Rechercher
Rechercher

Politique - Portrait

Georges Cordahi, un trublion dans la tempête diplomatique

Ses propos sur la guerre du Yémen, tenus avant de prendre ses fonctions de ministre de l’Information, ont servi de prétexte à l’escalade saoudienne. Retour sur le parcours de cet ancien animateur-vedette devenu l’enjeu d’un bras de fer sur la scène locale.

Georges Cordahi, un trublion dans la tempête diplomatique

Le ministre de l’Information Georges Cordahi. REUTERS/Mohamed Azakir

On aurait pu s’attendre à un visage fermé, une gestuelle embarrassée et un ton des plus modérés. Il y a en effet de quoi se sentir mal à l’aise quand on est à l’origine d’une crise diplomatique aux conséquences majeures pour le pays que l’on est censé représenter. Mal à l’aise, Georges Cordahi n’a pas donné le sentiment de l’être le moins du monde au cours de ces derniers jours. En témoigne le large sourire qu’il a affiché lors de ses différentes rencontres visant à trouver une issue à la crise, notamment avec le patriarche maronite Béchara Raï. Celui qui peut désormais se targuer d’avoir son portrait géant affiché dans les rues de Sanaa, la capitale yéménite dominée par les houthis, alliés de l’Iran, a l’air au contraire de jubiler depuis qu’il est à nouveau sous le feu des projecteurs.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Les sorciers de la météo

L’Arabie saoudite a annoncé vendredi dernier une série de mesures punitives contre le Liban. Si de l’aveu même des responsables saoudiens, l’escalade dépasse largement cette affaire, elle intervient après la diffusion par al-Jazeera d’une interview de Georges Cordahi réalisée avant qu’il n’entre au gouvernement, dans laquelle il critique l’offensive du royaume contre les houthis au Yémen. Une sortie qui a fait de ce trublion un pion central de la vie politique libanaise, les uns, dont le Premier ministre Nagib Mikati, appelant à sa démission, les autres, Hezbollah en tête, faisant de son maintien à son poste un enjeu de premier plan. « Ma démission du gouvernement est hors de question », a lancé le ministre après sa rencontre avec le patriarche, comme si cette décision lui appartenait. Même son parrain politique, le chef des Marada, Sleiman Frangié, ne semble pas avoir de marge de manœuvre dans ce dossier, le sort du ministre étant entièrement entre les mains du Hezbollah. Contacté par L’OLJ, Georges Cordahi n’a pas souhaité commenter cette affaire, tout comme le parti des Marada.

« Personne n’ose plus parler de lui dans l’équipe »
L’ancien présentateur-vedette ne cesse en tous cas de rajouter de l’huile sur le feu en refusant de présenter ses excuses à l’Arabie saoudite. Comme s’il s’agissait pour lui d’une affaire qui dépasse largement la politique. Après avoir affiché son soutien pour le régime syrien en 2011, il est mis à la porte par la chaîne saoudienne MBC, qu’il avait rejoint en 2000, et dans lequel il a connu son heure de gloire en animant la version arabophone de l’émission « Qui veut gagner des millions ? ». « La révolution est une conspiration visant à ébranler la sécurité de la Syrie », déclare-t-il à l’époque. « Il a été remercié alors qu’il était en plein tournage, après des déclarations en faveur de Bachar el-Assad », se souvient une productrice libanaise qui a travaillé avec lui il y a quelques années. « Il a été très affecté à l’époque car il était très connu. Je crois qu’il était convaincu de ce qu’il disait à propos de la révolution syrienne. Je pense qu’il est également convaincu de ce qu’il a déclaré dernièrement sur le Yémen », ajoute cette productrice qui a requis l’anonymat. Une journaliste proche de la chaîne saoudienne révèle, pour sa part, que « la direction de la MBC a expressément demandé cette semaine à ses employés de ne pas évoquer l’affaire Cordahi ni ses années passées au sein de la chaîne ». « Personne n’ose plus parler de lui au sein de l’équipe. La direction l’interdit en quelque sorte, malgré le fait qu’ils s’étaient réconciliés il y a quatre ans », confie la même journaliste, sous le couvert de l’anonymat.

Lire aussi

Les calculs de Riyad au Liban

Le ministre de l’Information a débuté sa carrière journalistique dans les années 70 au sein de Télé Liban, la chaîne de télévision publique libanaise, où il a été présentateur du journal télévisé, correspondant, reporter et rédacteur jusqu’en 1978. Puis c’est la radio qui lui ouvre ses portes. De 1979 à 1992, il travaille pour Radio Monte Carlo à Paris, puis à Radio Orient, avant d’être embauché par la radio MBC FM à Londres en 1994. Après son départ précipité de la MBC en 2011, il rejoint brièvement la chaîne libanaise LBCI. Il se rend ensuite en Égypte où il anime plusieurs émissions. « Il était poli, mais sans plus. Un peu arrogant, mais il était apprécié à l’antenne. C’est un homme très paternaliste et traditionnel », assure une autre productrice qui a travaillé avec lui.

