Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Réunion "franche" entre le Hezbollah et Joumblatt, d'autres prévues "dans les prochains jours"

"Nous avons mis de côté les points sur lesquels nos avons des divergences", précise le leader druze, à l'issue de cette rencontre avec deux hauts responsables du parti chiite à Clemenceau.

Réunion

Le leader druze Walid Joumblatt (g), en compagnie du responsable du comité de coordination du Hezbollah, Wafic Safa (c), et de Hussein Khalil, conseiller politique de Hassan Nasrallah, chef du parti chiite, le 11 août 2022 à Clemenceau. Photo D.R.

Le leader druze Walid Joumblatt a concrétisé jeudi son rapprochement politique avec le Hezbollah par une réunion avec deux hauts responsables du parti chiite dans sa résidence beyrouthine de Clemenceau. Un développement qui fait suite à des déclarations du chef du Parti socialiste progressiste qui vont dans le sens du parti de Hassan Nasrallah, dans ce qui semble être un énième recentrage politique du maître de Moukhtara, qui anticiperait des changements sur la scène politique locale et régionale.

Signe de l'importance de cette réunion, Walid Joumblatt et Hussein Khalil, conseiller politique de Hassan Nasrallah, ont tenu un point de presse conjoint durant lequel ils ont répondu aux questions des journalistes. M. Khalil a qualifié la réunion de "franche", indiquant que d'autres sont prévues "dans les prochains jours". Quant au leader druze, matraqué de questions par la presse sur son positionnement, il a souligné que les dossiers sur lesquels il diverge encore avec le Hezbollah "ont été mis de côté". Il n'a toutefois pas voulu apporter plus de précisions sur ce point.

Lire aussi

Derrière la main tendue de Joumblatt au Hezbollah

Selon notre chroniqueur politique Mounir Rabih, Walid Joumblatt semble avoir considéré dernièrement qu’il était temps de faire un pas en direction du Hezbollah. Entre les négociations sur le nucléaire iranien, la guerre en Ukraine, les discussions entre l’Arabie saoudite et l’Iran et, à un niveau plus local, le dossier de la démarcation de la frontière maritime avec Israël, la géopolitique fait son grand retour, et la région est à nouveau dans une période où elle peut basculer dans l’escalade ou dans le compromis. Et Walid Joumblatt semble vouloir anticiper ces changements. Notre chroniqueur explique également que la rencontre de jeudi a été préparée il y a deux semaines et que le président du Parlement Nabih Berry, allié chiite du Hezbollah et entretenant de bon liens avec M. Joumblatt, aurait joué les intermédiaires pour faciliter ce meeting.

Réunions ouvertes
"Il y avait une volonté commune de se retrouver, à la lumière des circonstances sociales, économiques et financières au Liban", a précisé Hussein Khalil à la presse, à sa sortie de la réunion à laquelle a également assisté le responsable du comité de coordination du Hezbollah, Wafic Safa. "Nous avons passé en revue de nombreux dossiers internes, notamment les échéances politiques, financières et sociales. La discussion était riche, cordiale et franche. Je crois qu'elle se poursuivra dans les prochains jours", a ajouté M. Khalil.

"Les divergences politiques ne doivent pas affecter les relations cordiales. Il y a peut-être des dossiers politiques sur lesquels il y a des divergences, mais cela n'empêche pas des discussions sur les points stratégiques sur la table", a ajouté Hussein Khalil. Il a ensuite indiqué que "les réunions ouvertes avec Walid bey vont se poursuivre". "Walid Joumblatt a exprimé ses points de vue en toute sincérité, et nous allons les prendre en considération", a assuré le responsable chiite. Évoquant la course à la présidentielle qui approche avec la fin du mandat du chef de l'Etat, Michel Aoun, allié du Hezbollah, Hussein Khalil a affirmé "ne pas être entré dans les détails" au sujet des candidats en lice. "Nous n'avons pas évoqué les caractéristiques du prochain chef de l'Etat. Nous espérons voir l'élection d'un président de la République qui prendra part à l'opération de sauvetage du pays", a-t-il cependant indiqué.

Quand l'un des journalistes sur place lui a demandé si cette réunion pouvait irriter "la majorité", Hussein Khalil a répondu : "La réunion est essentielle, et il n'y a rien de pire que de rester à l'écart des autres. Si cette rencontre peut déranger, qu'il en soit ainsi", a-t-il lancé, en allusion au parti chrétien des Forces libanaises. Il a reconnu à ce sujet qu'il y avait "de grandes divergences avec les FL en politique et en stratégie". "Notre relation avec Walid Joumblatt est spéciale", a-t-il ajouté.

Entente minimale
Quant au leader druze, il a affirmé qu'il a évoqué avec le Hezbollah "les dossiers économiques qui peuvent être traités". "Ceci constitue une opportunité et le dialogue pourrait se poursuivre afin d'aboutir à un minimum d'entente autour de sujets qui intéressent la population". "Nous avons mis de côté les points sur lesquels nos avons des divergences", a-t-il toutefois indiqué, refusant de spécifier les dossiers litigieux en question.

