Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

"Nous n'accepterons pas la sédition", réitère Joseph Aoun

Les chiffres concernant les désertions ont été "amplifiés par les rumeurs", affirme le commandant en chef de l'armée. 

Le commandant en chef de l'armée libanaise, Joseph Aoun, s'adressant aux militaires à Yarzé. Photo Twitter @LebarmyOfficial

Le commandant en chef de l'armée libanaise, Joseph Aoun, a assuré mercredi qu'il "n'acceptera pas la sédition" dans le pays, estimant qu'elle n'est qu'"à quelques pas", au moment où le Liban est paralysé par des crises multiformes. Il s'est également prononcé contre un retour des "milices" et des "gangs armés", dans une allusion probable aux affrontements armés de Tayouné qui avaient opposé des partisans du tandem chiite Amal-Hezbollah à des habitants du quartier de Aïn el-Remmané, où les Forces libanaises (FL) ont une forte présence, et qui avait rappelé les quinze années de guerre civile (1975-1990). 

La sédition "à quelques pas"
Le pays est "à quelques pas de la sédition", a estimé M. Aoun dans un article du magazine de l'armée. "Nous n'accepterons une telle sédition", a-t-il toutefois assuré, estimant que "le Liban a, aujourd'hui plus que jamais, besoin de l'armée". "L'expérience de l'année 1975 (qui correspond au déclenchement de la guerre civile au Liban, ndlr), était amère et nous n'accepterons pas qu'elle se répète", a-t-il affirmé, soulignant que "personne n'accepte le retour des milices ni de vivre à la merci des gangs armés, du terrorisme ou de la drogue", dans une allusion voilée au Hezbollah qui possède un arsenal illégal. 

Une manifestation contre le juge Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur les explosions au port de Beyrouth, à laquelle avait appelé le tandem chiite, avait dégénéré le 14 octobre dernier en combats meurtriers, faisant 7 morts et une trentaine de blessés, dans un quartier situé sur l'ancienne ligne de démarcation qui coupait la capitale en deux, durant la guerre civile. Ces affrontements ont fait craindre le retour de la sédition qui avait sévi au Liban durant les 15 ans de guerre. 

Lire aussi

L’armée en proie à une hémorragie de ses effectifs

L'armée libanaise a par ailleurs déjoué plusieurs opérations de trafic de drogues vers les pays arabes, notamment l'Arabie saoudite, qui entretient des relations tendues avec le Liban en raison de la mainmise du Hezbollah sur sa politique et, dernièrement, de la crise diplomatique qu'avaient déclenchés des propos de l'ancien ministre de l'Information, Georges Cordahi, sur le rôle de Riyad dans la guerre au Yémen. 

"Confiance de la communauté internationale"
Commentant les crises que traverse le pays, Joseph Aoun a par ailleurs estimé que "les sacrifices et les efforts des militaires ont empêché l'effondrement du Liban en dépit de tout ce qui s'est passé depuis octobre 2019". "Avec les manifestations, la propagation du coronavirus et l'explosion au port de Beyrouth, le Liban a connu une situation remplie de crises. Mais nous avons pu préserver la paix civile grâce à la confiance que notre peuple et la communauté internationale nous accordent, ce qui a encouragé beaucoup de personnes à nous aider", s'est félicité M. Aoun. Il a toutefois affirmé que des soutiens financiers à l'armée sont attendus mais "confrontés à des obstacles légaux et constitutionnels". La troupe a mobilisé l'aide de nombreux pays ces derniers mois, notamment la France, les Etats-Unis et le Qatar, qui lui ont envoyé du matériel et de la nourriture. 

Le commandant en chef de l'armée a également rappelé que "le devoir de la troupe est d'aider l'Etat à trouver des solutions en assurant la sécurité et la stabilité". Il a dans ce contexte salué les efforts des militaires qui ont vu leurs conditions de vie et de travail s'effondrer, à l'instar du reste de la population, au vu des crises qui paralysent le pays, et les a appelés à ne pas déserter l'institution militaire dont l'effectif s'est réduit au cours de l'année écoulée. 

