Rechercher
Rechercher

Économie - Crise au Liban

Le réseau électrique d'EDL totalement à l'arrêt, pas de solution avant lundi

La compagnie publique affirme avoir reçu 6 millions de litres de gasoil de la part de l’armée pour alimenter deux centrales pendant trois jours.

Le réseau électrique d'EDL totalement à l'arrêt, pas de solution avant lundi

Le Grand sérail illuminé à Beyrouth, alors que les rues sont plongées dans le noir en raison de pénuries de courant, le 25 septembre 2021. Photo Matthieu Karam

Le réseau électrique gouvernemental au Liban était totalement en panne, en raison de l'arrêt de deux centrales suite à l'épuisement de leurs stocks de fuel, a annoncé samedi Electricité du Liban (EDL), alors que le pays souffre de graves pénuries, qui ont provoqué de nombreuses pannes similaires ces derniers mois.

La compagnie a annoncé dans un communiqué que le réseau électrique est totalement à l'arrêt, ce qui veut dire que le pays sera désormais plongé dans le noir, après l'arrêt des centrales de Zahrani (Sud) et Deir Aamar (Nord), leurs stocks de mazout ayant été épuisés. La capacité de production totale de courant est ainsi tombée sous les 270 MW, précise EDL. "Il est impossible pour le moment de rétablir le courant", a reconnu la compagnie. Selon la chaîne LBCI, l'office tente de rétablir le courant "manuellement", en l'absence d'un centre de commandement national, le siège principal de la compagnie, située rue d'Arménie à Beyrouth, ayant été entièrement endommagé par l'explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de la capitale.

"Le réseau de production électrique libanais a complètement cessé de fonctionner aujourd'hui à midi et il est peu probable qu'il puisse être remis en fonction avant lundi prochain", a déclaré pour sa part un responsable libanais à Reuters, sous couvert d'anonymat.

EDL affirme dans ce contexte qu'une cargaison de fuel de catégorie A doit arriver samedi en soirée mais ne sera  déchargée dans les centrales de Zouk (Kesrouan) et Jiyé (au sud de Beyrouth) qu'en début de semaine prochaine.

Une source au ministère de l'Energie a pour sa part indiqué à l'AFP que des efforts étaient déployés "pour trouver une solution au problème". 

En soirée, samedi, EDL a affirmé avoir reçu 6 millions de litres de gasoil de la part de l’armée libanaise afin d’alimenter les centrales de Deir Aamar et Zahrani pendant trois jours. Ces quantités doivent assurer une production supplémentaire de 300MW, pour un total de 500 MW.

ll y a exactement une semaine, une panne générale avait déjà été signalée, alors que le réseau électrique risque de s'effondrer à tout moment en raison des pénuries et d'infrastructures défaillantes. Cette panne était intervenue deux jours après l'arrêt de la production d’électricité fournie par deux centrales flottantes louées à Karpowership, la filiale de l’opérateur turc Karadeniz Holding, une production qui assurait près du quart des capacités totales pouvant être mobilisées par EDL (autour de 1 800 MW selon l’organisme public). Mais leurs unités de production n’étaient presque plus mises à contribution depuis deux semaines en raison des problèmes d’approvisionnement d’EDL en carburant.

Lire aussi

Réforme de l’électricité : créer une autorité de régulation est une condition nécessaire mais non suffisante

Le 23 septembre dernier, EDL avait déjà prévenu contre un risque de blackout total à partir de début octobre. Depuis la fin de la guerre civile libanaise en 1990, le réseau électrique public, largement déficient et dont les infrastructures sont dans un piteux état, coûte chaque année au Trésor des milliards de dollars, aggravant toujours plus la dette publique. Le pays, qui poursuit sa descente aux enfers depuis le début d'une grave crise à l'été 2019, n'a plus de liquidités suffisantes pour se procurer le fuel nécessaire au fonctionnement de ses centrales électriques, et les générateurs privés, qui prennent normalement le relais lors des périodes de rationnement du courant public, ne parviennent plus à se procurer du mazout en raison de la pénurie de carburant. Pour ne rien arranger, et faute de liquidités suffisantes, la Banque du Liban (BDL) a presque totalement levé ses subventions en place depuis deux ans sur les carburants et autres produits et matières de première nécessité. Cela a provoqué une flambée des prix de ces carburants.

Dans ce contexte, Le Liban a entamé, en août, des contacts avec l’Égypte, la Jordanie et la Syrie pour augmenter sa production d’électricité, à la suite de l’annonce de ce projet par les États-Unis, malgré les sanctions imposées au régime syrien dans le cadre de la loi César. Entre temps, les autorités continuent de miser sur des solutions à court terme, comme l'importation de fuel irakien.


Le réseau électrique gouvernemental au Liban était totalement en panne, en raison de l'arrêt de deux centrales suite à l'épuisement de leurs stocks de fuel, a annoncé samedi Electricité du Liban (EDL), alors que le pays souffre de graves pénuries, qui ont provoqué de nombreuses pannes similaires ces derniers mois.La compagnie a annoncé dans un communiqué que le réseau électrique...

commentaires (9)

Au liban tt est a l'arrêt y'a plus rien qui marche sauf bien sûr chez les ZOUHAMA qui profitent de la détresse des gens

Derwiche Ghaleb

17 h 04, le 10 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Au liban tt est a l'arrêt y'a plus rien qui marche sauf bien sûr chez les ZOUHAMA qui profitent de la détresse des gens

    Derwiche Ghaleb

    17 h 04, le 10 octobre 2021

  • Mathématique : Pénurie + Stockage + Contrebande d' ESSENCE + GAZOLE = ??? Pénurie ÉLECTRICITÉ = ??? La réponse, vous l’avez . Conclusion : on aurait dû soumettre/résoudre cette équation il y a 2 ans au MOINS on aurait eu une RÉVOLUTION (ha,ha )

    aliosha

    12 h 00, le 10 octobre 2021

  • Et Mikati a accepte de leur donner le ministere de l' energie encore une fois... C 'est les memes ministres de Diab.rien n'a change a part la mini et les fables.

    Nassar Jamal

    08 h 04, le 10 octobre 2021

  • Un accomplissement de plus du régime fort et du président encore plus fort et du gendre le plus fort qui avait promis l’électricité 24/24, il s’est juste trompé de termes, c’est le black out 24/24. A t on connu une période plus catastrophique que celle par laquelle on passe actuellement ? Et qui est le premier responsable : le président Michel Aoun, point à la ligne.

    Censuré par l’OLJ

    22 h 34, le 09 octobre 2021

  • Rendez l'Energie à Gendrillon et vous verrez. Si ”ils” le laissent faire, il fera sûrement des miracles car c'est un génie. Ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha ha!

    Gros Gnon

    22 h 16, le 09 octobre 2021

  • Quel désastre! Mais qui donc était aux commandes du Ministère de l’Energie ces dernières années pour qu’on se retrouve dans une situation si catastrophique?!?!? Une chose est sûre: ce type n’est vraiment pas une lumière…

    Karim K

    20 h 22, le 09 octobre 2021

  • Quel correspondance avec la visite de l'envoyė des barbus, un hasard ?

    Je partage mon avis

    16 h 19, le 09 octobre 2021

  • S'il pouvait nous alléger de sa présence, pour le reste on gère.....

    Je partage mon avis

    16 h 15, le 09 octobre 2021

  • Il y a un barbu qui vient de passer chez nous avec plein de propositions allégeantes ...

    Zeidan

    14 h 37, le 09 octobre 2021

Retour en haut