Lire aussi

Walid Joumblatt enfile le costume de faiseur de roi

Selon les informations de notre chroniqueur, Walid Joumblatt souhaiterait comprendre la position du Hezbollah sur les négociations avec le Fonds monétaire international et la possibilité de retirer le ministère de l’Énergie des mains du Courant patriotique libre, allié chrétien du parti chiite. Sur le plan de la présidentielle, le chef des Marada Sleiman Frangié semble être pour le moment le candidat du Hezbollah, même s’il ne l’a pas encore officiellement soutenu. Mais pour obtenir la majorité des deux tiers, nécessaire à une élection au premier tour ou au quorum lors des tours suivants, il lui faudra chercher des voix au-delà des rangs de l’ancienne coalition du 8 Mars dirigée par le Hezbollah. Le chef du PSP avait soutenu le leader des Marada en 2016, avant l’élection de Michel Aoun qui avait alors profité du revirement de Samir Geagea. Walid Joumblatt se replace donc dans une position dans laquelle il peut faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre.


Le leader druze Walid Joumblatt a concrétisé jeudi son rapprochement politique avec le Hezbollah par une réunion avec deux hauts responsables du parti chiite dans sa résidence beyrouthine de Clemenceau. Un développement qui fait suite à des déclarations du chef du Parti socialiste progressiste qui vont dans le sens du parti de Hassan Nasrallah, dans ce qui semble être un énième...

commentaires (16)

Ce n'est pas digne ce que fait ce chef qui change de direction au fil des jours. Et pour comble, il délègue en même temps à Dimane des députés de son parti. Non, mais, c'est terrible.

Esber

20 h 07, le 12 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • Ce n'est pas digne ce que fait ce chef qui change de direction au fil des jours. Et pour comble, il délègue en même temps à Dimane des députés de son parti. Non, mais, c'est terrible.

    Esber

    20 h 07, le 12 août 2022

  • De reunion "franche" en reunion "franche" on va avoir un joli moumane3 de plus a la tete de l'etat. Simplement, il faut donner des excuses a Joumblat et Hariri pour baisser culotte sans perdre la face. Scanorio eccule.

    Michel Trad

    19 h 47, le 12 août 2022

  • NOTRE CAMELEON NATIONAL !

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    19 h 43, le 12 août 2022

  • Les derviches tourneurs, c'est turc ou druze? J'ai un doute tout à coup...

    Gros Gnon

    18 h 34, le 12 août 2022

  • Franche ou sournoise comme à l’habitude ?

    Wow

    16 h 38, le 12 août 2022

  • La girouette dont le monde entier devrait s'inspirer ...

    Zeidan

    16 h 18, le 12 août 2022

  • Tout ceci nous ramène au fameux: KELLOUN yaané Kelloun.... aaakh ya baladna

    Wlek Sanferlou

    14 h 27, le 12 août 2022

  • La cour des miracles

    M.E

    13 h 58, le 12 août 2022

  • Quel va être les sort de notre pays avec tous ces pions qui n’ont de but que de conserver leurs intérêts personnels sur ceux de leur pays et de son peuple? Tous achetables et tous vendables. Leur prix varie en fonction des échéances décisives pour sauver ce pays anéanti par leurs soins. Chacun attend son heure pour briller et pour faire monter les enchères et ainsi trahir tous ceux qui les ont réélus. On ne se refait pas.

    Sissi zayyat

    13 h 35, le 12 août 2022

  • Pauvre Samir Geagea (et ses electeurs), eternel dindon de la farce...

    Ventre-saint-gris

    10 h 44, le 12 août 2022

  • C'est selon ce qu'il a sniffé ou fumé, un pauvre type, rien à voir avec " protéger" sa communauté qui est faite de montagnards courageux à qui l'on nen conte pas.

    Je partage mon avis

    10 h 18, le 12 août 2022

  • POUR TOUS CEUX QUI ONT COMPTÉ SUR LE SOUTIEN DE JOUMBLATT LE SAVENT-ILS QU'ILS SONT DES IGNORANTS SANS VISION OU PAS ENCORE, ILS DOIVENT VOIR BIENTÔT SLEIMAN FRANGIÉ 2 DÉCLARÉ PRÉSIDENT SUR LE LIBAN. PAUVRE SAMIR GEAGEA.

    Gebran Eid

    00 h 35, le 12 août 2022

  • Les jeux sont faits pour la présidentielle... Les " quatorze marsistes" devaient se douter dès le début de l'instabilité de cet individu empreint d' une affectation ostensible et hypocrite de la dévotion quand cela l'arrange. Ils ont mis, en outre, de côté les sujets qui fâchent, que leur reste ils ? Il risque la même fin tragique que son père en ouvrant la voie à frangieh et par conséquent aux syriens qui n'ont pas la mémoire courte.

    C…

    00 h 11, le 12 août 2022

  • Si les FL ne s’attendait pas à ça alors coter vision et stratégie ils doivent revoir un peu leur copie … et qui dit à Jumblatt que le tournant régional est en faveur du hezb ?! Lol va t il se retourner une fois tout ceci finis ?! Et coter hezb mais vous êtes vraiment des hypo comment pouvez vous vous coltiner jumby même après que vous vous soyez lancer des accusations terrible, car votre promiscuité avec Jumby est spécial ?!? DITE LE PARTIE DES INTEGRES C’EST QUOI CETTE RELATION SPECIAL ? Intérêt ou patrie ?!

    Bery tus

    22 h 21, le 11 août 2022

  • Quel cinéma !! Réunion franche , oui, entre un pilleur financier, et une organisation. Criminelle …

    LeRougeEtLeNoir

    22 h 09, le 11 août 2022

  • Ils savent qu'ils sont en train de mentir les uns aux autres, mais, ils ont besoin les uns des autres, chacun pour réaliser ses projets. Joumblat n'a jamais été du camp 14 mars, et idiots sont ceux qui le croient encore.

    Esber

    21 h 18, le 11 août 2022

Retour en haut