Rechercher
Rechercher

Politique - Crise avec les pays du Golfe

Le numéro 2 de la Ligue arabe plaide pour une démission de Cordahi

Les responsables libanais n'ont fait aucun pas vers une solution, regrette Houssam Zaki, en visite à Beyrouth.

Le numéro 2 de la Ligue arabe plaide pour une démission de Cordahi

Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Houssam Zaki, le 8 novembre 2021 au palais de Baabda. Photo AFP / HO / DALATI AND NOHRA

Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Houssam Zaki, a effectué lundi une tournée à Beyrouth pour tenter de trouver une solution à la crise diplomatique entre le Liban et les pays du Golfe, déclenchée par les propos polémiques du ministre libanais de l'Information, Georges Cordahi, sur l'intervention de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen. Dans ce contexte, il a déploré que les dirigeants libanais n'ont fait "aucun pas vers une solution" et a plaidé pour une démission du ministre Cordahi.

La visite du numéro deux de la Ligue arabe intervient neuf jours après les mesures de rétorsion prises par les pays du Golfe à l'égard du Liban, notamment le rappel des ambassadeurs à Beyrouth, et l'expulsion de diplomates libanais. M. Zaki s'est entretenu avec le président de la République, Michel Aoun, le Premier ministre Nagib Mikati, et le chef de la diplomatie, Abdallah Bou Habib. Il a également été reçu par le président du Parlement, Nabih Berry.

Lire aussi

Pourquoi le Hezbollah se montre aussi intransigeant

Dans une émission télévisée enregistrée le 5 août et diffusée le 25 octobre dernier, Georges Cordahi, qui n'était pas à l'époque membre du gouvernement, avait qualifié d'''absurde" la guerre menée depuis 2015 au Yémen par une coalition militaire en appui au gouvernement, et estimé qu'il était "temps qu'elle s'arrête". Il avait ajouté que les rebelles houthis, soutenus par l'Iran, se défendaient "face à une agression extérieure" et que "leurs maisons, leurs villages, leurs mariages et leurs enterrements étaient régulièrement bombardés" par la coalition. M. Cordahi , soutenu par le Hezbollah, refuse de démissionner bien que le Premier ministre Mikati l'ait appelé à "privilégier l’intérêt national". M. Aoun semble, lui aussi, favorable à une démission du ministre de l'Information.

Le chef de la diplomatie saoudienne, Fayçal ben Farhan, avait déclaré que "le problème va bien au-delà des simples commentaires d'un ministre" et dénoncé "l'hégémonie du Hezbollah sur le Liban". Les responsables du Hezbollah ont intensifié leurs attaques verbales contre le royaume depuis le début de la crise. Le numéro deux du parti chiite, Naïm Kassem, a même déclaré dimanche que c'était "à l'Arabie saoudite de s'excuser".

Visite en Arabie saoudite ?
M. Zaki s'est d'abord rendu à Baabda, lundi matin, où il s'est entretenu avec le président Aoun. A l'issue de leur tête-à-tête, le diplomate égyptien a déclaré que sa tournée "vise d'abord à s'informer de la position libanaise, afin de déployer des efforts pour rapprocher les points de vues et résoudre la crise avec l'Arabie saoudite". "Le but de la Ligue arabe est de (préserver ) l'intérêt du Liban et des pays du Golfe", a-t-il insisté. "En fin de journée, il y aura une idée globale de la trajectoire que nous prendrons", a souligné le numéro 2 de la Ligue arabe. Il a ensuite affirmé qu'il se rendra à Riyad, "si cela s'avère nécessaire (...) Mais nous devons d'abord voir une ébauche de solution".

Pour sa part, le président Aoun a affirmé que la solution à cette crise passe par"un dialogue honnête"entre le Liban et l'Arabie. Plaidant pour "une séparation entre les décisions prises par l'Etat libanais et les positions de certains individus ou groupes, surtout s'ils n'ont pas de poste officiel", le chef de l'Etat a fait savoir que "le Liban n'hésitera pas à prendre toute décision qui contribuerait à créer un climat favorable à un dialogue franc, qui prendrait en compte la souveraineté nationale et une institutionnalisation des rapports" bilatéraux.

Par la suite, le Haut-diplomate arabe s'est entretenu au Grand Sérail avec le Premier ministre Nagib Mikati. Selon un communiqué publié par la présidence du Conseil, le chef du gouvernement a affirmé à son hôte l'attachement du Liban au retour à la normale de ses relations avec les pays du Golfe, ajoutant que Beyrouth déploiera tous les efforts nécessaires pour remédier à toutes les lacunes qui entachent ces rapports, dans un esprit de fraternité et de coopération. Il a déclaré que la Ligue arabe pourrait jouer un rôle pour rapprocher les points de vues. "Un rôle auquel nous nous attachons", a souligné le chef du gouvernement, réitérant le fait que le Liban se conforme aux résolutions de  la Ligue arabe, notamment en ce qui concerne la crise au Yémen".

Focus

Faut-il abolir le ministère de l’Information ?