« Qu’il aille vivre en Syrie »
En quelques jours, le journaliste est devenu un symbole, héros pour les uns, traître pour les autres. « Bien sûr que je soutiens Georges Cordahi dans toute cette affaire, comme toute la banlieue-Sud », témoigne Itaf, partisane du Hezbollah, qui vit à Haret Hreik. « C’est un patriote, il soutient Bachar el-Assad », renchérit-elle tout sourire. Même son de cloche du côté de Mohammad, 55 ans, également habitant du quartier de Haret Hreik et partisan du Hezbollah. « On l’a toujours aimé, depuis qu’il fait de la télé, mais c’est vrai qu’après toute cette histoire on l’aime d’autant plus. Il est juste et honnête ». A Tarik Jdidé, quartier sunnite beyrouthin connu pour être proche de l’ancien Premier ministre Saad Hariri, les critiques fusent. « Qu’il aille vivre en Syrie et au Yémen puisque son allégeance ne va pas au Liban », s’énerve Ali qui vit dans le quartier. « Il nous a mis dans un énorme pétrin… Et en plus, il insulte le seul pays qui peut nous aider », abonde-t-il. Samer, à côté de Ali, martèle: « Nous avions réussi à reconstruire nos relations avec le monde arabe, et voilà qu’il nous engouffre de nouveau dans un tunnel sans fin »...


On aurait pu s’attendre à un visage fermé, une gestuelle embarrassée et un ton des plus modérés. Il y a en effet de quoi se sentir mal à l’aise quand on est à l’origine d’une crise diplomatique aux conséquences majeures pour le pays que l’on est censé représenter. Mal à l’aise, Georges Cordahi n’a pas donné le sentiment de l’être le moins du monde au cours de ces...

commentaires (18)

Mal à l’aise, Georges Cordahi n’a pas donné le sentiment de l’être le moins du monde au cours de ces derniers jours. c est normal un mec qui critique l arabie saoudite qui bombarde des civiles musulmans au Yemen il a peut etre raison, mais il soutien Assad pere et fifs qui ont bombardé et gazés leurs propres peuple ca me semble anormal , il doit avoir un serieux problème ce mec , je ne vois pas ce qu il fait dans un gouvernement

barada youssef

18 h 05, le 03 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Mal à l’aise, Georges Cordahi n’a pas donné le sentiment de l’être le moins du monde au cours de ces derniers jours. c est normal un mec qui critique l arabie saoudite qui bombarde des civiles musulmans au Yemen il a peut etre raison, mais il soutien Assad pere et fifs qui ont bombardé et gazés leurs propres peuple ca me semble anormal , il doit avoir un serieux problème ce mec , je ne vois pas ce qu il fait dans un gouvernement

    barada youssef

    18 h 05, le 03 novembre 2021

  • On est tenté de l'appeler Georges C. Scoooot

    Wlek Sanferlou

    15 h 21, le 03 novembre 2021

  • Dorénavant tous ces messieurs qui vantent et protègent d’autres pays au lieu du leur sont priés de dégager le terrain et aller vivre librement ailleurs et de surtout laisser la place à de vrais patriotes bien mieux éduqués qui peuvent tirer notre pays vers le haut.

    Wow

    14 h 18, le 03 novembre 2021

  • Tout comme Hassan Diab, il ne devrait pas abuser de la teinture noir foncé de son cuir chevelu... Ca déteint sur son costume.En voilà un qui n'espérait pas revenir sur le devant de la scène après qu'il ait été viré du groupe MBC pour avoir pris position pour le régime Assad. Trop content que le médias en parlent. Il s'accroche à ce ministère....tragi comique. Ok, son départ ne résoudra pas la crise plus profonde, mais ca pourrait être une porte de sortie...Un début même s'il considère que c'est injuste. Comme lui a dit le patriache : De faire passer les intérêts du pays avant ses propres intérêts quitte à se sacrifier . Après tout, ce sacrifice ne sera rien comparé à ceux qui ont été assassinés par les terroristes pour avoir défendu leurs idées libres et souveraines. Quitter ce poste de ministre, qui déjà ne lui sied pas. Puis un ministère de l'information n'a plus de raison d'être en ce sièce. Tous les autres pays ont supprimé ce poste depuis les années 80, depuis la libéralisation et privatisation des médias.

    radiosatellite.online

    11 h 40, le 03 novembre 2021

  • Antipathique ce type. Point à la ligne.

    radiosatellite.online

    11 h 33, le 03 novembre 2021

  • Vu de ma fenêtre il me rappelle B. Tapie marionnette populaire sans culture politique. Je me demande encore ici à qui profite le scandale ou l’exploit de bêtise ?

    Amamalyon

    10 h 53, le 03 novembre 2021

  • CESSEZ DE LUI DONNER UNE ENVERGURE QUELCONQUE PR CE QUI EST DE CETTE CRISE. IL N'EST MEME PAS UN PION, IL REPRESENTE UN ACCIDENT DE PARCOURS DONT NE SE SOUCIENT QUE LES NAIFS ET LES MOUMANAAISTES. DE FAIT, SON CAS SYMBOLISE LE FOND DE NOS PROBLEMES: S'ALLIER AUX ETRANGERS, CHANTER LEUR GLOIRE, MEME S'ILS SONT CONSIDERES COMME ENNEMIS PAR LES 3/4 DU PEUPLE LIBANAIS.INFEODATION CRIMINELLE. A T ON JAMAIS VU UN FRANCAIS CHANTER LA GLOIRE D'UN ENNEMI DE LA FRANCE ?

    Gaby SIOUFI

    09 h 31, le 03 novembre 2021

  • Ça n empêche pas Georges C. De porter une Audemars piquet royal oak chronomètre a son poignet, une bagatelle de 27,000$. US

    Robert Moumdjian

    03 h 03, le 03 novembre 2021

  • Bien joué cher M. Cordahi. Surtout n’écoutez pas les faibles d'esprit et monnayez chèrement votre sortie du gouvernement, puisque le pactole de 1,5 millions de libanais et, apparemment, le sort du monde entier dépend de vous. "Qui veut être un millionnaire?" Compliments pour une bonne et confortable retraite!

    Mago1

    23 h 22, le 02 novembre 2021

  • Cordahi peut dire ce qu'il veut sur n'importe quoi... c'est mikati et aoun qui devraient mieux choisir leurs gens. Et dire qu'on a perdu 1an et demi pour le télt mou'aatil et il a suffit du 1/24eme qui a suffit ... On a des ministres forts tout comme le aahed... Et toute cette force ne s'exerce que sur le peuple meurtri... On ne peut plus que répéter : ya sabr ayoub...

    Wlek Sanferlou

    22 h 36, le 02 novembre 2021

  • Georges Cordahi n'est que l'une des concrétisation de la maimise irano-assadienne sur ce pays qu'une partie de ses habitants appellent, Liban.

    DJACK

    21 h 33, le 02 novembre 2021

  • Le seul mérite qu’a cet individu, c’est d’avoir une pâle ressemblance physique à Jean Pierre Foucault, le journaliste animateur français de l’émission : qui veut gagner des millions. Inconnu jusqu’alors au bataillon, tout le monde se demandait où le concepteur du jeu de cette émission a trouvé ce clown qui n’a aucun charisme ni culture pour présenter l’émission. Niais à souhait, il s’est cru arrivé au sommet juste par le choix du vendeur de cette émission aux pays arabes. Il ne restera pas éternellement ministre, cette étoile filante éphémère disparaîtra naturellement, et sera jetée dans les oubliettes de l’histoire, surtout après la prouesse inédite d’avoir été connu par un scandale qui n’avait pas lieu d’être… Hahaha Rions c’est gratos ! merci pour ces moments de rire à tous les participants, qui ont voulu porter aux nues un rigolo qui ignore son vrai statut. N.B. Tous les sosies Du Général De Gaule sont restés sur leur faim, et ne sont que des vaines copies sans intérêt.

    Le Point du Jour.

    20 h 59, le 02 novembre 2021

  • Un agent syrien membre du gouvernement libanais. Tout est dit, inutile de faire d’autres commentaires. Bachar Assad avait promis de détruire le Liban s’il n’arrivait pas à l’annexer. Ce monsieur cordahi exécute donc ce plan

    Liberté de penser et d’écrire

    20 h 35, le 02 novembre 2021

  • Large sourire ,cheveux teints ,,mais surtout vulgaire et Atik . Avons nous besoin d’un tel homme réellement en ce moment??

    Wow

    20 h 22, le 02 novembre 2021

  • Quand presque 1 million et demi de libanais dépendent de l’argent envoyer des expats des pays du golf alors on se la ferme et la dignité n’est pas une parole mais se sont des actes … AVEC CR QUE VIVENT LES LIBANAIS EN SE MONENT C’EST VOYRE DESCRIPTION DE LA DIGNITÉ ?!?!?!?

    Bery tus

    18 h 52, le 02 novembre 2021

  • Je comprends pas tout ce remue ménage. On lui a demandé son avis et il l'a donné alors qu'il n'avait aucune fonction officielle. Par contre quand Trump a dit que L'A.S est une vache à lait on a vu que des rires jaunes en direct...

    Eid Nasser

    18 h 25, le 02 novembre 2021

  • GEORGES CORDAHI N'A INSULTÉ PERSONNE , IL REPRÉSENTE LA LIBERTÉ DE PAROLE , UN DROIT FONDAMENTAL . IL MÉRITE QUE NOUS LUTTIONS POUR CETTE CAUSE .

    Chucri Abboud

    18 h 04, le 02 novembre 2021

  • Excusez moi mais dés ministres et gouverneur ont déjà démissionner pour ÉNORMÉMENT MOINS QUE ÇA !!! Qu’il se la F *** et qu’il démissionne même si cela ne fera pas revenir les GCC mais au moins cela empêchera des énergumènes de son genre de répéter leur C***

    Bery tus

    17 h 49, le 02 novembre 2021

Retour en haut