Rechercher
Rechercher

Politique

Une défaite au goût amer pour Bassil

Une défaite au goût amer pour Bassil

Le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil. Photo d’archives AFP

Comme on pouvait s’y attendre, le ton était à l’escalade, sans toutefois être guerrier. Le nouveau camouflet reçu par le Courant patriotique libre (CPL), à l’issue de la non-décision du Conseil constitutionnel sur le recours en invalidation des amendements apportés par le Parlement à la loi électorale le 19 octobre dernier, est dur à avaler pour le camp aouniste.

Même si la non-décision n’était pas en elle-même un rejet du recours déposé par le CPL et ne peut par conséquent être considérée comme une défaite à proprement parler pour le parti, il n’empêche que ses effets juridiques et par extension politiques ne peuvent que l’enfoncer un peu plus alors que son influence est en chute libre depuis plusieurs mois.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Bien vu, monsieur ONU ?

Car en l’absence de décision, la loi qui a fait l’objet du recours reste applicable dans son intégralité et telle qu’elle avait été amendée par le Parlement. Ce qui revient à dire que c’est le président de la Chambre Nabih Berry qui obtient gain de cause, même si théoriquement on ne peut non plus parler de victoire en ce qui le concerne. Comment Gebran Bassil pourra-t-il accepter une telle défaite à l’issue de cet énième bras de fer avec le chef du législatif avec lequel il guerroie depuis des années ?

Le défi est grand et les moyens de défense aux mains du CPL se sont amenuisés comme peau de chagrin, comme on pouvait le constater lors de la conférence de presse tenue à l’issue d’une réunion de son groupe parlementaire. Certes, le leader chrétien s’est défendu hier comme il le pouvait en haussant le ton et en promettant de poursuivre cette bataille avec d’autres moyens. « Nous étudierons toute mesure susceptible de relancer la question du vote des expatriés sur la base d’une seizième circonscription », a-t-il dit. C’est dire à quel point cette requête à laquelle tenait le CPL comme à la prunelle de ses yeux risque d’être déterminante pour lui aux prochaines législatives.

« Un coup monté »

Déjà affaibli à l’intérieur du fait de son partenariat avec le Hezbollah, devenu inadmissible pour nombre de chrétiens notamment, le courant aouniste craint fort un vote sanction de la part des expatriés aux effets bien plus pernicieux s’ils devaient se prononcer pour 128 députés au lieu de six, représentant les continents comme souhaité par le CPL. M. Bassil sait d’ailleurs pertinemment qu’il lui est aujourd’hui difficile de remettre cette question sur le tapis notamment par le biais d’une proposition de loi comme il le dit, les délais et les équilibres au sein du Parlement n’étant plus en sa faveur. D’où son « rendez-vous donné à la diaspora en 2026 », s’il ne parvient pas entre-temps à une solution.

Lire aussi

Après l’échec du compromis de la honte, le Conseil constitutionnel perd la voix

Mais ce n’est pas uniquement sur cette question vitale que Gebran Bassil affirme vouloir continuer de se battre, mais aussi pour défendre les galons de la présidence de la République qu’il continue de convoiter lui-même, et le prestige lié à cette fonction. L’application de la loi telle qu’elle avait été adoptée par l’Assemblée à une majorité étriquée (59 sur 117), alors que le président de la République venait de renvoyer le texte au Parlement en octobre dernier, est une « vexation » aux yeux des aounistes qui crient au sacrilège, considérant qu’une aussi faible majorité est une atteinte aux prérogatives du chef de l’État et à son image. « Nous n’accepterons en aucun cas de laisser passer une telle violation », a lancé Gebran Bassil sans pour autant dire comment se concrétisera son refus.

Pour le chef du CPL, il ne fait aucun doute que c’est un coup monté et une mascarade politique orchestrée par le tandem chiite à laquelle le Conseil constitutionnel aurait contribué. Des accusations peu convaincantes cependant, surtout lorsque l’on sait que six sur dix juges se sont prononcés hier en faveur de l’acceptation du recours. Il ne manquait qu’une seule voix lors des délibérations pour que celui-ci soit validé. Or « la voix dissidente était étrangement d’ailleurs, dit une source aouniste, celle d’un magistrat chrétien », un indépendant de surcroît.

