Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives au Liban

Bassil espère un bloc d'"au moins 23 députés" après l'introduction de recours

 "Tous ceux qui ont levé la main sur nous se sont pris une claque", lance le chef du CPL lors d'un "festival de la victoire" post-électoral à Beyrouth.

Bassil espère un bloc d'

Gebran Bassil lors du "festival de la victoire" de son parti aux élections, à Beyrouth, le 21 mai 2022. Photo Georges Feghaly / Tayyar.org

Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) Gebran Bassil a célébré samedi ce qu'il a qualifié de "victoire" de son parti aux élections législatives, tout en admettant que son groupe parlementaire avait rétréci de 29 à 21 députés. Il a cependant exprimé l'espoir que ce nombre augmentera "jusqu'à au moins 23 élus" après l'introduction de recours devant le Conseil constitutionnel.

Dans un discours prononcé à l'occasion d'un "festival de la victoire", devant une foule de partisans à Beyrouth, le député de Batroun a refusé tout marchandage pour la réélection du président du Parlement actuel Nabih Berry, en échange de l'élection d'un vice-président issu des rangs aounistes et rejeté tout débat éventuel sur la loi électorale, souhaité notamment par M. Berry. "Nous avons dit à tous nos détracteurs : venez, avec votre argent politique, vos médias et les pays qui vous soutiennent. Ils nous ont écoutés, ils se sont opposés à nous, mais nous les avons tous vaincus", a lancé M. Bassil. 

Lire aussi

Comment le Hezbollah a permis à Gebran Bassil de limiter la casse

S'il a reconnu que le nombre de députés au sein de son groupe parlementaire avait baissé depuis 2018, passant de 29 à 21, il a espéré que ce chiffre pourra augmenter "après les recours" que le parti entend présenter, notamment à Jezzine (Liban-Sud I), afin de dénoncer entre autres la pratique des pots-de-vin électoraux. Malgré cela "nous resterons le plus grand groupe parlementaire". 

"Une claque"
Le chef du CPL a ensuite cité les différents facteurs qui selon lui ont mené à ce rétrécissement de son groupe parlementaire, à commencer par l'effondrement politique. "Il est naturel après l'effondrement du pays, que l'on nous en fasse porter, même injustement, la responsabilité", a-t-il concédé. Il a souligné que cette situation reflète "la différence entre le début et la fin du mandat" du chef de l’État Michel Aoun, fondateur du CPL, ainsi que le fait qu'ils avaient moins d'alliés dans certaines régions par rapport à 2018. "Mais nous sommes mieux sans eux, parce qu'ils nous ont abandonné au milieu de la route", a-t-il déclaré, en allusion notamment à Chamel Roukoz, ex-député et également gendre du chef de l’État, à l'industriel Nehmat Frem, à Michel Moawad ou encore l'ancien vice-président de la Chambre Élie Ferzli, qui faisaient tous partie du groupe aouniste mais l'ont quitté pour diverses raisons, entre autres suite au mouvement de contestation populaire de 2019. M. Bassil a d'ailleurs lancé une pique à l'attention de M. Ferzli : "Tous ceux qui ont levé la main sur nous se sont pris une claque, à commencer par le semeur de discorde de la Békaa-Ouest". C'est dans cette région que l'ex-vice-président de la Chambre a perdu son siège dimanche dernier, face à un candidat issu de la contestation.

Lire aussi

Législatives : qui a gagné, qui a perdu ?

Gebran Bassil a par ailleurs rejeté tout débat sur l'adoption d'une nouvelle loi électorale, réclamé au cours de la semaine dernière par le président du Parlement Nabih Berry, qui souhaite un texte basé sur un mode de scrutin proportionnel appliqué à une seule circonscription, contrairement à la loi actuelle qui divise le pays en quinze circonscriptions. "Je ne suis pas prêt à abandonner la loi électorale, sauf si on nous en propose une meilleure", a-t-il déclaré. Il a cependant fait savoir qu'il était prêt à "améliorer" la loi, en y ajoutant un seuil électoral, imposant l'obtention d'un minimum de voix aux candidats.

