Rechercher
Rechercher

Dernier souffle


Hier matin, la Croix-Rouge a distribué des masques dans les quartiers voisins du port. La moitié des riverains sont déjà calfeutrés, on ne sait jamais : les silos sont au bord de l’effondrement. Ils s’inclinent dangereusement, à raison de 2,5 mm par heure, paraît-il. Ils ont encore dans leurs entrailles un nuage toxique qu’ils ne seront pas longs à éructer. Se pourrait-il qu’ils choisissent précisément le 4 août pour lâcher prise et s’agenouiller, deux ans, jour pour jour, après avoir été témoins de l’une des plus monstrueuses explosions de ce siècle ? Voilà qui serait bien mystérieux.


Il y aurait donc, dans le ventre de cette ruine devenue le symbole du malheur libanais, l’inaudible tic-tac d’une horloge intérieure, sans doute rythmé par le glissement très lent des grains restés au fond des réservoirs, et la dévoration des charançons attirés par cette manne décomposée. Une horloge qui tiendrait à marquer l’anniversaire de ce moment horrible entre tous, survenu le 4 août 2020 à 18h08.


L’effondrement ne concernerait que la partie nord, mais annoncer cela aujourd’hui reviendrait à prédire la rupture d’une partie des six colonnes de Baalbeck.


Ce que nous avons vu, vécu et pleuré, nous voudrions que nul n’en ignore. Nos images intérieures, nos deuils, nos dépossessions et nos obsessions, nous les emporterons avec nous. Les silos sont notre chance d’inscrire ce moment dans le temps, n’en subsisterait-il qu’un mauvais chicot, et dire à ceux qui nous succéderont ce que l’amour du lucre, l’égoïsme, l’inconscience, l’indifférence et l’hubris d’une certaine génération de responsables ont un jour provoqué dans ce Beyrouth fatigué de ressusciter.


Les silos sont passés en quelques secondes d’un statut fonctionnel à celui de monument. En leur temps, prodiges d’efficacité, de technologie et de saine gestion, ils ont assuré la sécurité alimentaire d’un pays qui avait été marqué par la faim. L’épisode de la famine a été escamoté des livres d’histoire, mais le gigantesque grenier était le brillant symptôme d’une mémoire qui avait souffert. Dans un pays qui importe 80 % de ses denrées, les silos offraient le luxe d’une vaste marge en cas de rupture des livraisons, permettant de soutenir le rythme de l’approvisionnement, le temps de se retourner.


Tout aussi symptomatique, cette fois des piètres qualités humaines et gestionnaires des équipes qui se sont succédé au pouvoir depuis la deuxième décennie de ce siècle, les scandales n’ont pas manqué autour du mauvais entretien de ces mêmes silos. Entre les rats et les ordures, on ne savait pas quelle farine nous était livrée. Mais aujourd’hui privé de possibilités de stockage, le marché souffre de pénuries catastrophiques. Les files devant les boulangeries peuvent durer plusieurs heures. Libanais et réfugiés sont au coude à coude, et la haine entre eux enfle à mesure qu’enfle la frustration et que le soleil les écrase sans distinction. Les catastrophes engendrent les catastrophes, à l’infini.


L’explosion elle-même n’a été que l’apothéose de ce à quoi peuvent mener des politiques sans conscience.


Ces derniers jours, avec la touffeur estivale, des feux ont pris, difficiles à éteindre tant la chimie qui les sous-tend est puissante. Feux de fermentation nous dit-on. En attendant le nuage – et ce n’est plus une hypothèse – qui va bientôt se répandre dès l’effondrement de la partie la plus fragile des réservoirs, enfermés, masqués, suffocants, angoissés, les habitants des régions proches du port se résignent à confondre leur souffle avec celui de cette créature de ciment, naguère si rassurante, aujourd’hui banalement sublime. Quel autre mot pour définir le passage du solide au vaporeux, ou la jonction de la beauté avec l’horreur ?


Hier matin, la Croix-Rouge a distribué des masques dans les quartiers voisins du port. La moitié des riverains sont déjà calfeutrés, on ne sait jamais : les silos sont au bord de l’effondrement. Ils s’inclinent dangereusement, à raison de 2,5 mm par heure, paraît-il. Ils ont encore dans leurs entrailles un nuage toxique qu’ils ne seront pas longs à éructer. Se pourrait-il...

commentaires (5)

Il faudrait sécuriser ce qu'il reste et en faire un lieu de mémoire à l'instar de la maison Barakat (ou jaune). Heureusement que nous avons les photographies ainsi que les écrits pour tracer l'histoire du pays

Georges Olivier

22 h 31, le 31 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Il faudrait sécuriser ce qu'il reste et en faire un lieu de mémoire à l'instar de la maison Barakat (ou jaune). Heureusement que nous avons les photographies ainsi que les écrits pour tracer l'histoire du pays

    Georges Olivier

    22 h 31, le 31 juillet 2022

  • Je ne reconnais pas le Liban heureusement que je suis venue pour mes vacances en 2019 , juillet , je me demande quand je reviendrai ???

    Eleni Caridopoulou

    18 h 36, le 28 juillet 2022

  • ""✒️ Ils s’inclinent dangereusement, à raison de 2,5 mm par heure, paraît-il. Ils ont encore dans leurs entrailles un nuage toxique qu’ils ne seront pas longs à éructer. Se pourrait-il que les silos du port choisissent précisément le 4 août pour lâcher prise et s’agenouiller ?"" Un effondrement "accidentel" est très probable non pas pour le 4 août, mais à tout moment, vu le délabrement et la stabilité du bâtiment. Faute de fonds pour stabiliser le "monument", mieux vaut le raser pour en construire de nouveaux silos, et je le dis avec tout le respect que je dois pour les victimes et leurs proches. Faire un "lieu de mémoire" peut paraître absurde au pays de la mémoire courte, mais un travail de mémoire a déjà été fait, par la publication de livres, d'articles de presses, de photos. Nos écrivains, artistes ont déjà immortalisé les silos, et le travail le plus urgent est de trouver "la solution" aux silos qui s'inclinent, non pas pour devenir une nouvelle Tour de Pise, mais en s'inclinant, ils deviennent de vrais danger public. Mieux vaut raser, et paroles d'abord aux experts.

    Nabil

    15 h 17, le 28 juillet 2022

  • Moi je ne crois plus en rien. Je suis presque sure ne m’y connaissant pas en chimie, que le feu était voulu et que nos « dirigeants » dirigeants de quoi..,,, veulent l’effondrement de ces silos. Et que si les silos s’effondrent ce sera un avte voulu.

    Riga Pavla

    08 h 06, le 28 juillet 2022

  • Le 4 août 2022 nous sommes donc au rendez-vous avec la chute des silos dans un pays ou rien ne se passe par hasard car nos responsables veulent nous faire oublier ce drame ou toute la caste politique en est responsable.

    Antoine Sabbagha

    08 h 02, le 28 juillet 2022

Retour en haut