Chiffres de désertion "amplifiés par les rumeurs"
A propos de ces désertions, le général Aoun a souligné que les chiffres avaient été "amplifiés par les rumeurs" et qu'un grand nombre de soldats ayant quitté leur poste avaient ensuite rejoint à nouveau les rangs de l'armée après s'être rendu compte que l'institution fournit des garanties qui ne sont pas offertes dans d'autres secteurs. "L'armée continue à fournir les meilleurs services médicaux, malgré la détérioration de ses conditions", a-t-il notamment précisé, mentionnant que l'hôpital militaire de Beyrouth dispose de cinq salles d'opération modernes et que des travaux d'expansion étaient envisagés. D'un point de vue pratique, le commandant en chef a annoncé que la troupe avait acheté des bus et des camionnettes afin d'assurer les problèmes de transport des militaires, qui doivent faire face, comme le reste de la population, à la hausse des prix des carburants. Ces véhicules seront "bientôt mis en service", a-t-il promis. 

Il a par ailleurs révélé que 68 % des militaires étaient entièrement vaccinés, un taux équivalent à légèrement moins du double de la population ayant reçu deux doses du vaccin (34,9 % selon les chiffres de mardi). 


Le commandant en chef de l'armée libanaise, Joseph Aoun, a assuré mercredi qu'il "n'acceptera pas la sédition" dans le pays, estimant qu'elle n'est qu'"à quelques pas", au moment où le Liban est paralysé par des crises multiformes. Il s'est également prononcé contre un retour des "milices" et des "gangs armés", dans une allusion probable aux affrontements armés de Tayouné qui avaient...

commentaires (14)

Tant que le peuple libanais reste accroché à des hezb ou des religions au lieu d'être d'abord libanais et mettre dehors l'Iran, la Syrie et les autres qu'ils font leurs guerres chez nous et qu'ils nous empêche d'être nous même chez nous dans notre pays le Liban nous devons nous battre pour notre nation et non pour des chefs de hezb qu'ils ne pensent qu'à leurs propres intérêts et à l'intérêt des pays étrangers. Que l'armée du Liban défendent les libanais et peut importe la religion de chacun QUE L'ON SOIT LIBANAIS D'ABORD et chacun sa religion dans son cœur si non nous sommes condamné à mourir à petit feu sans aucun gagnant. Vive le Liban libre si 1 jour le peuple se réveille d'un cauchemar qui dure depuis longtemps.

Sawaya Alfred

10 h 27, le 23 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Tant que le peuple libanais reste accroché à des hezb ou des religions au lieu d'être d'abord libanais et mettre dehors l'Iran, la Syrie et les autres qu'ils font leurs guerres chez nous et qu'ils nous empêche d'être nous même chez nous dans notre pays le Liban nous devons nous battre pour notre nation et non pour des chefs de hezb qu'ils ne pensent qu'à leurs propres intérêts et à l'intérêt des pays étrangers. Que l'armée du Liban défendent les libanais et peut importe la religion de chacun QUE L'ON SOIT LIBANAIS D'ABORD et chacun sa religion dans son cœur si non nous sommes condamné à mourir à petit feu sans aucun gagnant. Vive le Liban libre si 1 jour le peuple se réveille d'un cauchemar qui dure depuis longtemps.

    Sawaya Alfred

    10 h 27, le 23 décembre 2021

  • Commandant, vous avez raison de mettre en garde contre la sédition.Les tâches qu'a assumées,et assume encore l'armée, pilier principal du pays,,l'honore et méritent tout respect.

    ZEDANE Mounir

    22 h 48, le 22 décembre 2021

  • J,AI LU TOUS LES COMMENTAIRES DES INTERNAUTES ET JE SUIS POUR ET AVEC CHAQUE MOT ACCUSATION ET QUALIFICATIF EXPRIME PAR CHACUN.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    19 h 44, le 22 décembre 2021

  • Mr Aoun la moitié de l’armée est chiite ( Hezbollah ) et vous vous êtes Pinocchio, il faut dire qu’il était plus intelligent que vous

    Eleni Caridopoulou

    19 h 21, le 22 décembre 2021

  • Il parle d'un "un RETOUR des milices", mais la plus importante (100 000 hommes aux dires de son chef), n'est jamais partie, elle!

    Yves Prevost

    17 h 12, le 22 décembre 2021

  • Cher Commandant en Chef de l'armée Liranienne! Que faites-vous de la branche armée du Hezbollah? Ou celle de votre ami le Baltaje, Nabih Berri avec ses pseudos policiers du Sérail? Vous n'avez ni les couilles, ni les effectives de les confronter de face! Commencer par désarmer le Hezbollah et vous viendrez gonflez vos muscles ! D'ici là faites comme vous avez l'habitude de faire, protéger les institutions tenus par des politiciens corrompus jusqu'à l'OS. Et vous avez le culot de nous parler de patriotisme !

