Rechercher
Rechercher

Politique - Crise diplomatique avec le Golfe

Après Cordahi, des propos fuités de Bou Habib risquent de jeter de l’huile sur le feu

Critiques à l’égard de Riyad, les déclarations du chef de la diplomatie, publiées par un quotidien saoudien, pourraient compliquer la donne.

Après Cordahi, des propos fuités de Bou Habib risquent de jeter de l’huile sur le feu

Abdallah Bou Habib s’exprimant à l’issue de son entretien avec le chef de l’État Michel Aoun à Baabda, hier. Photo Dalati et Nohra

Alors que le Liban peine à résoudre la crise diplomatique avec les monarchies du Golfe, suscitée par des propos critiques du ministre de l’Information Georges Cordahi à l’égard de l’Arabie saoudite, voilà que des fuites dans un média saoudien de propos du ministre des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, dans lesquels il désapprouve l’approche saoudienne du dossier libanais, risquent encore de compliquer les choses. Au vu de leur timing, ces fuites pourraient en effet bien compliquer la tâche aux autorités libanaises qui tentent de parvenir à une sortie de crise, comme l’espère le Premier ministre Nagib Mikati qui a mené des contacts tous azimuts dans ce but ces deux derniers jours à Glasgow.

La mise au point de Bou Habib

L’épisode Bou Habib a commencé mardi soir, lorsque le quotidien saoudien Okaz a dévoilé des propos tenus par le ministre des Affaires étrangères lors d’une rencontre avec des journalistes, le 28 octobre dernier, et enregistrés à son insu. Selon le quotidien saoudien, le chef de la diplomatie aurait critiqué l’approche qu’adopte le royaume en ce qui concerne le dossier libanais et la « désapprobation » continue de Riyad au sujet des mesures que les autorités libanaises prennent pour désamorcer ce genre de crise. « Même lorsque nous avions démis Charbel Wehbé de ses fonctions, l’Arabie saoudite n’était pas satisfaite », aurait-il dit. Il faisait référence à la démission, en mai dernier, de Charbel Wehbé, alors chef de la diplomatie. Démission à laquelle il avait été contraint après le tollé provoqué par ses déclarations à la chaîne américaine al-Hurra. Il avait alors accusé implicitement les monarchies du Golfe de financer les groupes terroristes. « Que gagnerons-nous de l’Arabie saoudite si (Georges) Cordahi venait à être démis de ses fonctions ? Rien. Ils nous demanderont de faire encore plus », aurait ajouté M. Bou Habib. Toujours selon Okaz, le chef de la diplomatie aurait critiqué le fait que l’ambassadeur saoudien à Beyrouth, Walid Boukhari (rappelé à Riyad dans la foulée de l’affaire Cordahi), ne soit jamais entré en contact avec lui. Et ce y compris après la dernière crise. Le quotidien rapporte par ailleurs que le ministre des Affaires étrangères aurait une nouvelle fois critiqué le forcing exercé par Riyad pour en finir avec le Hezbollah.

Lire aussi

Affaiblir le Hezbollah ? Oui, mais comment ?

Dans une interview accordée mardi à l’agence Reuters, Abdallah Bou Habib avait affirmé que l’Arabie saoudite « impose des conditions impossibles en demandant au gouvernement de réduire le rôle du Hezbollah », ajoutant que le règlement de cette question « est au-delà de nos capacités ». Et de lancer : « Nous ne pouvons pas leur servir la tête du Hezbollah sur un plateau d’argent. »

Les fuites de Okaz ont poussé l’intéressé à publier un communiqué dans lequel il a tenté de mettre les points sur les i, sans toutefois démentir les propos qui lui sont attribués. Il a précisé que ces déclarations ont été « sorties de leur contexte ». Le ministre a également souligné que la rencontre lors de laquelle il a fait ces déclarations s’est tenue le jeudi 28 octobre dernier, alors que la crise diplomatique actuelle venait d’éclater, bien que la date de cette rencontre ait été fixée bien avant. Il a ajouté que ses propos visaient donc, dans ce contexte de crise diplomatique, à paver la voie à un dialogue afin de rétablir les relations avec l’Arabie saoudite.

