiste Thomas Annand donnait en l’église St Andrew and St Paul le concert de clôture au programme auquel figurait Agapé, suite liturgique en trois mouvements de Naji Hakim.

Pour ce qui est des projets à venir, notons que la violoniste Émeline Pierre Larsen, après avoir brillamment interprété Lettre à Marie-Carmen, œuvre pour violon seul dédiée par le compositeur à sa petite-fille, donnera, le 10 décembre prochain, une Paraphrase sur la prière de César Franck en création mondiale sur YouTube, à l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de César Franck (1822-1890).

Réjouissons-nous : grâce à nos compositeurs (et nos artistes en général), le nom du Liban reste encore synonyme de culture et de civilisation. Grâce leur soit rendue.


Il est l’un de nos grands compositeurs et son catalogue, d’une extraordinaire richesse et diversité, compte des pièces profanes ou sacrées pour orgue ou pour piano, de la musique de chambre, orchestrale ou vocale. Souvent l’œuvre de Naji Hakim prend le Liban comme source d’inspiration : l’Ouverture libanaise qui existe pour orgue, pour piano ou pour orchestre basée sur des...

commentaires (2)

Nagi Hakim, virtuose de l'orgue au Collège des frères, Sacré Coeur à Gemayzé, est l'image de la passion, du professionnalisme et de la personnification du génie de la musique. Ils nous épatait jeunes, et continue de nous ensorceler aujourd'hui. Merci pour ta passion.

Wlek Sanferlou

14 h 41, le 05 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Nagi Hakim, virtuose de l'orgue au Collège des frères, Sacré Coeur à Gemayzé, est l'image de la passion, du professionnalisme et de la personnification du génie de la musique. Ils nous épatait jeunes, et continue de nous ensorceler aujourd'hui. Merci pour ta passion.

    Wlek Sanferlou

    14 h 41, le 05 septembre 2022

  • Tout simplement, c'est ça le Liban.

    Sarkis Dina

    16 h 03, le 03 septembre 2022

Retour en haut