Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

Le Hezbollah dans la ligne de mire du président

Le chef de l’État menace indirectement le parti chiite de remettre sur la table la stratégie de défense nationale.

Le Hezbollah dans la ligne de mire du président

Le président Michel Aoun lors de son discours télévisé hier. Photo Dalati et Nohra

Le discours, attendu, du chef de l’État, Michel Aoun, a créé la surprise hier, moins par le ton employé – calme et pondéré –, que par les dossiers évoqués comme la stratégie de défense qu’il a appelé à remettre sur la table d’un dialogue national, une promesse faite par Michel Aoun au début de son mandat mais plus jamais évoquée depuis. L’importance du discours tient donc surtout au timing. Car remettre aujourd’hui la stratégie de défense nationale sur le tapis n’est certainement pas anodin, à l’heure où l’accord de Mar Mikhaël semble sérieusement s’effriter. « Il est vrai que la défense de la patrie nécessite une coopération entre l’armée, le peuple et la résistance, mais la responsabilité première en revient à l’État. Seul l’État fixe la stratégie de défense et veille à sa mise en œuvre », a lancé le président dans ce qui est apparu comme un revirement notable.

Alors que son mandat approche de son terme et bute contre une paralysie quasi totale des institutions du pays, le président a effectué une sorte de bilan des responsabilités. Il a ainsi défendu son sexennat et dénoncé les blocages notamment des réunions du Conseil des ministres et du travail de la justice, des manœuvres attribuées à son partenaire chiite, le Hezbollah, qu’il a toutefois évité de nommer tout au long de son discours. Le président n’a donc pas ménagé son allié chiite comme annoncé la veille dans ses milieux. Mais il n’a pas été trop loin non plus, évitant la confrontation, une tâche qu’il réserve vraisemblablement à son beau-fils, le chef du Courant patriotique libre (CPL), Gebran Bassil, dont un discours est annoncé pour le 2 janvier prochain. « Je ne veux de conflit avec personne – ni individus ni partis politiques – et je ne veux démanteler l’unité d’aucune communauté. Cependant, je le dis clairement : tourner en rond est fatal pour le pays et je n’accepterai pas d’être témoin de la chute de l’État et de l’étouffement du peuple », a martelé Michel Aoun, appelant à « un dialogue national urgent ».

Lire aussi

Bassil pris au piège de son alliance avec le Hezbollah

Convenu en amont entre le président et son gendre, ce jeu de rôle n’aurait vraisemblablement d’autres objectifs que de tenter de faire plier d’une manière ou d’une autre leur partenaire chiite, avec lequel les relations se sont récemment détériorées comme jamais auparavant, à quelques mois de deux échéances cruciales : les législatives en mai 2022 et la présidentielle quelques mois plus tard. Alors que l’on croyait l’accord d’entente conclu entre le CPL et le Hezbollah en 2006 sacré et leur alliance indéfectible, notamment du fait des avantages qu’elle apportait aux deux formations, la situation a nettement changé ces dernières semaines. Ce sont surtout l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth que le Hezbollah et son allié, le mouvement Amal, cherchent à torpiller depuis que de hauts responsables chiites sont mis en cause, puis la non-décision du Conseil constitutionnel dans l’affaire du recours présenté par le CPL pour invalider des amendements introduits à la loi électorale sous l’impulsion du chef du Parlement, Nabih Berry, qui ont constitué la goutte de trop. « Ces deux derniers coups assénés par le Hezbollah au CPL ont fini par mettre Gebran Bassil hors de lui », confie une source aouniste. Michel Aoun n’a d’ailleurs pas caché son mécontentement à ce sujet, dénonçant « l’obstruction qui a frappé le Conseil constitutionnel ». « Il est devenu de notoriété publique qui est à l’origine de cette obstruction », a-t-il lancé, en référence à Amal et au Hezbollah. Dans les milieux du Hezbollah, on se défend d’avoir contribué à ce résultat que le CPL considère comme une manœuvre destinée à l’affaiblir encore plus.

Un fardeau

Depuis que la base chrétienne aouniste, révoltée par la tragédie du 4 août, a haussé le ton pour dénoncer une alliance devenue trop lourde à porter, le Hezbollah est devenu pour le CPL un fardeau, tout en restant cependant un allié indispensable pour la bataille des législatives qui s’annonce difficile. Le parti chiite tient Gebran Bassil, dont la popularité est en baisse vertigineuse, à la gorge. Le CPL, qui ne peut espérer obtenir plus d’une douzaine de députés au Parlement aux prochaines élections, a besoin d’un appoint ponctuel du Hezbollah pour augmenter les membres de son bloc de 4 à 5 députés de plus selon les estimations, notamment dans la Békaa-Ouest, la Békaa-Nord ou à Beyrouth II.

Lire aussi

Raï appelle implicitement Aoun à "ne plus conférer de légitimité" au Hezbollah

« Gebran Bassil est en train de peser le pour et le contre pour voir si en définitive la poursuite du partenariat en vaut le coup », avance un proche du chef du CPL. Depuis une dizaine de jours, les rumeurs sur l’annonce prochaine d’un divorce avec le Hezbollah se sont intensifiées. Des figures de proue du CPL estiment que c’en est fini de l’accord d’entente de 2006 et que M. Bassil ne cesse de répéter devant ses proches qu’il est déterminé à couper le cordon ombilical qui relie les deux formations. Des informations non officielles à ce jour que des analystes apparentent à du chantage. En brandissant cette menace, le chef du CPL – qui garantissait jusque-là une couverture chrétienne à un parti mis à l’index par l’Occident – espère pouvoir améliorer sa position dans les négociations avec le Hezbollah et lui arracher des compromis.

C’est ainsi que l’on peut interpréter les pourparlers en coulisses qui, selon plusieurs informations de presse, auraient récemment eu lieu entre M. Bassil et Wafic Safa, responsable du comité de coordination du parti chiite, dans le cadre d’un tête-à-tête au cours duquel ont été évoquées les questions litigieuses. Une réunion qui aurait cependant eu lieu avant un meeting du chef du CPL qui a tancé, sans le nommer, le Hezbollah. « Le jour où on aura besoin de tirer notre force des autres, mieux vaut que l’on existe plus. Nous sommes forts par nous-mêmes », avait déclaré M. Bassil devant une audience qui lui est acquise. Le discours que l’un des participants a filmé aurait volontairement filtré il y a cinq jours dans l’intention d’envoyer un message de mécontentement au parti chiite.

Lire aussi

Une défaite au goût amer pour Bassil

Dans les milieux du Hezbollah, le mot d’ordre hier était au mutisme total. Personne ne devait s’exprimer sur ce sujet, en tous les cas pas avant que le président Michel Aoun n’ait dévoilé ses cartes. « Il y a une compréhension des raisons du mécontentement des aounistes », se contente de souligner Fayçal Abdel Sater, analyste politique proche de la ligne du parti, comme pour dire que le Hezbollah serait disposé à lâcher du lest. Pour Kassem Kassir, un autre analyste issu du même milieu, le ton du président n’était pas à la provocation. « Il n’a coupé les ponts avec personne, mais s’est contenté de dresser un bilan de la situation », a-t-il commenté.

Dans les milieux du CPL, on affirme toutefois que le discours du président a pour objectif de paver la voie à celui que tiendra Gebran Bassil le 2 janvier. En attendant, le Hezbollah aura eu amplement le temps de faire un pas, s’il le désire, en direction du camp aouniste. À défaut, le CPL optera pour l’escalade qui pourrait aller jusqu’à l’annonce d’un divorce, fait-on valoir.

Le discours, attendu, du chef de l’État, Michel Aoun, a créé la surprise hier, moins par le ton employé – calme et pondéré –, que par les dossiers évoqués comme la stratégie de défense qu’il a appelé à remettre sur la table d’un dialogue national, une promesse faite par Michel Aoun au début de son mandat mais plus jamais évoquée depuis. L’importance du discours tient...
commentaires (28)

