Rechercher
Rechercher

Société - Étude

Les infirmiers ont changé leurs habitudes alimentaires à cause de la crise

Les infirmiers ont changé leurs habitudes alimentaires à cause de la crise

Une infirmière ajustant le masque à oxygène d’un patient atteint du Covid-19. Houssam Chbaro/Photo d’archives

Une étude publiée récemment par la Chaire de recherches en sciences infirmières de l’Université Paris 13 et l’ordre des infirmières et des infirmiers au Liban montre l’impact dramatique de la crise sanitaire et de la situation économique sur les habitudes alimentaires de ces professionnels du secteur hospitalier.

Menée en ligne, via un questionnaire distribué aux infirmiers exerçant dans les hôpitaux libanais, l’étude a évalué leurs habitudes alimentaires avant et pendant les crises sanitaire et économique. Ces derniers révèlent avoir souffert de stress pendant les derniers mois, en majorité à cause de la crise économique et de la pandémie. En effet, la plupart des infirmiers ont un revenu mensuel d’environ deux millions quatre cents mille livres libanaises (à peu près cent dollars au taux du marché parallèle). Or, la moitié d’entre eux ont subi une diminution de leurs revenus suite à la crise, ce qui a affecté leur capacité à se procurer des aliments sains. Une baisse de la consommation de viande a ainsi été enregistrée chez 42 % des personnes sondées, suivie d’une diminution de la consommation de lait et de produits laitiers (30,4 %) ainsi que d’une baisse de celle des fruits (30,8 %) et des légumes (21 %). De plus, un changement dans le statut pondéral a été rapporté chez 66 % des infirmiers interrogés.

Lire aussi

80 % de pauvres au Liban : comment cette donnée est-elle calculée ?

« Nous sommes face à un système de santé qui risque de s’effondrer au Liban. La plupart des infirmiers ont émigré, d’autres ont démissionné et ceux qui restent risquent de souffrir de répercussions médicales », explique l’étude. « Dès lors, des mesures urgentes sont nécessaires pour améliorer l’alimentation des infirmiers hospitaliers. Il est primordial et urgent que les représentants politiques ainsi que le ministère de la Santé et l’ordre des infirmières et des infirmiers au Liban unissent leurs efforts pour soutenir le corps infirmier », conclut le rapport.

Une étude publiée récemment par la Chaire de recherches en sciences infirmières de l’Université Paris 13 et l’ordre des infirmières et des infirmiers au Liban montre l’impact dramatique de la crise sanitaire et de la situation économique sur les habitudes alimentaires de ces professionnels du secteur hospitalier.Menée en ligne, via un questionnaire distribué aux infirmiers...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut