Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Présidence et vice-présidence du Parlement : Pas de troc entre Amal et le CPL, affirme Berry

Le chef du Législatif nommé candidat à sa succession par les députés du mouvement Amal. 

Présidence et vice-présidence du Parlement : Pas de troc entre Amal et le CPL, affirme Berry

Le président du Parlement, Nabih Berry, lors d'un discours prononcé au Liban-Sud, le 1er avril 2022. Photo Hassan Ibrahim/Parlement libanais

Le chef du Législatif, Nabih Berry, a assuré qu'il se portera candidat à la présidence du Parlement qu'il occupe sans interruption depuis 1992, alors que plusieurs parties s'y opposent. Il a également nié l'existence d'un troc entre le mouvement Amal qu'il dirige et le Courant patriotique libre (CPL) de Gebran Bassil, en fonction duquel les députés aounistes voteraient pour lui et ceux d'Amal pour le député CPL Elias Bou Saab à la vice-présidence de la Chambre. 

Dans un entretien publié samedi par le quotidien Annahar, M. Berry a démenti des rumeurs qui lui attribuent la volonté de ne pas se présenter à la présidence de la Chambre. "Cela ne se fera que dans leurs rêves", a-t-il lancé, alors que le Parlement issu des législatives du 15 mai doit se réunir la semaine prochaine pour élire un nouveau président.

"Toujours pas d'entente"
A l'heure où des informations circulent sur un troc entre sa formation et le CPL pour garantir sa réélection et l'élection de M. Abou Saab, le chef du parti chiite a indiqué qu'il n'y a "pas de troc à ce sujet". "Nous ne nous sommes toujours pas entendus sur quelque chose jusqu'à présent," a-t-il ajouté, rappelant que deux autres parlementaires, Ghassan Hasbani (Forces libanaises) et Melhem Khalaf (Contestation), sont également candidats à la vice-présidence. 

Lire aussi

Législatives : qui a gagné, qui a perdu ?

M. Berry a estimé, en outre, que "le pays est face à deux choix : soit s'élever au-dessus de la division entre majorités et minorités et s'accorder à donner la priorité aux grandes échéances imminentes, notamment aux niveaux économique et social, soit se préparer à un avenir sinistre".

De son côté, le nouveau groupe parlementaire du mouvement Amal a tenu sa réunion hebdomadaire sous la présidence de M. Berry, auquel il a affirmé son soutien à sa candidature. Les députés présents ont également souligné la nécessité que le gouvernement de Nagib Mikati, qui sera chargé d'expédier les affaires courantes dès dimanche, "assume ses devoirs durant cette phase transitoire et suive les dossiers qui ont trait aux problèmes socio-économiques", selon des propos rapportés par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Vendredi, M. Berry avait fait valoir que "le Parlement est maître de lui-même". "Au final, nous devons tous respecter la décision de l'Assemblée qui élira le nouveau président de la Chambre", avait-il plaidé. Les FL et le CPL, principaux partis chrétiens élus au Parlement, ainsi que les nouveaux députés issus du mouvement de la contestation, s'opposent à la réélection de M. Berry. Dans un discours prononcé jeudi, le chef des FL, Samir Geagea, avait souligné que "le président de la Chambre doit avoir des caractéristiques très évidentes qui ne s'appliquent pas à Nabih Berry". 

Lire aussi

Comment le Hezbollah a permis à Gebran Bassil de limiter la casse

Les 27 sièges chiites du Parlement ont été raflés par Amal et son allié, le Hezbollah, à l'exception du siège de Jamil Sayyed, qui est proche de leur camp politique. Les députés FL, ainsi que ceux qui s'opposent à M. Berry, voient leurs options donc limitées, mais peuvent quand même s'abstenir de voter en sa faveur. Pour la première fois depuis son accession à la tête du Législatif, le leader du mouvement Amal risque d’être reconduit avec une majorité étriquée, alors que sa réélection passait jusque-là comme une lettre à la poste.


Le chef du Législatif, Nabih Berry, a assuré qu'il se portera candidat à la présidence du Parlement qu'il occupe sans interruption depuis 1992, alors que plusieurs parties s'y opposent. Il a également nié l'existence d'un troc entre le mouvement Amal qu'il dirige et le Courant patriotique libre (CPL) de Gebran Bassil, en fonction duquel les députés aounistes voteraient pour lui et ceux...

commentaires (4)

Puisqu'on en parle, le troc est d'actualité.

Esber

17 h 59, le 21 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Puisqu'on en parle, le troc est d'actualité.

    Esber

    17 h 59, le 21 mai 2022

  • LES JOUMBLATT ONT UNE SPÉCIALITÉ "LA SURPRISE". KAMAL A VOTÉ EN SURPRISE POUR NOUS AMENER SLEIMAN PREMEIR À LA DERNIÈRE MINUTE. WALID A VOTÉ POUR LE HEZBOLLAH EN SURPRISE À LA DERNIÈRE MINUTE POUR NOUS LE AMENER AU GOUVERNEMENT. ET CE MÊME WALID QUI VA ASSURER EN SURPRISE LA VENUE DU NOUVEAU BERRY À LA TÊTE DU PARLEMENT. VIVE LES JOUMBLATT

    Gebran Eid

    16 h 41, le 21 mai 2022

  • GOUPIL SERA DE RETOUR. PRESQUE TOUS NE LE VEULENT PAS. PRESQUE TOUS Y SOUSCRIRONT A SON RETOUR.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    13 h 08, le 21 mai 2022

  • Serait-il atteint du syndrome du glissement,Scotché à son fauteuil ?

    Wow

    12 h 16, le 21 mai 2022

Retour en haut