LE PRESIDENT A RATE LE SEUL DISCOUR QUI AVAIT FAIT FREMIR DE JOIE LE PEUPLE CAR IL ALLAIT DIRE SES 4 VERITES A NASRALLAH MALHEUREUSEMENT UNE VISITE D'UN DELEGUE DE HEZBOLLAH AU GENDRE DANS LA NUIT A FAIT CHANGE LE DISCOUR EN UNE EXPLICATION DE LA SITUATION OU TOUT LE MONDE EST RESPONSABLE SAUF LUI, PAUVRE PRESIDENT SANS AUCUN POUVOIR ( MEME DE TELEPHONER AU CHEF DE L'ARMEE POUR QU'IL AILLE VOIR CE DEPOT 12, 15 JOURS AVANT L'EXPLOSION ) LA VERITE: JE COMMENCE A AVOIR PITIE DE LUI PLUS QUE DE LUI REPROCHER SA DESASTREUSE PRESIDENCE QUI A AMENE LE PAYS EN ENFER ( ALORS QU'IL L'AVAIT BIEN PREDIT IL Y A UN AN MAIS N'A RIEN FAIT POUR ARRETER CETTE CHUTE) L'AGE PROBABLEMENT ET UN GENDRE DES PLUS NULS EN SONT PEUT ETRE LA CAUSE POUR NE PAS DIRE PLUS ET RISQUER D'ETRE CENSURE

LA VERITE

16 h 16, le 30 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (28)

  • LE PRESIDENT A RATE LE SEUL DISCOUR QUI AVAIT FAIT FREMIR DE JOIE LE PEUPLE CAR IL ALLAIT DIRE SES 4 VERITES A NASRALLAH MALHEUREUSEMENT UNE VISITE D'UN DELEGUE DE HEZBOLLAH AU GENDRE DANS LA NUIT A FAIT CHANGE LE DISCOUR EN UNE EXPLICATION DE LA SITUATION OU TOUT LE MONDE EST RESPONSABLE SAUF LUI, PAUVRE PRESIDENT SANS AUCUN POUVOIR ( MEME DE TELEPHONER AU CHEF DE L'ARMEE POUR QU'IL AILLE VOIR CE DEPOT 12, 15 JOURS AVANT L'EXPLOSION ) LA VERITE: JE COMMENCE A AVOIR PITIE DE LUI PLUS QUE DE LUI REPROCHER SA DESASTREUSE PRESIDENCE QUI A AMENE LE PAYS EN ENFER ( ALORS QU'IL L'AVAIT BIEN PREDIT IL Y A UN AN MAIS N'A RIEN FAIT POUR ARRETER CETTE CHUTE) L'AGE PROBABLEMENT ET UN GENDRE DES PLUS NULS EN SONT PEUT ETRE LA CAUSE POUR NE PAS DIRE PLUS ET RISQUER D'ETRE CENSURE

    LA VERITE

    16 h 16, le 30 décembre 2021

  • En finalité … SEUL LES FL POURRONT NOUS SORTIR DE CETTE MERDE

    Bery tus

    23 h 42, le 29 décembre 2021

  • Le fardeau le plus lourd pour le CPL n'est pas le Hezb mais son propre chef, le gendre gâté. Si Bassil était courageux il se soumettrait à un vote de confiance de tous ceux qui détiennent une carte de membre ou en détenaient une quand il a été imposé chef du parti par le fondateur-beau-père.

    Youssef Najjar

    22 h 09, le 28 décembre 2021

  • Ses aveux contrits d’une faute politique qu’il a commise, que des générations entières à venir paieront le prix, ne l’exonèrent pas de sa responsabilité devant l’histoire. Il n’avait nul besoin de maitriser la « prédictologie » qui est une pseudo science, pour prédire les résultats que l’on connait maintenant. L’entente de Mar Mikhael était un mensonge cousu de fil blanc, malheureusement en raison de son absence de discernement et surtout de sa volonté à tout prix de vouloir passer le flambeau à son gendre( qui na pas les épaules assez larges pour ces fonctions) il a mené le pays à sa perte. Il annonce sept pour amélioration de la situation …. Encore une incongruité… il nous faudra soixante dix ans…

    C…

    20 h 10, le 28 décembre 2021

  • Je ne sais pas qui sera dans la ligne de mire de l’autre si par bonheur pour nous et par malheur pour eux l’un commençait les hostilités avant l’autre car une chose est sûre c’est fatalement inéluctable ils sont entrain de couler (le CPL)et n’ont plus rien à perdre!

    PROFIL BAS

    17 h 18, le 28 décembre 2021

  • "dans la ligne de mire du président...." sauf que, comme on disait lors de la guerre de 1967 des soldats arabes qui tiraient à l'aveuglette en invoquant dieu en criant "ya rab tigui b'éynou"... et l'on sait qui avait gagné et continue de le faire... bof...

    Wlek Sanferlou

    16 h 44, le 28 décembre 2021

  • L'Orient semble avoir perdu son orientation. Quand est-ce qu'il va revoir Le Jour?

    SATURNE

    15 h 09, le 28 décembre 2021

  • Mais sincèrement ils pensent vraiment qu’on est des choses encore des moutons pour croire à se revirement ou prise de conscience …. LES ÉLECTIONS EXACTEMENT COMME EN 2018 avec bassil en insultant Berry … dite moi après est ce que quelque chose a changer?!

    Bery tus

    14 h 39, le 28 décembre 2021

  • C'est à la mode en ce moment dans le milieu politique libanais, et cela jusque dans les plus hautes sphères...de se disculper du chaos actuel dans le pays en affirmant: "...c'est pas nous...ils ne nous ont pas laissé faire...etc., etc..." Une façon puérile, à la limite du ridicule, de vouloir masquer leur incapacité totale de diriger notre pays depuis des années...et surtout depuis un certain 31 octobre 2016 Qu'ils aient au moins tous la décence de se taire...car ce n'est pas avec des discours télévisés qu'ils sauveront notre pays !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    13 h 36, le 28 décembre 2021

  • On parle mais pas trop fort, on condamne mais trop fermement en prenant le soin de ne jamais désigner les destructeurs par leurs vrais noms et qualificatifs. Ils restent des résistants jusqu’à nouvel ordered et on laisse la porte ouverte à toutes les tentatives de la destruction totale du pays, des fois que les fossoyeurs auraient une nouvelle idée d’alliance pour enterrer la nation avec ses citoyens après les avoir réduit à l’état de zombis ambulants.

    Sissi zayyat

    12 h 28, le 28 décembre 2021

  • L’OLJ JE VOUS HAIS. Votre censure commence à me courir sur le haricot.

    Sissi zayyat

    12 h 07, le 28 décembre 2021

  • S’il savait que toutes les prières des libanais durant ces fêtes contiennent le vœu qu’il parte le plus tôt possible de Baabda, il nous aurait évité ce discours ridicule lu comme un automate sur un prompter. Mais il y avait sans doute Pierrot Gourmand en face de lui pour l’encourager

    Lecteur excédé par la censure

    11 h 33, le 28 décembre 2021

  • Ils sont passés maître dans "le chantage". Cette préparation faite comme quoi Aoun va dire "les 4 vérités". Comme d'habitude, c'est pour pousser le Hezbollah à renégocier des points en suspens ( dont les élections aussi bien parlementaires que présidentielles). C'est ce qui s'est passé d'ailleurs. Wafic safa a été dépéché auprès de Bassil pour négocier et ce, parait il toute la nuit du Dimanche à Lundi. Résultat? Le message mielleux de Aoun où il pose "plus de questions qu'il ne donne de réponses". Il s'attendait à quoi?? Que le citoyen lui donne des réponses?? C'est à lui de poser les questions ET donner les réponses en mettant les "coupables" dans la ligne de mire. D'ailleurs, il a abordé cette affaire de Quorum sans aborder le blocage du duo chiite. Il n'a pas abordé les agressions faites contre les quartiers de sa propre communauté et contre ses mêmes partisans et familles. Il n'a pas abordé l'affaire du port. A qui appartient la marchandise? Question simpliste à laquelle personne n'a répondu

    LE FRANCOPHONE

    11 h 25, le 28 décembre 2021

  • JURONS QUE SON TOUT PTI GENDRE LUI, NE VOUDRA PAS CRITIQUER NASROULLAH SANS LAISSER TOUTES LES PORTES OUVERTES ET... LE COEUR AVANT CELA. WALAA, QUI D'AUTRE LUI ASSURERA LE TABOURET DE BAABDA ?

