Rechercher
Rechercher

Campus - PARCOURS

Mohamad Fahs, une voix qui porte loin

Le travail de ce jeune professionnel gagne en reconnaissance dans le monde de l’audiovisuel.

Mohamad Fahs, une voix qui porte loin

Mohamad Fahs. Photo DR

Enfant, il passait des heures à imiter des personnages de dessins animés et des présentateurs de journaux télévisés, sous l’œil admiratif de son entourage, lorsqu’il ne s’amusait pas à mettre en scène les histoires qu’il inventait. « En grandissant, j’ai eu la conviction que je devais suivre la voie qui me permettrait de vivre, au quotidien, de mes passions », souligne Mohamad Fahs, qui poursuit depuis 2019 un master en option information et communication à l’Université antonine (UA) en partenariat avec l’Université de Toulon (France).

Une passion qui le place en décembre parmi les cinq finalistes en lice pour remporter le prix de la catégorie Outstanding Narration – TV or Film – Best Arabic Voiceover lors de l’édition 2021 des Voice Arts Awards. Une compétition internationale créée aux États-Unis, en 2013, par la Society of Voice Arts and Sciences dans le but de récompenser annuellement les professionnels dans le domaine du son. « Les résultats ont été annoncés le 19 décembre, et bien que je n’aie remporté la compétition, je me réjouis de savoir que mon travail ait pu retenir l’attention de professionnels du milieu et cela me pousse à vouloir aller plus loin », raconte Mohamad Fahs. Le jeune homme a découvert les studios d’enregistrement depuis 2010 et y passe des journées entières devant les micros pour acquérir des savoir-faire spécifiques et développer ses possibilités vocales. Son souhait est de pouvoir se lancer à la conquête du grand public, grâce à cet instrument de travail qu’est sa voix, en donnant vie à des textes et en interprétant différents personnages dont il assure le doublage. Le mastérant de 30 ans a visiblement atteint son objectif, puisque en ayant fait de sa voix son métier, il s’illustre aujourd’hui dans le paysage audiovisuel pour ses talents d’interprète voix-off et de doubleur.

Mettre en mots ses pensées et les interpréter

Depuis un peu plus de dix ans, Mohamad Fahs prête en effet sa voix à des documentaires, des publicités, des annonces et assure le doublage de séries télévisées et de dessins animés. Il a, entre autres, travaillé pour les chaînes réputées à l’international comme National Geographic Abu Dhabi – National Geographic Kids, Discovery Arabic, Discovery Kids, al-Jazeera Documentary, al-Jazeera Kids, Fatafeat, Cartoon Network Arabic et MBC 3. « Ce travail n’est pas si simple, parce qu’il ne suffit pas de posséder une belle voix. Au fil des années, il faut apprendre à maîtriser les techniques vocales pour interpréter des personnages de dessins animés tout comme il est nécessaire de développer ses talents d’acteur en assurant, par exemple, le doublage de séries dramatiques », explique le jeune homme. Loin d’être tout le temps enfermé dans les studios d’enregistrement, Mohamad a également participé, au Liban, à l’écriture de publicités et de films courts d’étudiants tout comme il a tenu des rôles secondaires dans des productions audiovisuelles. « J’aime aussi prendre la plume, et j’ai souhaité mettre en mots des pensées et des sentiments universels en rédigeant des poèmes et des textes que j’ai ensuite interprétés. J’en ai fait des vidéos que j’ai publiées sur ma chaîne YouTube baptisée Skoun », confie celui qui cherche à se surpasser en se lançant de nouveaux défis.

Quatre mois à l’Université Sorbonne Nouvelle

Souhaitant évoluer dans le milieu du son et de l’image, Mohamad Fahs obtient, en 2016, une licence en audiovisuel de l’Université internationale libanaise (LIU). « Cette formation m’a permis d’acquérir des techniques indispensables pour pouvoir écrire des scénarios de films courts et de m’initier également au métier de réalisateur en tournant mon premier court-métrage, Pencil Scratch », précise le jeune homme. En deuxième année de son master à l’UA entamé en 2019, il décide de profiter de la mobilité étudiante que lui propose son université dans le cadre du programme Erasmus+ et choisit la France. Ainsi, il passe près de quatre mois à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, où il fait de la recherche, bénéficiant de l’encadrement assuré par l’enseignant Matthias Steinle du département Cinéma et audiovisuel (CAV). Si l’étudiant s’attelle actuellement à la rédaction de son mémoire de master au Liban, il n’oublie pas, en parallèle, de perfectionner ses talents d’interprète voix-off. « Je n’hésite pas à solliciter l’avis des autres au sujet d’une performance, puisque je suis attentif aux critiques », souligne Mohamad. « De même, poursuit-il, j’essaie de me tenir informé au sujet de toutes les nouveautés relatives à ce domaine de travail, et je suis toujours à la recherche de nouvelles expériences professionnelles et de projets variés sur lesquels travailler. »

Si Mohamad a jusqu’à présent utilisé la langue arabe dans le cadre de son travail, il souhaite pouvoir, dans un futur proche, adopter d’autres langues comme le français et l’anglais. Pour ce faire, il cherche à perfectionner sa pratique des langues étrangères. Conscient de l’importance de la formation académique, le jeune homme projette de suivre, dans les années qui viennent, des études doctorales au Liban ou ailleurs.



Enfant, il passait des heures à imiter des personnages de dessins animés et des présentateurs de journaux télévisés, sous l’œil admiratif de son entourage, lorsqu’il ne s’amusait pas à mettre en scène les histoires qu’il inventait. « En grandissant, j’ai eu la conviction que je devais suivre la voie qui me permettrait de vivre, au quotidien, de mes passions »,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut