Rechercher
Rechercher

Politique - Travail des Palestiniens

Bayram : Nous avons protégé les Libanais 

Le ministre du Travail se défend d’avoir ouvert de nouveaux métiers aux étrangers, affirmant qu’en ce qui concerne les Palestiniens, il a « utilisé la même formulation » que ses prédécesseurs.

Bayram : Nous avons protégé les Libanais 

Le ministre du Travail au cours de sa conférence de presse. Photo Dalati et Nohra

Le ministre du Travail Moustapha Bayram a défendu hier sa décision, prise il y a deux jours, de permettre aux Palestiniens nés au Liban d’exercer des professions réservées par la loi aux Libanais et/ou réglementées par des syndicats, une décision qui fait polémique. Le ministre est en effet accusé par ses détracteurs de vouloir favoriser la naturalisation des réfugiés palestiniens et de porter préjudice aux travailleurs libanais.

Lors d’une conférence de presse, M. Bayram a estimé avoir « agi en fonction de ce que la loi dicte ». « Nous avons protégé les Libanais dans tous les secteurs avec les décrets émis », a-t-il ajouté, estimant que « 90 % de ceux qui m’ont critiqué n’ont pas lu la décision que j’ai prise ».

La décision ministérielle permettra aux « Palestiniens nés sur le territoire libanais et officiellement enregistrés auprès du ministère de l’Intérieur » de travailler dans l’administration publique ou encore dans des professions nécessitant l’adhésion à un ordre – comme la médecine, le droit, l’ingénierie ou les transports publics – dont ils étaient auparavant exclus. Toutefois, toutes ces professions ne seront pas immédiatement ouvertes aux Palestiniens en vertu de la nouvelle décision, car certaines d’entre elles nécessitent soit des modifications juridiques, soit des modifications du statut des syndicats pour que les travailleurs non libanais soient autorisés à y travailler.

Lire aussi

Polémique suite à l’autorisation accordée aux Palestiniens d’exercer certains métiers

Au cours de sa conférence de presse hier, M. Bayram a insisté sur le fait qu’en ce qui concerne les Palestiniens, il a utilisé « la même formulation que tous les ministres » avant lui. « Si j’ai publié cette décision concernant les métiers ouverts aux étrangers à ce moment-là, c’est que la loi me dicte de le faire en décembre, a-t-il martelé. Et contrairement à ce que prétendent mes détracteurs, qui n’ont certainement pas lu le texte de la décision en entier, celle-ci protège bien plus les travailleurs libanais que les décisions similaires précédentes. En effet, le critère qui était en vigueur au Liban, c’est que l’étranger travaille dans tous les domaines à condition d’être détenteur d’un permis de travail, à l’exception des métiers que le ministre lui interdit d’exercer. Or, en vertu de cette décision, le critère deviendra le suivant : les métiers seront réservés aux Libanais, à l’exception de ceux que le ministre aura ouverts exceptionnellement aux étrangers. C’est une vraie révolution. »

Le ministre a également précisé que s’il avait détaillé les métiers en cause dans sa décision, c’est qu’une « liste de 600 métiers avaient été ouverts en catimini aux étrangers ces dernières années, ce qui a grandement nui aux travailleurs libanais ».

La décision du ministre Bayram a engendré de vives critiques. Les opposants à l’élargissement des droits des Palestiniens au Liban ont souvent fait valoir que l’octroi de droits de travail ou de propriété plus importants entraverait leur droit de retour dans les régions qu’ils ont quittées au cours des guerres israélo-arabes successives. Sachant que les Palestiniens n’étaient pas seuls mentionnés dans cette décision, qui comprenait également les apatrides et les enfants de mère libanaise mariée à un étranger.

Jeudi, le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste), Gebran Bassil, a assimilé cette décision à « une implantation déguisée », alors que la Constitution libanaise interdit la naturalisation des réfugiés. Pour sa part, le président de l’ordre des médecins de Beyrouth, Charaf Abou Charaf, s’est dit « surpris » par la démarche de M. Bayram.


Le ministre du Travail Moustapha Bayram a défendu hier sa décision, prise il y a deux jours, de permettre aux Palestiniens nés au Liban d’exercer des professions réservées par la loi aux Libanais et/ou réglementées par des syndicats, une décision qui fait polémique. Le ministre est en effet accusé par ses détracteurs de vouloir favoriser la naturalisation des réfugiés palestiniens...

commentaires (5)

Les libanais avant tous les autres

Eleni Caridopoulou

18 h 37, le 11 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Les libanais avant tous les autres

    Eleni Caridopoulou

    18 h 37, le 11 décembre 2021

  • Avec l 'emigration de centaines ou de milleirs de professionnel de la sante (Medecins, infirmiers, aides-soignants), le Liban aura besoin de quiconque pourrait les remplacer meme si c 'est des palestinens....

    IMB a SPO

    17 h 03, le 11 décembre 2021

  • Il prend ses prédécesseurs en exemple? Soit. Il se trouve que le Liban d’aujourd’hui ne ressemble plus à celui que les libanais et tous ses prédécesseurs ont connu. Il est sur la paille et peine à nourrir et à subvenir aux besoins de ses propres enfants. Ce ministre vit sur quelle planète? Ne sait il pas que la charité bien ordonnée commence par soi-même? Qu’est ce que c'est que ces excuses plus graves que les faits? Ils vont nous bassiner longtemps avec les réfugiés de tout bord alors que les citoyens crèvent la gueule ouverte. NON MAIS, ils n’ont plus, ne serait ce qu’un soupçon de jugeote ni de bon sens pour se pencher sur les vrais problèmes des libanais avant d’aller défendre les droits des autres étrangers sur son sol en se faisant passés pour des héros, ces vrais ZÉROS À GAUCHE Toutes catégories confondues.

    Sissi zayyat

    15 h 25, le 11 décembre 2021

  • Ma foi, ses propos sont convaincants… s’il dit vrai. Y a pas un journaliste qui pourrait faire du fast checking et nous dire si c’est vrai que « plus de 600 métiers ont été ouverts en catimini aux étrangers »? Et est-ce vrai que tous les métiers sont autorisés aux détenteurs d’une carte de travail sauf ceux spécifiquement interdits par décret? Ce serait bien. Parce que citer le ministre, OK, mais sans contexte?

    Marionet

    14 h 01, le 11 décembre 2021

  • soyons serieux et objectifs . le sieur bayram, un autre heros national a raison de nous prendre pour plus imbeciles et ignorants que nous le sommes ! il a raison vu que les kellon dont il fait desormais partie le font tous. il a raison vu que les kellon ne se sentent nullement menaces malgre leurs crimes repetes depuis 1988.... Bravo donc a bayram , applaudissons le ! il a vite tres bien appris la lecon, et en profite joyeusement, lui devenu heros pan arabe. a quand deviendrait il heros universel ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 48, le 11 décembre 2021

Retour en haut