Pour sa part, M. Zaki a réaffirmé que sa tournée vise à "sonder les Libanais afin de voir ce qu'ils peuvent faire pour dépasser  cette crise diplomatique et trouver une solution qui convienne à tous". "Tout effort arabe est le bienvenu", a ajouté le diplomate égyptien, alors que le Qatar prévoit d'envoyer un émissaire au Liban. Toutefois, Doha, qui s’est "réconcilié" il y a quelques mois avec ses frères du Golfe, souhaite obtenir en amont un feu vert de l’Arabie saoudite et des assurances de la partie libanaise que les concessions nécessaires à la sortie de crise seront faites.

"Nous avons trouvé une brèche que nous tentons d'exploiter", a encore commenté M. Zaki. "La plupart (des responsables libanais, ndlr) connaissent la voie vers la solution de la crise entre le Liban et l'Arabie, mais personne n'a fait même un seul pas dans ce sens", a-t-il regretté. "Il est clair que la démission du ministre peut désamorcer la crise", a déclaré le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe. "Nous devons obtenir plus d'assurances que cette mesure peut être appliquée", a ajouté le responsable arabe.

"La question n'est pas simple"
Houssam Zaki a également rencontré le ministre libanais des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib. Des propos que ce dernier a tenu et qui ont fuité dans les colonnes du quotidien saoudien Okaz, dans la foulée de l'affaire Cordahi semblent avoir compliqué les choses, et retardé la sortie de crise. 

A sa sortie du ministère des Affaires étrangères, le numéro deux de la Ligue arabe a estimé que "la question (la crise diplomatique) n'est pas simple et dépasse les propos d'un ministre sur ce qui se passe au Yémen. Il s'agit d'une prise position globale que l'Arabie a condamnée. Et cette position va à l'encontre des décisions arabes concernant la guerre au Yémen". M. Zaki a ainsi appelé à ne pas traiter "à la légère" ce dossier. De son côté, M. Bou Habib s'est dit "favorable à toute initiative qu'entreprend la Ligue arabe".

A l'issue de son entretien avec le président du Parlement, Nabih Berry, Houssam Zaki a enfin affirmé que la démission de Georges Cordahi "aurait pu désamorcer la crise dès le début". Selon lui, les trois pôles du pouvoir se sont montrés attachés aux bonnes relations entre le Liban et les pays arabes du Golfe. "Mais personne n'a exigé d'excuses de la part de l'Arabie saoudite", a-t-il dit.

Houssam Zaki a enfin démenti les rumeurs qui circulent concernant une possible expulsion des ressortissants libanais se trouvant dans les pays du Golfe. "Ces propos sont dénués de vérité et visent à miner la mission que j'effectue en ce moment", a-t-il dit.

Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Houssam Zaki, a effectué lundi une tournée à Beyrouth pour tenter de trouver une solution à la crise diplomatique entre le Liban et les pays du Golfe, déclenchée par les propos polémiques du ministre libanais de l'Information, Georges Cordahi, sur l'intervention de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen. Dans ce contexte,...
commentaires (6)

Une pierre à deux coups exiger au plutôt la démission de Cordahi et abolir le ministère de l’information

Antoine Sabbagha

17 h 32, le 08 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Une pierre à deux coups exiger au plutôt la démission de Cordahi et abolir le ministère de l’information

    Antoine Sabbagha

    17 h 32, le 08 novembre 2021

  • Ce n'est pas ça qui résoudra tous les problèmes, mais ces6un préalable évident. Dans un pays qui se respecte un ministre qui a provoqué une telle crise, quelle que soit sa responsabilité réelle, aurait immédiatement démissionné. Le problème, c'est que Nasrallah (qui se frotte les mains) , le lui a interdit. Et qui oserait aller à l'encontre des ordres de notre président en exercice ?

    Yves Prevost

    17 h 26, le 08 novembre 2021

  • Il veut dire qu'il faut faire démissionner le ministre comme premier pas.

    Esber

    15 h 09, le 08 novembre 2021

  • Hélas, trop de traîtres bloquent la voie de la paix! Le pays est rongé sordidement par l’Iran .

    Wow

    15 h 01, le 08 novembre 2021

  • Parce que ce sont des lâches et des vendus par dessus le marché alors comment voulez-vous qu’ils fassent le moindre geste pour sauver leur pays, eux qui ont tout fait pour l’anéantir en bloquant le pays pour pouvoir nommer des ministres incompétents pour les représenter de peur qu’un premier ministre digne de ce nom puisse nommer des gens compétents et patriotiques qui viendraient découvrir leurs larcins, vols et trahison et demandent à les traduire en justice?

    Sissi zayyat

    14 h 47, le 08 novembre 2021

  • . "La plupart (des responsables libanais, ndlr) connaissent la voie vers la solution de la crise entre le Liban et l'Arabie, mais personne n'a fait même un seul pas dans ce sens". Comme en tout ce qui concerne le salut du Liban. Tout le monde sait que celui-ci passe par un gouvernement apolitique et une "distanciation" (faute d'une suppression souhaitable mais malheureusement actuellement irréalisable) vis-à-vis du Hezbollah. Quand on connaît la solution à un problème et qu'on refuse de la mettre en œuvre, c'est qu'on veut que le problème perdure.

    Yves Prevost

    14 h 42, le 08 novembre 2021

Retour en haut