    Gaby SIOUFI

    08 h 24, le 28 décembre 2021

  • LE 2E MESSIE, LE VRAI REPRESENTANT CHARISMATIQUE DE LA THAWRA ET DES THAWRAJIS LE VOILA VENU ! LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE MICHEL AOUN QUI REPREND A SON COMPTE TOUTES LES REVENDICATIONS DU 17 OCTOBRE ...AND MORE ! KHAYYY, IL L'A DAILLEURS DIT, IL CONTINUE SON COMBAT POUR LE SALUT DU L;IBAN , IL NE DEPOSERA JAMAIS LES ARMES MEME S'IL RESTE JUSTE QQS MOIS DE SON MANDAT

    Gaby SIOUFI

    08 h 21, le 28 décembre 2021

  • "la défense de la patrie nécessite une coopération entre l’armée, le peuple et la résistance". Mais de quelle "résistance" parle-t-il? La seule force militaire oxupant le Liban est la milice iranienne, or je ne connais auxun mouvement de "résistance" luttant contre. A moins qu'il ne veuille parler des FL? "je n’accepterai pas d’être témoin de la chute de l’État et de l’étouffement du peuple ". Effectivement, il a toujours refusé d'être témoin. Il préfère être acteur.

    Yves Prevost

    07 h 36, le 28 décembre 2021

  • .. …. ……. .. …. . …… .. ….. .. ……. ……. … …. ……. … ….. … .. …. ……. .. …. . …… .. ….. .. ……. ……. … …. ……. … ….. … .. …. ……. .. …. . …… .. ….. .. ……. ……. … …. ……. … ….. … .. …. ……. .. …. . …… .. ….. .. ……. ……. … …. ……. … ….. … C’est de l’auto censure, l’OLJ n’y est pour rien. Comme on n’a pas le droit de critiquer le président, il ne saura jamais ce qu’on pense de lui. Et toc!

    Gros Gnon

    07 h 35, le 28 décembre 2021

  • Président inféodé à un parti mafieux intégriste, qui vient de se rendre compte de sa situation et essaye, la dernière année de son mandat d’avoir une attitude présidentielle, qui se pose en patriarche, alors qu’il est haï par la majorité des libanais. La seule attitude valable serait la démission, ce n’est que comme ça qu’il pourrait envoyer un signal fort et marquerait un des rares points possibles pour lui.

    AFL

    07 h 15, le 28 décembre 2021

  • Feteycheh!!!

    Bery tus

    06 h 24, le 28 décembre 2021

  • DISCOURS FAIBLE ET MENSONGER DANS SA PRESQUE TOTALITE ET SUR LEQUEL LES COMMENTAIRES ET LES CRITIQUES VONT PLEUVOIR. EN PROTESTATION A LA CENSURE MALHONNETE QUI M,A FRAPPE DEUX FOIS HIER JE M,ABSTIENDRAI DE COMMENTER POUR TROIS JOURS. LE PREMIER COMMENTAIRE CENSURE FUT PUBLIE APRES DEUX PROTESTATIONS MAIS IL FUT PUBLIE EN INDIQUANT L,HEURE OU IL FUT RECU ET NON CELLE OU IL FUT PUBLIE. MES PROTESTATIONS APRES POUR MONTRER QUE JE PROTESTAIS SUR QUELQUE CHOSE DE DEJA PUBLIE ET POUR ME RIDICULISER DE LA SORTE. C,EST DE LA BASSESSE. - JE REGRETTE ENORMEMENT D,AVOIR IL Y A QUELQUES JOURS ENCENSE LE JOURNAL POUR SON ARTICLE DE LIBRE EXPRESSION OU IL ATTAQUA ET NOMMA. COMME JE LE FAIS. MAIS L,OLJ CENSURE MES LIBRES EXPRESSIONS QUI NE PLAISENT PAS A SES CENSEURS. C,EST UNE HONTE ET JE REPREND TOUS LES ENCENSEMENTS ET BONNES PAROLES DITES POUR LE JOURNAL CAR EN CENSURANT SES ABONNES IL NE LES MERITE PAS. MILLE FOIS HONTE OLJ. CONTINUEZ A CENSURER ET VOUS ALLEZ LE REGRETTER AMEREMENT.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    05 h 01, le 28 décembre 2021

  • Ah, le moment opportun!!! Petits calculs, opportunisme, populisme, family business et on pense a l'Etat finalement? Ce qui est juste l'est toujours et ne change pas dramatiquement a 180 degres selon les circonstances: Apres avoir detruit tous les pilliers de notre Nation avec l'assistance par invitation de vos allies fanatiques/indoctrines et de vos amis/ennemis corrompus (de tous les bords) pendant 30 ans: penser a se redresser est 'sympa' finalement.....Comme on dit en langue Shakespearienne: 'too little too late!'....L'histoire jugera severement toute cette (sans) classe (a) politique.....et a leur tete ceux qui ont pretendu 'nettoyer' ayant promi 'changement et reformes' pendant qu'ils etaient a la tete du gouvernement avec des postes cles.....

    Sabri

    04 h 58, le 28 décembre 2021

  • Mr. Aoun and Mr. Bassil are opportunists having betrayed the trust of Christian voters who have given the FPM 70% of their votes since 2005. Mr. Aoun could not have reached the top job without his Hezbollah allies. An agreement between two Parties should be about nation-building and not about distributing the loot among their narrow clientelist networks. The FPM was ushered into power on the promise of fighting corruption. Instead, Mr. Bassil became one of the most corrupt politicians in Lebanon after his Party took charge of the water and energy portfolio either directly or by proxy. Mr. Bassil launched in 2012 the disastrous dam construction projects that have cost the treasury billions of dollars and failed miserably while causing massive environmental destruction and degradation. His handling of the electricity sector was equally disastrous and his complaints that efforts to fix the sector were blocked by other Parties including Amal, are unconvincing. Since the FPM came into politics in 2005, we have added over 40 billions in debt. The legacy of Mr. Aoun and the FPM together with the rest of the political elites, is that of massive destruction, and emigration. It is time that we hold the FPM accountable for their betrayal of Lebanese in general, and Christians in particular. Accountability should come in the form of voting out and firing the FPM, and other traditional Parties in 2022, and voting in new progressive political Parties that can produce change.

    Mireille Kang

    04 h 50, le 28 décembre 2021

  • Utiliser le mot "résistance" est en soi une escroquerie. Une honte.

    M.E

    04 h 49, le 28 décembre 2021

  • Il était déjà temps de prendre cette position depuis la première minute du mandat du président et non pas dans les derniers mois et après que les pires désastres soient tombés sur notre pays. Sah el nawm Mais vaux mieux tard que jamais... Faudrait aussi s'allier avec toutes les forces souveraines coûte que coûte et non pas leur faire la guerre !

    YARED Bechara / Look2innovate

    04 h 30, le 28 décembre 2021

  • Qui est dans la ligne de mire de qui?

    Mago1

    03 h 15, le 28 décembre 2021

  • Quel toupet il défend son sexennat et il ne veut pas la chute du pays….

    Eleni Caridopoulou

    01 h 25, le 28 décembre 2021

  • A-t-on le droit de s'insurger contre le crime de lèse majesté pour qu'enfin chacun puisse s'exprimer librement sur la performance de nos gouvernants ? Franchement on n'ose rien dire de peur d'être poursuivi.

    K1000

    00 h 28, le 28 décembre 2021

  • C'EST TROP TARD POUR NOUS FAIRE AVALER PAR UN COUP DE BAGUETTE MAGIQUE TOUTES CES ANNÉES SOMBRES VÉCUES PAR LES LIBANAIS SOUS SON MANDAT. JE VOIS MAL COMMENT IL VA RATTRAPER TOUT LE MAL PROFOND QU'IL NOUS A FAIT SUBIR POUR SES INTÉRÊTS PERSONNEL AVEC SON GENDRE BASSIL PAR CES DEUX OU TROIS MOIS QUI LUI RESTE. IL A BIEN VÉCU LUI, ET LE RÉSULTAT FINAL EST LÀ. ON ATTEND MAINTENANT QU'IL SE DÉGAGE.

    Gebran Eid

    00 h 25, le 28 décembre 2021

Retour en haut