Rechercher
Rechercher

Politique - Massacres

De nouvelles révélations sur Sabra et Chatila dans un rapport israélien

Un article du « Yediot Aharonot » met en exergue le rôle de l’État juif dans le carnage perpétré en 1982.

De nouvelles révélations sur Sabra et Chatila dans un rapport israélien

21 septembre 1982 : Des réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, emportant ce qu’ils ont pu sauver de leurs habitations. ©Archives L’OLJ

Le Yediot Aharonot, quotidien à grand tirage en Israël, a publié vendredi dernier un rapport établi par un journaliste d’investigation israélien, Ronen Bergman, dans lequel le rôle de l’État hébreu est une fois de plus mis en exergue dans le massacre perpétré dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila au sud de Beyrouth, les 16, 17 et 18 septembre 1982, deux jours après l’assassinat du président élu Bachir Gemayel (14 septembre) dans un attentat à Achrafieh.

Jusqu’à aujourd’hui, il n’existe pas de bilan exact du nombre de victimes de ce massacre. Le rapport officiel du procureur près le tribunal militaire, Assaad Germanos, fait état de 460 morts, un chiffre très en deçà des 5 000 victimes avancées par les sources palestiniennes, qui inclurait les disparus. Quant au rapport de la commission d’enquête israélienne, dit rapport Kahane, il avance qu’« en ce qui concerne le nombre exact des victimes, il semble qu’on ne puisse se baser ni sur le document d’origine libanaise ni sur les chiffres avancés par certaines sources palestiniennes », estimant que « le nombre total est inférieur à 1000 ». Enfin, selon les services de renseignements de l’armée israélienne, ce bilan macabre se situerait entre 700 et 800. Une estimation éloignée de celles du journaliste israélien Amnon Kapeliouk, auteur de Sabra et Chatila, enquête sur un massacre (Le Seuil) qui avance le chiffre de 3 000 à 3 500 victimes, après avoir recoupé plusieurs sources.

Pour mémoire

Ils ont couvert la guerre du Liban : cinq journalistes livrent leurs souvenirs les plus marquants

Selon les sources israéliennes, le carnage avait été perpétré sur ordre du futur chef des Forces libanaises, Élie Hobeika, à l’époque en charge des renseignements de la milice, dans la foulée de l’entrée des troupes israéliennes à Beyrouth-Ouest. La commission Kahane, chargée le 28 septembre 1982 par le gouvernement israélien d’enquêter sur les événements, avait conclu en 1983 à la responsabilité directe des milices chrétiennes, mais aussi à la responsabilité indirecte d’Israël. Pour les enquêteurs, Ariel Sharon, alors ministre israélien de la Défense, n’avait pas pris « des mesures appropriées » susceptibles d’éviter le massacre. Tout comme le chef d’état-major de l’armée, Raphaël Eytan, ou le ministre des Affaires étrangères, Yitzhak Shamir.

Réunion secrète

Des médias locaux ont publié ces derniers jours de larges extraits du rapport Bergman, qui serait basé sur des archives du gouvernement israélien. Ces documents révèlent notamment qu’une réunion secrète avait eu lieu le 19 septembre 1982 entre, d’une part, des dirigeants libanais chrétiens et, de l’autre, Raphaël Eytan, Amir Drori, ex-commandant de la région Nord de Tsahal, et Menahem Navot, ex-chef adjoint du Mossad.

Le rapport Bergman indique que « la réunion avait pour but une coordination entre les deux parties, visant à établir une version unifiée des faits pour la présenter à l’international ». Il fallait en effet contenir les réactions au massacre, en tentant notamment d’atténuer l’impact de la publication d’images insoutenables de corps d’enfants et de femmes. « Raphaël Eytan ne se souciait pas du volet moral », affirme le journaliste Ronen Bergman, indiquant qu’il craignait surtout que les forces israéliennes ne soient forcées de se retirer de Beyrouth.

Pour mémoire

À la fin de l’été 1982, les fedayin palestiniens évacuent Beyrouth

« Dites que vos combattants ont participé dans les camps à une mission de combat contre des éléments de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), et que les événements ont ensuite rapidement échappé à votre contrôle. Imputez les actes à la colère de vos combattants qui a éclaté après l’assassinat de Bachir Gemayel », avait proposé le chef d’état-major israélien à ses interlocuteurs libanais. Le journaliste d’investigation indique en outre qu’un des responsables libanais avait exhorté les Israéliens à demander aux médias de leur pays de ne pas accuser nommément les milices chrétiennes dans leurs publications. « Il nous est impossible de reconnaître que (nous avons) perpétré ces actes », avait-il lancé. « Comment comptez-vous donc agir ? » lui avait demandé Eytan. Réponse du responsable libanais : « En continuant à nier ». Eytan : « Comment cela est-il possible? Les camps étaient truffés de journalistes (…). La vérité est connue. »

Toujours selon le rapport de Ronen Bergman, Amir Drori avait suggéré de son côté « une version mensongère », à savoir que « lorsque (les milices) étaient entrées dans les camps, des combats intérieurs s’y déroulaient déjà entre différentes factions et ont fait des victimes ».