Animosité

Lors de son point de presse, le chef du CPL a été même plus loin en dénonçant un « accord quadripartite » – Amal, Hezbollah, Futur, PSP – conclu en coulisses, en référence à l’accord électoral convenu entre ces quatre formations en 2005. Sauf que, et selon des informations obtenues par L’Orient-le Jour sur les coulisses des débats qui ont eu lieu au sein du Conseil constitutionnel, les deux juges sunnites comptés sur le camp du courant du Futur étaient disposés à voter pour l’acceptation du recours et donc en faveur de la position aouniste.

Lire aussi

Date du scrutin, vote de la diaspora : ce qu’il faut retenir de la non-décision du Conseil constitutionnel

Le chef du CPL espérait ainsi sans doute ressusciter l’ambiance qui prévalait en 2005, et jouer sur la fibre chrétienne pour rallier sa base. En diabolisant une telle alliance, c’est aussi pour Gebran Bassil une manière de s’en prendre subtilement à son partenaire chiite, le Hezbollah, avec qui les relations sont extrêmement problématiques depuis un certain temps. « Dans les cercles privés, M. Bassil ne cache plus son animosité à l’égard du camp chiite en général et de plus en plus envers le Hezbollah », confie une source proche du CPL. Une aversion qui ne pourra pas aller trop loin tant il est vrai que le courant aouniste est condamné à s’entendre avec son allié chiite en vue des prochaines législatives.


Comme on pouvait s’y attendre, le ton était à l’escalade, sans toutefois être guerrier. Le nouveau camouflet reçu par le Courant patriotique libre (CPL), à l’issue de la non-décision du Conseil constitutionnel sur le recours en invalidation des amendements apportés par le Parlement à la loi électorale le 19 octobre dernier, est dur à avaler pour le camp aouniste. Même si la...

commentaires (22)

PREMIER ROUND BASSIL 0 BERRY 1 DEUXIEME ROUND BASSIL 0 NASRALLAH 1 3EM ROUND AOUN 0 PEUPLE 1 4EM ROUND BASSIL 0 PEUPLE 1 ROUND FINAL PEUPLE 1 AOUN BASSIL BERRRY NASRALLAH 0 VIVE LE LIBAN INDEPENDANT ET LIBRE

LA VERITE

23 h 30, le 28 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (22)

  • PREMIER ROUND BASSIL 0 BERRY 1 DEUXIEME ROUND BASSIL 0 NASRALLAH 1 3EM ROUND AOUN 0 PEUPLE 1 4EM ROUND BASSIL 0 PEUPLE 1 ROUND FINAL PEUPLE 1 AOUN BASSIL BERRRY NASRALLAH 0 VIVE LE LIBAN INDEPENDANT ET LIBRE

    LA VERITE

    23 h 30, le 28 décembre 2021

  • President Aoun had deliberately decided not to hold partial Parliament elections to replace the 11 MPs who had resigned or died. So it is not surprising that speaker Berry had decided that the amendments to the electoral law can be decided by an absolute majority of the total remaining MPs. You reap what you sow. The attempts by Mr. Aoun and Bassil to create confusion about the date of the legislative elections, trying to undermine the diaspora vote, and complaints that Parliament has attacked the prerogatives of the President, are analogous to Marie Antoinette statement "let them eat cake". There is no mention of resolving the economic crisis, hijacking of our bank deposits sanctioned by Parliament including a member of his caucus Mr. Ibrahim Kanaan, the skyrocketing inflation, poverty rates at over 80%, surge in COVID cases and mortality when hospitals are broke and can no longer treat the sick, the total loss of legitimacy of the ruling class after the October 17 uprising. His continuous insistence that the diaspora vote be limited to 6 seats is tone-deaf, and at odds with the wishes of the diaspora. We have made phone calls to Lebanese embassies and thousands of us have signed petitions to vote for the 128 seats in our own jurisdictions. Mr. Bassil should stop shedding crocodile tears when all he wants is limiting the influence of the diaspora to secure his own political future.