    Marwan Takchi

    16 h 42, le 22 décembre 2021

  • Foutage de gueule. Ca fait des décennies que le Hezbollah : UNE MILICE d'obédience étrangère de surcoit, étend ses tentacules, ses missiles, ses infrastructures en télécom, des banques en // et hors tout contrôle, des occupations des crêtes de nos montagnes (faraya, Oyoun el simane, etc..) Impose son idéologie en interdisant "toute paix" au cas où les libanais auraient envie de parler " de paix". Ils font la pluie ( la guerre) et le beau temps ( si rare). Et là??? Le général Jospeh Aoun se réveille parce que des habitants de AIN EL REMMANEH ont défendu leurs quartiers?? Et une partie est encore en prison? Alors que les hezbollah-amal, ont sorti RPG et grosses mitrailleuses, Toutes visibles sur nos écrans et vidéo et... presque aucun ne fut arrêté?? C'est cela ce qu'il appelle "rétablir l'ordre"?? M AOUN : Autre que les parades, les vidéos, les clips musicaux des artistes faisant l'éloge de l'armée ..C'est tout.. Pour la parade, oui l'armée est "forte" ....Vous pouvez être honnête...L'armée n'a jamais eu le contrôle du pays réellement. L'armée a toujours joué le rôle de "pompiers" et de "croix rouge" pour aider les sinistrés, éteindre le feu etc..ET nous lui sommes reconnaissants de tout coeur....Cependant les affaires militaires de fond ne sont maitrisées et gérées que par la milice pro iran que vous tolérez, acceptez sans broncher et sans rien dire. Merci de ne pas censurer parce que la vérité, il faut la dire.

    radiosatellite.online

    16 h 02, le 22 décembre 2021

  • Non mais quelle autorité! Il n’arrête pas de réclamer haut et fort qu’il ne permettra pas le retour des milices. Il va falloir qu’elles soient parties pour qu’elles retournent. Elles sont là sous votre nez et régissent le pays pendant que vous perdez dans les vrais combats à mener. Qui contrôle les frontières de notre pays? Alors un peu de modestie et de réalisme ne vous feraient que le plus grand bien ainsi qu’aux libanais anéantis. On ne peut pas se faire passer pour un donneur de leçon sur le patriotisme et la liberté lorsqu’on est soi-même limogé et soumis. Renverser la table est un acte patriotique et non une sédition ou une trahison ni même un putsch, par contre accepter le fait accompli de l’usurpation et se soumettre est un acte lâche et indigne d’une armée qui a le devoir de veiller sur la souveraineté et la sécurité du pays quelqu’en soit le prix. N’empêche, les libanais soutiennent toujours leur armée en l’idéalisant et en espérant qu’un jour elle sera à la hauteur pour sauver notre pays à tous. Que vive l’armée et vive le Liban libre.

    Sissi zayyat

    15 h 26, le 22 décembre 2021

  • Arrêtez votre bla bla. Le Hezbollah dicte sa loi et vous ne pouvez rien faire contre lui. Votre armée s’effriterait au premier accrochage avec eux car la troupe est majoritairement chiite et ne tirera aucun coup de feu contre la milice du Hezbollah

    Liberté de penser et d’écrire

    13 h 56, le 22 décembre 2021

  • et si elle été muette cette armée!

    Assouad Fady

    13 h 29, le 22 décembre 2021

  • VOUS N,ACCEPTEZ PAS LE RETOUR DES MILICES ? ALORS DISSOLVEZ LES TROIS QUI EXISTENT ENCORE ET GOUVERNENT LE PAYS : LE HEZBOLLAH, AMAL ET LE PARTI SYRIEN TOUS AVEC LEURS ARMEES PARAMILITAIRES QU,ILS EXHIBENT DANS LES RUES DE LA CAPITALE 3ALA 3AYNAK YIA TAJER.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    13 h 15, le 22 décembre 2021

  • bla bla inutile. Quand a faire confiance a l’armée, désolé mais pas vraiment. celle-ci au cours de son histoire s'est attaquée et a sévi contre ceux qui l'ont défendu et aujourd'hui couvre la seule milice qui est un danger pour le pays. Ma3lesh yisma7lna,... !

    Pierre Hadjigeorgiou

    13 h 14, le 22 décembre 2021

  • Les milices sont déjà là...certaines se font même passer pour une résistance

    Liban Libre

    12 h 56, le 22 décembre 2021

  • Même si vous restez presque un des rares remparts avant l'effondrement de ce pays, je vous demanderai de dégager également la plus grande milice mafieuse dont souffre ce pays... pas besoin de vous dire qui, vous le savez sans doute.

    Zeidan

    12 h 39, le 22 décembre 2021

Retour en haut