« Nous sommes dans une phase d’escalade »

Si le ministre s’efforce de donner toutes ces précisions, c’est que ces fuites sont susceptibles de compliquer un peu plus encore la situation déjà critique dans laquelle se trouve le Liban depuis quelques jours. Du côté de Baabda, dont M. Bou Habib est proche, on se contente de dire que le chef de la diplomatie a clarifié sa position et que le palais présidentiel ne désire pas commenter l’affaire. Un proche de la présidence contacté par L’Orient-Le Jour précise que Baabda ne voit pas un message politique qui lui serait adressé à travers ces fuites. Ce en dépit du fait que le royaume wahhabite a toujours accusé le mandat de Michel Aoun d’avoir placé le Liban sous la coupe du Hezbollah, allié de longue date du chef de l’État. C’est d’ailleurs sous cet angle qu’un analyste politique contacté par L’OLJ décrypte cette nouvelle étape de la crise diplomatique avec les pays du Golfe. « Nous sommes dans une phase d’escalade, dans un Liban sous tutelle iranienne », estime-t-il sous couvert d’anonymat. Hier, le président de la République s’est entretenu avec Abdallah Bou Habib. S’exprimant à l’issue de la réunion, le chef de la diplomatie a semblé sciemment occulter les fuites de Okaz, commentant uniquement la crise actuelle suscitée par les propos de Georges Cordahi qui avait critiqué le rôle de l’Arabie dans la guerre au Yémen. « La position du Liban est claire : il faut préserver les meilleures relations possibles entre le pays du Cèdre, l’Arabie saoudite et les pays du Golfe, et ne pas permettre que des positions exprimées à titre individuel, par quelque partie que ce soit, et qui n’expriment pas le point de vue de l’État officiel représenté par ses membres et à travers la déclaration ministérielle de son cabinet n’impactent ces relations », a déclaré M. Bou Habib dans une allusion au fait que le ministre de l’Information ait tenu ces propos avant d’être nommé à son poste.

Encore un appel au dialogue

Abdallah Bou Habib a par ailleurs renouvelé son appel à un dialogue entre Beyrouth et Riyad. « Tout problème, quelle que soit son ampleur, qui pourrait survenir entre deux pays frères comme le Liban et le royaume saoudien doit être résolu par le dialogue, la coopération, l’esprit de fraternité et la confiance, conformément aux principes de la Charte de la Ligue arabe », a-t-il estimé. « Le président et tous les responsables libanais pensent que ce qu’il s’est passé ces derniers jours doit cesser afin de faire prévaloir l’intérêt arabe commun, sans jeter de l’huile sur le feu », a encore déclaré le ministre, qui a insisté sur le fait que Beyrouth « n’a jamais porté atteinte à aucun État ». Il a en outre appelé les pays du Golfe à « comprendre les exigences du régime démocratique choisi par les Libanais, qui se fonde sur la liberté d’opinion et de pensée, sans que cela n’impacte les relations entre le Liban et les pays amis ». Il prenait ainsi clairement fait et cause pour le ministre de l’Information.

Lire aussi

Georges Cordahi, un trublion dans la tempête diplomatique

« Nagib Mikati est désormais dans une position critique, son ministre des AE étant dans la tourmente à l’heure où il devrait rétablir les ponts dans ce genre d’affaires », analyse Karim Bitar, politologue, qui voit mal le cabinet reprendre les négociations avec le Fonds monétaire international ou encore tenir les législatives de mars dans un contexte aussi tendu. On devrait y voir un peu plus clair à l’issue des contacts que le chef du gouvernement devrait mener aujourd’hui avec Michel Aoun et le président de la Chambre, Nabih Berry.


Alors que le Liban peine à résoudre la crise diplomatique avec les monarchies du Golfe, suscitée par des propos critiques du ministre de l’Information Georges Cordahi à l’égard de l’Arabie saoudite, voilà que des fuites dans un média saoudien de propos du ministre des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, dans lesquels il désapprouve l’approche saoudienne du dossier...

commentaires (35)

Un zéro

M.E

03 h 42, le 05 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (35)

  • Un zéro

    M.E

    03 h 42, le 05 novembre 2021

  • Regardez sa photo. Son intelligence paraît débordante au point de se demander s'il en reste quelque chose.

    Moussalli Georges

    18 h 27, le 04 novembre 2021

  • Ces " responsables" supposés être technocrates devraient refaire leur jardin d'enfants de gouvernance...plus ça va plus les démons de notre gehanam ont l'air cucu...

    Wlek Sanferlou

    17 h 40, le 04 novembre 2021

  • M. Bou-Habib est entrain de jouer le jeu du clan pro-Iranien et anti-Arabe du Golfe. Ses propos sont complètement déplacés, pour le moins qu'on puisse dire. Il doit se récuser et s'excuser de suite, ou bien partir.

    Tony BASSILA

    14 h 53, le 04 novembre 2021

  • Les Libanais ont toujours méprisé les arabes du désert, ces deux ministres ne font que refléter la bêtise du pays. Ces pays arabes et soi-disant rétrogrades ont dépassé mille fois le Liban qui ne sait que p… plus haut que son c… et passer d’une guerre civile à une non-reconstruction et à un libéralisme exacerbé et rétrograde. Par ailleurs, Les nazis ont pratiqué la politique des otages pour assoir leur pouvoir, Les Palestiniens subissent le même outrage et les pays du désert veulent nous faire subir la même chose. Cette politique finit toujours par se retourner contre celui qui la pratique. Nous avons besoin d’élections pour se débarrasser de tous nos politiciens débiles, vite !

    TrucMuche

    14 h 40, le 04 novembre 2021

  • Décidément, c’est le cabinet des vilains dotés d’une tare. Entre la mortadelle menaçante , le Atik aux cheveux teints au charbon et ce dernier défiant Halloween avec son rictus hilarant, on se demande si ce gouvernement est une grosse farce pour nous niveler encore plus vers l’abîme. Pourquoi ne pas tourner un reality show Netflix entre les enturbannés traîtres et les curiosités de ce cabinet rempli de bizarrerie , au moins cela peut générer un peu de revenus,,

    Wow

    12 h 21, le 04 novembre 2021

  • Pas besoin du parti de Dieu pour mettre de l'huile sur le feu. Des sbires à la botte de ce parti s'en chargent très bien. Ceux là sont dans l'opulence et ne risquent rien.

    Citoyen

    11 h 35, le 04 novembre 2021

  • Ils ont bloqué le pays pendant 18 mois pour choisir les déchets de la société comme ministres qui se plaisent à se montrer dans tous les médiats pour infuser leur poison et débiter leurs insanités pour tuer le pays, sûrs de leur impunité puisque protégés par les vendus qui les ont nommés. Makati doit être ferme et virer tous azimuts tous les ministres qui outrepasse leur rôle et les remplacer au pied levé sans passer par les vendus pour avoir leur accord. Ainsi il aura un gouvernement actif et cela mettrait fin à toutes les tentatives des actions de sabotages minutieusement concocté par le barbu pour achever notre pays. Il faut que Mikati trouve le courage d’affronter ces moins que rien et exerce son le rôle de premier ministre sans trembler quelqu’en soient les conséquences. Nous sommes arrivés à un point où le Liban ne peut que gagner en s’opposant à ces malfrats qui se prennent pour des politiciens alors qu’ils ne sont que des mercenaires au service des ennemis de notre pays. A L’ACTION M.Mikati AKTAR MIN EL,IRD MA MASSAKHO RABNA.

    Sissi zayyat

    11 h 29, le 04 novembre 2021

  • Tout cela n'est que balivernes inutiles qui ne conduisent nulle part. Un seul est le problème du Liban et c'est la présence armée du Hezbollah. C’était, c'est et cela doit être le seul sujet a discuter: Comment désarmer ce parti théocratique Nazi, comment neutralise son pouvoir de nuisance et comment récupérer la rue Chiite. Les déclarations de Cordahi comme celles du ministre des affaires étrangères et tout autres actions ne sont lance que pour détourner les yeux du peuple des deux crimes majeurs commis par le Hezbollah: L'explosion du port, dont il semble être derrière, et les attaquent contre les quartiers de Gemmayzeh et Ain al Remmaneh. Retournons donc a notre brebis galeuse nommée Hezbollah !