    Mireille Kang

    02 h 56, le 26 décembre 2021

  • Au lieu de trouver une solution à la situation desesperée du liban , bassil et le cpl mettent toute leur energie dans leur querelle avec amal et dans leur tentative de minimiser le vote des expatriés , c’est pathétique

    JPF

    23 h 49, le 22 décembre 2021

  • Ne fantasmons pas sur l'influence du vote des émigrés : Il ne pèsera vraiment pas dans la balance , sauf qu'il augmentera les votes pro duo-chiite . En ce qui concerne le vote chrétien , le vote chrétien est insignifiant et dispersé .

    Chucri Abboud

    22 h 36, le 22 décembre 2021

  • L,ADAGE DIT QUE LORSQUE L,ANE EST NOMME CHEF DE L,ETABLE, LE BETAIL MEME SE REVOLTE ET QUITTE LES LIEUX LE LAISSANT UNIQUEMENT MAITRE DE SOI-MEME.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    20 h 20, le 22 décembre 2021

  • Dans tous les cas il sera rejeté par l’occident , les seuls pays qui visitera seront la Syrie, l’Iran et peut-être l’Iraq …..

    Eleni Caridopoulou

    20 h 08, le 22 décembre 2021

  • Deux erreurs graves restent attachées à ce personnage. La somme colossale dépensée pour l'électricité sans aucun résultat. (ma khallouna). Et la deuxième, et elle est de taille, c'est d'avoir cru des traitres, et des arrivistes, comme lui (les résistants mercenaire ) qu'en leur laissant les mains libres, il arriverait à la présidence. Aujourd'hui, il récolte ce qu'il a semé.

    Citoyen

    19 h 09, le 22 décembre 2021

  • Même si le CPL brise l'accord de Mar Mikhaël ! Ce parti politique et son président sont marqués au fer rouge comme vendu et traître. Il parle de rassemblement Bassil, nous savons très bien que cette Belette de la Politique, fera n'importe quoi pour regagner en popularité. Même jouer la fibre chrétienne comme c'est mentionné dans l'article. Il n'a aucun scrupule, aucune morale et aucun principe. Pardonnez-moi oui un principe, tous les moyens sont bons pour arriver à la Présidence du pays. TFEH!

    Marwan Takchi

    17 h 54, le 22 décembre 2021

  • TFEH !!!!!

    radiosatellite.online

    16 h 38, le 22 décembre 2021

  • On finit toujours par récolter ce que l'on a semé !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 57, le 22 décembre 2021

  • Comment reconnaître une farce d’une autre ? Nous pataugeons dans des farces nauséabondes à longueur des heures et des jours. Entretemps, Aucune pitié pour le peuple ! Gebran, ton seul et dernier salut aujourd’hui serait de te démarquer illico du Hezbollah traître et de t’inspirer de la repentance de judas . Sans cela tu es maudit.

    Wow

    14 h 04, le 22 décembre 2021

  • Et vlan, dans les dents. Pourquoi tout le monde se réjouit de chaque claque reçue par ce diable en personne? C’est simple comme chou, personne n’aime les gens pistonnés qui arrivent grâce à une connaissance haut placée alors qu’ils n’ont aucune qualification pour occuper un poste donné, surtout lorsque cette personne se croit à la hauteur et fait en sorte de promouvoir ses propres intérêts aux dépens de l’intérêt du pays dans son cas. Il a occupé des postes et non des moindres grace à sa filiation et il s’est avéré aussi nul dans les finances, les relations internationales que dans son rôle de tenir un parti qu’on lui a offert sur un plateau d’argent et s’est vu déjà président d’un poulailler qu’il s’est évertué avec son bon père à déglinguer pour pouvoir le dominer. Résultat, un fiasco total à tous les niveaux. C’est dire le niveau d’intelligence et de compétence dont il jouit. Il croyait qu’il suffisait d’être suffisant et arrogant et de trahir pour réussir, la gifle qu’il vient de recevoir et celles à venir lui rappelleront que dans la vie il faut avoir au moins une qualité pour arriver et lui n’en a aucune à moins de retourner sa veste et de vendre à nouveau son âme au diable juste pour montrer qu’il est fidèle à ses principes, arriver coûte que coûte et par n’importe quel moyen pour exister. Réussira t-il à sauter dans le néant puisqu’il n’a plus rien à perdre? C’est tout ce qu’on lui souhaite tant qu’il ne s’accroche pas au peuple pour l’emmener dans sa chute.