Anéantir le sud de Beyrouth

L’article du Yediot Aharonot fait par ailleurs état de plans concoctés plus tôt par Ariel Sharon, Raphaël Eytan et les milices chrétiennes pour occuper la capitale libanaise au moyen d’une opération militaire conjointe. Il évoque dans ce cadre des propos qu’aurait exprimés Ariel Sharon le 11 juillet 1982, selon lesquels il fallait anéantir « la partie sud de Beyrouth (où se trouvaient des camps palestiniens et des combattants de l’OLP). Des propos aux antipodes de la position officielle qu’affichait Sharon devant son gouvernement : « Je ne suggère aucune attaque contre Beyrouth », disait-il à maintes reprises. Toujours selon l’article du quotidien israélien, aussitôt après l’assassinat de Bachir Gemayel, Ariel Sharon a obtenu l’approbation de Menahem Begin pour occuper Beyrouth-Ouest, mais le gouvernement israélien n’en a été informé qu’après l’occupation.

Pour mémoire

« Ma réaction à la mort de Sharon? Je veux jouer de la musique et chanter »

Les revers de l’armée israélienne face aux opérations de résistance ont par la suite transformé Menahem Begin en « un personnage souffrant de grave dépression (…) se repliant sur lui-même après avoir compris que Sharon l’avait trompé et avait plongé Israël dans un bourbier », rapporte le quotidien israélien. Il a démissionné un an après. « La guerre pour laquelle l’armée et les services de renseignements israéliens s’étaient longtemps préparés (…) est finalement devenue une des plus grandes catastrophes pour Israël, puisqu’elle a placé le Moyen-Orient dans un autre sens que celui planifié », poursuit le texte.

Les conséquences d’un tel échec ont été « l’établissement au Liban du bras long de l’Iran et la propagation de la révolution islamique, par le biais du Hezbollah », conclut Ronen Bergman.


Le Yediot Aharonot, quotidien à grand tirage en Israël, a publié vendredi dernier un rapport établi par un journaliste d’investigation israélien, Ronen Bergman, dans lequel le rôle de l’État hébreu est une fois de plus mis en exergue dans le massacre perpétré dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila au sud de Beyrouth, les 16, 17 et 18 septembre 1982, deux jours après...

commentaires (9)

Ceux qui réussissent à justifier ces massacres sont des criminels qui n’osent pas passer à l’acte!

Elie Hanna

22 h 25, le 22 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Ceux qui réussissent à justifier ces massacres sont des criminels qui n’osent pas passer à l’acte!

    Elie Hanna

    22 h 25, le 22 juin 2022

  • On s'aperçoit que certains ont la plume facile et légère pour critiquer le comportement des milices chrétiennes tout en absolvant le désir de vengeance après l'assassinat du président Bachir Gemayel et toutes les exactions perpétrées par les combattants Palestiniens..

    C…

    15 h 01, le 22 juin 2022

  • Le pauvre Rousseau, qu’est ce qu’il était naïf. Il pensait à tort que chaque être humain possède une conscience morale, même s’il n’est pas croyant. Cet article et celui sur les femmes violée pendant la guerre à qui ils enlevaient parfois leurs bébés pour les jeter en l’air et leur tiraient dessus ne laissent aucun doute sur la sauvagerie innée et constitutive chez les humains alors que les animaux tuent pour le besoin de se mourir! Si les chefs religieux excommunient tous ceux qui tuent au nom d’Allah l’extrémisme se calmerait.

    Elie Hanna

    14 h 25, le 22 juin 2022

  • J’aurai aimé que chacun de vous vivent ce que les chretiens ont vécu !!! Pour pouvoir juger …. Moi je me tais, mais j’aimerai ici porter une chose les israéliens n’ont pas diriger le massacre eux même ils étaient la mais l’aviation syrienne étaient aussi au dessus du camp

    Bery tus

    14 h 00, le 22 juin 2022

  • Poutine a appris la leçon des milices chrétiennes. Honte ???

    Eleni Caridopoulou

    13 h 40, le 22 juin 2022

  • Quel que soit le cas de figure, ce massacre est une honte qui continuera de ternir l'image et le souvenir des milices chrétiennes dirigées par Israel ad vitam aeternam! Car comment peut-on se permettre de tuer des civils, en particulier des femmes et des enfants, sans être semblable aux SS de Hitler?

    Georges MELKI

    11 h 20, le 22 juin 2022

  • Que des suppositions et des rumeurs, alors à quoi est sensé servir cet article?

    Sissi zayyat

    09 h 17, le 22 juin 2022

  • Me pas oublier que HK était devenu l’Allier des Syriens. Il faut évaluer donc investiture l’autre volet en parallèle. Il n’y a strictement aucune justification au meurtre, en particulier de civils, c’est une tare que certains dans les forces libanaises porteront à jamais, et qui salit la mémoire des combattants propres comme Massoud et tant d’autres.

    Bachir Karim

    02 h 26, le 22 juin 2022

  • Il est vrai que des le debut de l'operation Israelienne certains dirigeants FL disaient qu'ils allaient transformer la zone des camps en terrains de tennis. Ceci dit, les milices chretiennes n'ont ete que les supletifs de l'armee Israelienne dans l'occupation des camps et le massacre. La planification, l'organisation et la logistique ont ete assurees par l'etat major et l'armee Israeliens. Plusieurs jours avant l'assassinat de Bechir, le chemin menant aux camps a partir de Hadath par Choueifat avait ete balise de signaux pour guider la colonne de miliciens dans des regions et routes inconnues par eux.

    Michel Trad

    00 h 53, le 22 juin 2022

Retour en haut