Les engagements du futur gouvernement
Le chef du CPL s'est en outre interrogé sur les raisons "qui empêchent que d'autres candidats se présentent pour la présidence du Parlement", alors que les aounistes et les Forces libanaises se sont déjà dit opposés à la candidature du chef du mouvement Amal Nabih Berry, qui occupe cette fonction depuis 30 ans. "Ceux qui pensent pouvoir nous proposer un troc pour que nous élisions le président de la Chambre, en échange du fauteuil du vice-président se trompent", a-t-il clamé. M. Berry avait démenti dans un entretien paru ce matin l'existence d'un marché entre le mouvement Amal qu'il dirige et le CPL, prévoyant que les députés aounistes voteraient pour lui et ceux d'Amal pour le député Élias Bou Saab à la vice-présidence de la Chambre. 

Il a encore appelé à une formation rapide du gouvernement, réclamant que le futur Premier ministre et les membres de son cabinet "ne protègent pas le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, garantissent la publication de l'acte d'accusation dans l'enquête sur la double explosion au port de Beyrouth et assurent le suivi de l'audit juricomptable". 

Gebran Bassil a également réclamé que l'élection présidentielle prévue cette automne se fasse en deux tours, mais au suffrage universel : "Un premier tour auprès des chrétiens et un second auprès de tous les Libanais, afin d'assurer une bonne représentativité du futur président", a-t-il expliqué. 

Avant le discours de M. Bassil, les différents intervenants ont dénoncé à de nombreuses reprises les "pots-de-vin distribués" par les adversaires du CPL, les "critiques", "l'influence des ambassades", la volonté d'"assassiner politiquement" le parti et son chef, ainsi que les sanctions à l'encontre de ce dernier. Les nouveaux députés du groupe aouniste, qu'ils soient encartés au CPL ou alliés, ont ensuite été nommés un par un. Pour rappel, ces députés sont : à Zahlé (Békaa I) : Sélim Aoun et Georges Bouchikian ; dans la Békaa-Ouest-Rachaya : Charbel Maroun ; dans la circonscription de la Békaa III : Samer el-Tom ; au Mont-Liban IV (Chouf-Aley) : César Abi Khalil, Ghassan Atallah et Farid Boustany ; à Baabda : Alain Aoun ; à Beyrouth : Edgar Traboulsi et Nicolas Sehnaoui, ainsi que Hagop Terzian, membre du Tachnag ; dans le Metn (Mont-Liban III) : Élias Bou Saab, Ibrahim Kanaan et Hagop Pakradounian pour le Tachnag ; au Mont-Liban I (Kesrouan-Jbeil) : Nada Boustany et Simon Abiramia ; au Liban-Nord II (Akkar) : Assaad Dergham et Jimmy Jabbour, ainsi que le sunnite Mohammad Yehia qui s'est allié au CPL ; et au Liban-Nord III : Gebran Bassil et Georges Atallah.

Ali Hassan Khalil, bras droit du président de la Chambre, a répondu à M. Bassil, rejetant une nouvelle fois tout marchandage concernant l'élection de Nabih Berry au perchoir. "Ce n'est pas dans les habitudes de M. Berry de négocier sous la table pour des postes, quels qu'ils soient", a-t-il ajouté dans un communiqué. Il a toutefois tendu la main au CPL "et à tout le monde, que l'on s'entende avec eux ou pas, pour un réel partenariat afin de sauver notre pays". 


Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) Gebran Bassil a célébré samedi ce qu'il a qualifié de "victoire" de son parti aux élections législatives, tout en admettant que son groupe parlementaire avait rétréci de 29 à 21 députés. Il a cependant exprimé l'espoir que ce nombre augmentera "jusqu'à au moins 23 élus" après l'introduction de recours devant le Conseil...

commentaires (22)

Je le trouve assez véhément quant à son opposition à Berry. Voyons voir pendant combien de temps. Pour rappel, il a été obligé de se retrouver à négocier avec lui pour les élections législatives sous la houlette de son boss Hassouna, sans même un mot plus haut que l’autre. Il veut nous faire croire qu’il est libre de ses choix? A d’autres, ces mêmes protagonistes qui lui ont ouvert les coffres fort de l’état pour s’en servir peuvent à tout moment lui clouer le bec et l’envoyer dar dar voter son pseudo ennemi qui en fonction de ses intérêts devient son ami. Sans compter sur les scandales qui vont être révélés juste avant l’échéance présidentielle pour nous éclairer sur le bénéficiaire des milliards détournés du ministère de l’énergie et leur emplacement précis toujours par les mêmes qui connaissent le menu détail mais attendent le moment opportun pour nous le communiquer. J’ai nommé les américains qui l’ont déjà sanctionné mais apparement il n’a pas retenu la leçon. En attendant il peut fanfaronner puisque c’est la seule chose qui lui reste avant la révélation de la VÉRITÉ sur tous ses travers dont il peut s’enorgueillir et que quelques uns les prennent pour de l’intelligence. Voler, détruire et trahir n’ont jamais été des qualités pour briguer un poste de responsabilité quel qu’il soit.

Sissi zayyat

11 h 50, le 23 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (22)

  • Je le trouve assez véhément quant à son opposition à Berry. Voyons voir pendant combien de temps. Pour rappel, il a été obligé de se retrouver à négocier avec lui pour les élections législatives sous la houlette de son boss Hassouna, sans même un mot plus haut que l’autre. Il veut nous faire croire qu’il est libre de ses choix? A d’autres, ces mêmes protagonistes qui lui ont ouvert les coffres fort de l’état pour s’en servir peuvent à tout moment lui clouer le bec et l’envoyer dar dar voter son pseudo ennemi qui en fonction de ses intérêts devient son ami. Sans compter sur les scandales qui vont être révélés juste avant l’échéance présidentielle pour nous éclairer sur le bénéficiaire des milliards détournés du ministère de l’énergie et leur emplacement précis toujours par les mêmes qui connaissent le menu détail mais attendent le moment opportun pour nous le communiquer. J’ai nommé les américains qui l’ont déjà sanctionné mais apparement il n’a pas retenu la leçon. En attendant il peut fanfaronner puisque c’est la seule chose qui lui reste avant la révélation de la VÉRITÉ sur tous ses travers dont il peut s’enorgueillir et que quelques uns les prennent pour de l’intelligence. Voler, détruire et trahir n’ont jamais été des qualités pour briguer un poste de responsabilité quel qu’il soit.

    Sissi zayyat

    11 h 50, le 23 mai 2022

  • et moi tout comme el bassil espere me voir gagner le pris du tirage lotto au etats unis, une chance sur 400 millions.

    Gaby SIOUFI

    10 h 58, le 23 mai 2022

  • Encore une fois, c'est la faute des autres! Ce "Chef" décidément ne comprend pas le sens de Victoire, ni des maths. Dans un déni et délire total. Si vous écrivez Bassil calcul 1 + 1, sa réponse 11. Non Bassil, je reformule 1 et 1 font ? 11, répondit Bassil d'une façon offusqué.

    Marwan Takchi

    21 h 47, le 22 mai 2022

  • Il devait etre réfractaire aux maths

    Lina Daher

    19 h 28, le 22 mai 2022

  • 17 pour le CPL et le CPL juste … 19 pour les FL et 19 juste pour les FL … 134000 libanais des régions chrétiennes ont voté pour le CPL 202000 pour les FL faites vos calcules …. Et même s’il revient à avoir un bloc de 22 députés le bloc des ouwet seront 24-25 les maths ça ment pas lol

    Bery tus

    14 h 50, le 22 mai 2022

  • Un personage detestable.....

    Sabri

    12 h 46, le 22 mai 2022

  • C'EST AVEC LE PETIT DOIGT LEVÉ DE SAYED QUE BASSIL VA VOTER MALGRÉ LUI BERRY PRÉSIDENT DU PARLEMENT. APUIER PAR JOUMBLATT, BIEN SÛR, QUE BERRY GARDE SA CHAISE.

    Gebran Eid

    12 h 20, le 22 mai 2022

  • Sayed Bassil…. hahahahaha….

    LeRougeEtLeNoir

    11 h 15, le 22 mai 2022

  • LE LILLIPUT QUI REVE DE SE DONNER DES MESURES DE GEANT.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    10 h 05, le 22 mai 2022

  • Que quelqu’un m’explique comment 17/députés élus font un bloc de 21? Si Gebran Bassil ajoute à ses députés, ceux du Tachnag, il commet une erreur grossière, le Tachnag n’est pas le CPL et les libanais d’origine arménienne sont tous des souverainistes et pas de soumis à l’Iran

    Liberté de penser et d’écrire

    09 h 40, le 22 mai 2022

  • Monsieur Bassil vous vous ridiculisez aux yeux des libanais et aux yeux du monde entier. Votre discours est pathétique et ressemble exactement à l’officier du Titanic

    Liberté de penser et d’écrire

    09 h 31, le 22 mai 2022

  • Un "festival de la victoire"! C'est vraiment chevaleresque de la part de Bassil de célébrer la victoire de ses adversaires! Quels français auraient le courage de célébrer la victoire de Trafalgar ou de Waterloo? Chapeau bas!

    Yves Prevost

    08 h 15, le 22 mai 2022

  • Il est dans le déni total le pauvre. Mais c'est un subterfuge bien connu des politiciens, pas seulement au Liban, faire croire qu'un échec est en fait une victoire !

    Pandora

    07 h 54, le 22 mai 2022

  • Mr. Bassil, without the support of Hezbollah and their allies would have won less than 10 seats. The FPM has lost 25% of the votes compared to 2018. Mr. Bassil and the FPM still refuse to own up to their mistakes, and the downward trend in their support. They owe the size of their caucus to Hezbollah and are therefore unlikely to cross them. Consequently, they have become followers. They don’t have a clear socioeconomic and political program. The dark legacy and incompetence of Mr. Aoun and his Party will be recognized in the History books. They have betrayed their supporters and the Lebanese people.

    Mireille Kang

    05 h 01, le 22 mai 2022

  • Comment peut-on faire comprendre à certains que 22 c'est plus que 19 ?

    Chucri Abboud

    04 h 19, le 22 mai 2022

  • On a envie de le prendre au mot... il réclame que l'élection présidentielle prévue cette automne se fasse en deux tours, mais au suffrage universel Un premier tour auprès des chrétiens , pourquoi pas, vu le nombre de voix préférentielles que les Fl ont récoltées il se ramassera, une nouvelle fois, une belle gamelle. Et puis qu'il arrête avec ses phrases bateau ...Tous ceux qui ont levé la main sur nous se sont pris une claque, à force de se faire gifler il a les fesses toutes rouges...

    C…

    02 h 03, le 22 mai 2022

  • Il hallucine complètement que c’est drôle!

    Wow

    00 h 21, le 22 mai 2022

  • Que quelqu’un lui dise que c’est 17 pour eux et 19 pour les FL lol … wlok même si tu veux frauder avec tes recours à 2 cents tu restera petit

    Bery tus

    23 h 01, le 21 mai 2022

  • Une victoire à la Pyrrhus, Mr Bassil ou encore une victoire divine comme le disait votre allié HN?…On sait que le ridicule ne tue pas et si vous avez encore des irréductibles têtus qui vous suivent encore comme des moutons de Panurge, juste parce qu’ils détestent les FL, il ne faut surtout pas songer à être le sauveur de la nation, car vous allez encore nous ressasser la rengaine du « on ne nous a pas laissé faire » comme justificatif honteux tant que vous gardez les mêmes alliances contre nature et que vous n’avez pas le courage de reconnaître vos énormes erreurs de parcours du passé et d’essayer au moins de rectifier le tir, car, ce n’est pas seulement la présence de Berri sur son perchoir qui est la cause principale de la déroute nationale, mais bien plus un mini-état armé dans l’état que vous n’osez même pas dénoncer!

    Saliba Nouhad

    22 h 41, le 21 mai 2022

  • Je ne sais pas pourquoi il me fait penser à la fable du petit crapaud qui voulait devenir aussi gros que le boeuf…

    Gros Gnon

    21 h 43, le 21 mai 2022

  • Ah oui, une autre victoire. Celle la à la Pyrrhus au lieu qu’elle soit divine. Un copier coller des discours de Hassouna.

    Achkar Carlos

    21 h 39, le 21 mai 2022

  • La réalité est tellement dure, qu'il essaie de se convaincre d'une victoire. Il doit reconnaître que son mandat est presque terminé, et tout ce qu'il raconte, ressemble au délire. Objectivement, il ne peut plus prétendre parler au nom des chrétiens qui l'ont désavoué dans les urnes, et, cette fausse victoire qu'il réclame, lui a été servie par ses alliés qui sont en même temps dans une certaine proportion ses adversaires !

    Esber

    21 h 33, le 21 mai 2022

Retour en haut