    Sissi zayyat

    11 h 21, le 22 décembre 2021

  • Bassil vient de recevoir une gifle magistrale, doublée d’un coup de pied là où je pense, dont il gardera les traces très longtemps. Fini, exit, dehors, à la ramasse ! Bassil n’est même plus l’ombre de lui-même, il va errer pour le restant de sa vie à la recherche d’un emploi quelque part ou son passé le poursuivra. Il a déjà perdu de sa verve, son regard en dit long sur son devenir, Bassil a perdu son titre honorifique de gendre de la République…désormais tout le monde l’appelle Mr Ex ! A Dieu Mister Ex à jamais de vous revoir nulle part ! Amen

    Le Point du Jour.

    10 h 40, le 22 décembre 2021

  • JE RETIENT QUE LES MAGISTRATS SONT CLASSÉS ET LEUR APPARTENANCE SONT AFFICHÉS À L'AVANCE SANS GÈNE UN PAR UN ET AUSSI LEUR DEVOIR DE VOTE POUR QUEL PARTIS. DEUX SUNNITES POUR LE FUTUR ETC....ET SUR LES DIX, UN SEUL CHRETIEN INDÉPENDANT. DONC LES RÉSULTATS SONT TOUJOURS CONNUS À L'AVANCE.

    Gebran Eid

    09 h 07, le 22 décembre 2021

  • Un autre fares zouein

    Zampano

    08 h 51, le 22 décembre 2021

  • CE TYPE DOIT ETRE CHASSE DE LA VIE POLITIQUE ET EXCLU DE TOUTES LES DECISIONS ECONOMIQUES ET AUTRES DU PAYS ETANT REFUSE PAR LE PEUPLE LIBANAIS CAR N,AYANT POUR TOUT DEGRE QUE SA REFERENCE DE GENDRE DE AOUN ET ETANT UNE NULLITE.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    08 h 39, le 22 décembre 2021

  • En imposant cet individu à la tête du CPL, Michel Aoun a contribué à la destruction du parti qu'il avait lui-même fondé.

    Youssef Najjar

    08 h 20, le 22 décembre 2021

  • Monsieur Bassil, votre carrière politique éphémère touche à sa fin. Vous avez causé suffisamment de torts au Liban et aux libanais pour que vous retourniez à vos affaires personnelle qui paraissent florissantes. C’est le meilleur service que vous pouvez rendre à vous même et à vos compatriotes. Allez soyons grands seigneurs, bonne retraite politique Monsieur Bassil !!!

    Liberté de penser et d’écrire

    08 h 12, le 22 décembre 2021

  • Et pan sur le bec! Mais pourquoi donc Bassil a-t-il si peur du vote des émigrés qu'il tienne absolument à lui enlever tout poids?

    Yves Prevost

    07 h 08, le 22 décembre 2021

  • Iznogoud pleurniche. Il n'a pas pu eliminer le droit de vote des Libanais libres a l'etranger.....Magnitsky act, chute libre de la popularite du parti arriviste-populiste-Barbophile....Le reve doux de la Presidence s'evapore en fumee......

    Sabri

    04 h 42, le 22 décembre 2021

  • Ils veulent nous faire croire qu'ils sont en desaccord ? Quelle blague ! Encore une ruse des allies CPL et Hezb pour pratiquer la seule technique politique qu'ils maitrisent : l'obstruction (al ta3til).....

    Michel Trad

    01 h 23, le 22 décembre 2021

  • BASSIL DOIT ETRE ENTRAIN DE SE MORDRE LES DOIGHTS MAINTENANT , CAR TOUT ETAIT BEAUCOUP PLUS FACILE AVEC UN HARRIRI DEJA PLUS FAIBLE A CAUSE DE LA NON ASSISTANCE DE L'ARABIE SEOUDITE A SON EGARD .IL PAYE CHER CE FAMEUX MOT: LUI ET MOI DANS LE GOUVERNEMENT OU PERSONNE

    LA VERITE

    00 h 58, le 22 décembre 2021

Retour en haut