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 55, le 04 novembre 2021

  • Et moi qui pensais qu’on avait atteint le maximum de niaiseries avec le gouvernement Diab, je viens de réaliser que les ministres actuels sont encore plus doués en maladresses ou en c…. Pourtant Mikati a très bien réussi en affaires privées, décidément allez comprendre comment un homme qui a aussi bien réussi dans ses affaires privées s’est entouré d’une telle bande de niais

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 18, le 04 novembre 2021

  • Monsieur le Premier Ministre dans quel dépotoir vous avez trouvé ces deux déchets, rien que l’odeur nauséabonde est un signal, un repoussoir, comment avez-vous pu supporter leur présence en conseil de ministres ? arrêtez de recruter dans les déchetteries ! si vous n’êtes pas capable de prendre les rênes du pouvoir sans être sous la domination du Hezbollah/Aoun/Bassil et CPL, alors démissionnez ! votre prétendu gouvernement indépendant composé d’experts, et sans tiers de blocage, s’est avéré un gouvernement d’incapables soumis au Hezbollah qui pratique à volonté le blocage et la menace de démissionner le gouvernement. C’est le monde à l’envers. Ce sont les ministres inféodés qui décident de la direction et de la survie du gouvernement et pas le Premier ministre. Avec ou sans vous Monsieur Mikati c’est pareil, autant que vous alliez vous balader partout à vos frais, ça sera toujours cela d’économisé pour les finances publiques. Vous nous avez déçus Monsieur Mikati, reprenez vos billes et allez jouer ailleurs. Le Liban a besoin d’homme à poigne, capable de prendre des décisions fermes pour le bien du Pays et sans louvoyer. Il doit bien y avoir au moins UN HOMME capable de tenir tête au Hezbollah qui, tient le pays sous sa botte, maltraite le peuple, révoque les juges, et décide de la politique à suivre. Mais où se trouve cet oiseau rare, qu’on aille le chercher même aux abysses pour qu’il nous sorte de cet enfer !

    Le Point du Jour.

    10 h 15, le 04 novembre 2021

  • DANS LE PAQUET DE NOUVEAUTES QUE SE PREPARE L,OLJ ET PUBLIE AVEC GRAND FRACAS HIER POUR NOUS SUBJUGUER... IL MANQUE LE PLUS IMPORTANT : UNE RUBRIQUE SPECIALE ET ACCESSIBLE DANS L,IMMEDIAT, COMME AVANT, POUR LES REACTIONS DES ABONNES QUI VEULENT COMMUNIQUER DIRECTEMENT VIA L,OLJ AVEC L,OPINION PUBLIQUE. TOUTES LES AUTRES NOUVEAUTES ON PEUT S,EN PASSER. PRIERE A L,OLJ PRENDRE CA SERIEUSEMENT ET AVISER QU,IL N,Y AURA PAS DE CENSURE SUR LES LIBRES EXPRESSIONS DES ABONNES. AUTREMENT TOUTE NOUVEAUTE SERAIT STERILE.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    09 h 29, le 04 novembre 2021

  • Faut que ces IRRESPONSABLES la ferment et arrêtent tout commentaire. Nous sommes loins des diplomates chevronnés de la classe de M Ghassan Tueini, Fouad Boutros, Charles Malek etc… Aujourd’hui, ce sont les nains de la diplomatie et de la politique qui sont à des postes importants. Quant à l’Arabie saoudite ? Elle a mille fois raison. Bien que ce soit une punition collective, c’est le seul moyen de pousser, à bout les libanais SURTOUT les partisans oranges et jaunes pour qu’ils se réveillent. Pour que tous les libanais que nous sommes réagissions pour un soulèvement digne de ce nom… Administrer des calmants au liban ne résoudra pas le VRAI virus qui tue le pays. Ceci dit, c’est aussi un message de l’Arabie saoudite au Hezbollah : » faut pas utiliser la justice à des fins personnelles «  que ce soit la demande d’ejection du juge BITAR et porter atteinte à Dr Geagea . Leur demande au Hezbollah est simple: STOP au contrôle du pays politiquement, judiciairement, militairement etc… c’est ce qu’ils demandent et c’est ce que demandent aussi tout libanais honnête et patriote.

    radiosatellite.online

    09 h 25, le 04 novembre 2021

  • Cette fois, le problème vient d'un ministre en exercice, et ministre des Affaires Etrangères de surcroît! Le "chef de la diplomatie" est censé être lui-même "diplomate", savoir peser ses mots et évaluer leurs conséquences. Que l'Arabie Saoudite cherche depuis longtemps à s'éloigner du Liban et ait trouvé cette occasion n'est probablement pas faux, mais était-il nécessaire de lui donner justement, cette occasion? " Nous ne pouvons pas leur servir la tête du Hezbollah sur un plateau d’argent." Exact! Mais nous pouvons tout de même "réduire le rôle du Hezbollah ". Ne serait-ce qu'en ne cédant pas systématiquement à chaque diktat de Nasrallah. " Le royaume wahhabite a toujours accusé le mandat de Michel Aoun d’avoir placé le Liban sous la coupe du Hezbollah". C'est malheureusement incontestable. La situation est extrêmement claire: le Liban ne peut se relever intérieurement, effectuer les réformes nécessaires, tant qu'il est sous la coupe du Hezbollah; le Liban ne peut obtenir l'aide extérieure indispensable (autre que de simples perfusions) tant qu'il est sous la coupe du Hezbollah. Mais le Liban préfère "tomber en enfer" plutôt que se libérer du Hezbollah! Syndrome de Stockholm?

    Yves Prevost

    09 h 09, le 04 novembre 2021

  • au fait, quand j'y pense, le pouvoir etait il a ce point en manque de personnes plus aptes a reussir aux boulots requis surtout ces derniers temps ?

    Gaby SIOUFI

    09 h 08, le 04 novembre 2021

  • Nous battons les records de l’incompétence et de la bêtise. Les ministres sont nommés pour travailler, non? Aucune réunion du gouvernement n’est prévue. Ils vont par conséquent papoter sur les différentes chaîne de télé et en réunions privées comme faisaient autrefois nos mères et grands-mères dans les صبحية qui refaisaient le monde en buvant du café et en pyjama. Nos ministres, rois de l’incompétence MERCI

    Karam Georges

    09 h 07, le 04 novembre 2021

  • voila ce que c'est que nommer un vieillard a des postes de responsabilite, vieillard, qui plus est s'avere etre tres bavard

    Gaby SIOUFI

    09 h 04, le 04 novembre 2021

  • A trop parler faute on comet. ..le ba ba de la diplomacie ....et c est le ministre des affaires étrangères ...incompétents. .nul. ...

    Christian Zakhia

    08 h 39, le 04 novembre 2021

  • Encore une réalisation du régime fort. Il y aura une pénurie de papier et d’encre si on doit écrire toutes les réalisations du régime fort du président fort conseillé par son gendre fort.

    Liberté de penser et d’écrire

    08 h 36, le 04 novembre 2021

  • « Tout problème, quelle que soit son ampleur, qui pourrait survenir entre deux pays frères comme le Liban et le royaume saoudien doit être résolu par le dialogue,... " Commencez par demander à vos camarade de se réunir et diagoler au lieu de faire le chantage comme d'habitude ! Du coup, par " coup de force" vous voulez bien dire chantages, paralysies, assassinats pour finalement prendre le pays en autage (tout entier les Shi3a en premier bien évidement) ! C'est plutôt des tactiques de pirates non ?

    Sarkis Dina

    08 h 33, le 04 novembre 2021

  • Chers Orangers, le silence est d'or. Essayez d'imiter ne serai ce qu'un tout petit peu les Ghassan Tueni, Charles Malik et autres grand hommes, pour nous sortir de ce tunnel noir bati par vos allies les barbus 'shourafa' et leurs maitres avec leur telecommande noire qui nous a mene a la ruine! Ne voyez vous pas ce qui se passe???? Soyez a une equidistance constructrive de tous et utilisez une peu votre matiere grise et vos cellules Sertoli et Leydig si vous en avez encore quelques unes. Merci!

    Sabri

    08 h 13, le 04 novembre 2021

  • De grâce, Messieurs les soi-disant ministres de l'information et des affaires étrangères, cessez de dire n'importe quoi ! Vous n'êtes pas les seuls à vivre dans ce pays...où tout un peuple paye les conséquences catastrophiques de vos comportements irresponsables. Et ce ne sont pas vos sourires béats devant les médias qui vont arranger les choses. - Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 10, le 04 novembre 2021

  • Ce précieux ministre, proche du pouvoir déclare que l’Arabie saoudite « impose des conditions impossibles en demandant au gouvernement de réduire le rôle du Hezbollah », mais n'est-ce pas normal ? Ou bien l'on consacre la présence totale du parti de dieu au sein du gouvernement avec des jumelages de villes, par exemple Jounieh et Chiraz ou encore Beyrouth teheran ou bien on se pose en opposant du parti de dieu. Ce ministre devrait essayer de trouver un seul point d'intérêt qui pourrait maintenir un lien entre les " bédouins" et nos brillants représentants locaux, maintenant que le pétrole iranien coule à flot chez nous.. que leurs médicaments sont vendus dans toutes les officines , que les supermarchés regorgent de leurs produits et que leur justice soit appliquée chez nous...

    C…

    08 h 06, le 04 novembre 2021

  • Il semble que le critere adopte’ pour choisir les ministres soit l’incompetence, et pratiquement tous reussissent brillamment le concours ! Bou habib a été nomme’ par Bassil et Cordahi par Frangieh …c’est tout dire ! Aucun des « dirigeants » n’a jamais critique’ l’Iran alors que ce ce pays retrograde possede sa propre milice sectaire armee et viole tous les jours la souverainete libanaise. Bien plus , l’Iran a declare a plusieurs reprises avoir conquis cinq pays arabes…dont le Liban . mais jamais aucun de nos valeureux responsables n’a trouve’ a redire. Des incapables mais aussi des pleutres, obeissant servilement a leurs maitres. Pauvre Liban livre’ par la force des armes a des vendus.

    Goraieb Nada

    07 h 38, le 04 novembre 2021

  • Son rictus !!!!!!!!

    Remy Martin

    07 h 03, le 04 novembre 2021

  • On ne punit pas tout une population pour prendre sa revanche d'une faction. Ce devrait être un principe moral avant tout. Les pays du Golfe commettent une erreur gravissime, au moment où d'autres pays arabes et étrangers essaient de pallier à la détresse d'une population victime des agissements de cette même faction sans scrupules, et qui se fout de ce qu'elle commet vis à vis des gens démunis de tout,et qui sont impuissants face à tout ce qui leur arrive, et malgré eux. Le sens humain se doit d'éclipser ces réactions vives, sévères et inadéquates de nos frères du Golfe.

    Esber

    06 h 52, le 04 novembre 2021

  • Un autre gros idiot , on a l embarras du choix dans cette republique de fromagistes

    Robert Moumdjian

    03 h 36, le 04 novembre 2021

  • "Si le maître de la maison bat du tambourin alors tous les gens de la maison dansent." (Ibn Al-Ta'awizhi, poète arabe du 12e siècle)

    Youssef Najjar

    03 h 12, le 04 novembre 2021

  • Plus c..n que ca impossible. Ah le bon vieux temps ou les diplomats libanais etaient admires de par le mon de ( ainsi que les egyptiens et bresiliens)

    Zampano

    02 h 53, le 04 novembre 2021

  • Et de deux ! jamais deux sans trois, attendons les troisième Laron… Que des amateurs ! ou est donc passé la subtilité de la diplomatie Libanaise connue et saluée par le monde entier ? Le déclin d’un grand pays commence aussi par les affaires étrangères. Mais là Bou Habib n’est pas à la hauteur de la tâche. Il a touché le fond… Démission ! et que ça saute par Jupiter !!!

    Le Point du Jour.

    00 h 58, le 04 novembre 2021

  • LE ROLE D'UN PREMIER MINISTRE EST DE DONNER LES ORDRES ET DIRIGER SON GOUVERNEMENT DE A À Z. LE ROLE D'UN CONCIERGE EST D'EXÉCUTER LES ORDRES DES LOCATAIRES ET LES PROPRIÉTAIRES. QUEL ROLE JOUE MIKATI ?

    Gebran Eid

    00 h 57, le 04 novembre 2021

  • Non seulement il débite des idioties, il a le culot de sourire devant les caméras. Et dire que le pays a attendu 11 mois pour voir naître ces enfants-ministres mentalement malades.

    Romulus Maximus

    00 h 30, le 04 novembre 2021

  • L,IDIOTIE PREND DES DINENSIONS PLUS GRANDES. LES TRAITRES IMBECILES SE MULTIPLIENT.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    00 h 24, le 04 novembre 2021

  • Bon sang!!! FERMEZ LA !!!! Une fois pour toutes .. bandes d’incompétents !! Mais c’est quoi ces nains de la politique et de la diplomatie ?? !!!

    radiosatellite.online

    00 h 23, le 04 novembre 2021

  • Since the successive governments under Mr. Aoun have failed miserably, we need to hold elections as soon as possible to change the regime. We can no longer expect this incompetent government and President to solve our many crises.

    Mireille Kang

    00 h 18, le 04 novembre 2021

Retour en haut