Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

À l’approche des élections, le Hezbollah montre les muscles

En s’en prenant vertement aux États-Unis, le parti chiite cherche à renflouer son image auprès de sa base électorale.

À l’approche des élections, le Hezbollah montre les muscles

Hachem Safieddine, président du conseil exécutif du Hezbollah, lors de condoléances dans la banlieue sud de Beyrouth, le 13 mai 2016, après la mort du responsable militaire du parti chiite, Moustapha Badreddine, tué en Syrie un an auparavant. Anwar Amro/AFP

Pour le Hezbollah, la campagne électorale a déjà commencé. Sorti renforcé de ce qu’il considère être une victoire diplomatique dans l’affaire du fuel iranien acheminé au Liban, le Hezbollah reprend du poil de la bête. Depuis une dizaine de jours, le parti chiite a haussé le ton à l’adresse des États-Unis et musclé son discours dans une volonté manifeste de préparer son public aux prochaines législatives, qui devraient avoir lieu le 27 mars 2022.

Le président du conseil exécutif du parti, Hachem Safieddine, considéré comme le candidat le plus sérieux à la succession de Hassan Nasrallah, a tenu dimanche un discours particulièrement virulent ponctué de menaces à l’adresse des États-Unis et de leurs alliés au Liban. Le dignitaire chiite a accusé Washington de vouloir changer l’équation politique lors du prochain scrutin en faisant accéder à l’hémicycle une « trentaine d’élus issus des ONG qui sont des agents des États-Unis ». Le Hezbollah accuse régulièrement les membres des ONG mais aussi les opposants chiites et les partis politiques issus de la société civile d’être des agents au service de Washington. Hachem Safieddine a aussi accusé les États-Unis d’avoir infiltré l’État libanais et d’avoir leur mot à dire sur les plans sécuritaire, politique, économique et financier. Les États-Unis sont les principaux bailleurs de fonds de l’armée libanaise. « C’est un discours extrêmement grave, qui laisse entendre que plus de la moitié des Libanais sont des agents à la solde des États-Unis qui ne sont d’ailleurs aucunement l’ennemi du Liban », commente l’ancien officier de l’armée, le général Khalil Hélou. Selon lui, c’est clairement l’institution militaire libanaise, formée, équipée et armée par l’administration US, qui est entre autres visée.

Lire aussi

Le Hezbollah pointe du doigt une intervention US « directe » dans l’enquête

Le chef du bloc parlementaire du parti, Mohammad Raad, a tenu des propos dans la même veine le 26 septembre dernier. Il avait mis en garde « les ennemis du Liban » contre des pressions exercées sur les « candidats proches de la résistance » lors des futures élections. « Ceux qui pensent changer l’orientation politique du pays en contrôlant la future majorité parlementaire se trompent », avait averti le député. Le parti chiite semble aborder les prochaines législatives avec une certaine appréhension compte tenu du contexte local marqué par l’effondrement du pays et la révolte populaire. Même s’il obtient de bons résultats, il doit espérer que ses alliés, notamment le Courant patriotique libre (CPL) en fasse de même pour conserver sa majorité au Parlement.

Le mufti jaafarite, Ahmad Kabalan, proche du Hezbollah, en a rajouté une couche dimanche, en accusant la communauté internationale de brandir les urnes comme une solution à la crise, et dénonçant « l’argent politique qui sera versé en dollars frais » lors du prochain scrutin. C’est notamment le vote des Libanais de l’étranger que le parti chiite craindrait le plus dans la mesure où il lui est difficile de contrôler le processus par-delà les frontières, comme il le fait sur son propre territoire et dans les circonscriptions qui lui sont majoritairement acquises. La loi électorale prévoit actuellement six sièges, un par continent, pour représenter la diaspora libanaise. Le Hezbollah a été l’un des premiers à exprimer ses appréhensions à l’égard du vote de la diaspora, craignant que des pressions soient exercées contre les électeurs proches de la résistance. Des inquiétudes qui n’avaient pourtant pas été soulevées en 2018 alors que les équilibres politiques au Liban et dans la région étaient quasiment similaires et que le bras de fer entre l’Occident et l’Iran battait déjà son plein.

« Le Hezb œuvre depuis le début pour en arriver là »

Si le parti chiite craint de perdre des points lors des prochaines législatives, il mise dans le même temps sur ses activités clientélistes pour fidéliser sa base. L’arrivée et la distribution du fuel iranien s’inscrit dans cette stratégie dans laquelle le Hezbollah se présente comme un substitut à l’État. Dans son discours, Hachem Safieddine a estimé que le Liban devait se repositionner par rapport au changement progressif du contexte international qu’il estime être de plus en plus favorable à « l’Axe de la résistance ». Le secrétaire général du parti, Hassan Nasrallah, a appelé à plusieurs reprises par le passé à regarder vers l’Est considérant qu’il est dans l’intérêt du Liban de s’éloigner du giron occidental. « Nous devons être forts dans l’équation régionale. Le mazout n’est pas une affaire de carburant uniquement mais un dossier relatif aux mers et aux océans », a encore dit Hachem Saffieddine, en allusion à la route géostratégique que l’Iran tente de percer en direction du monde arabe, en passant par l’Irak, la Syrie et le Liban. Le Hezbollah considère que la crise économique est la résultante d’un blocus américain pour en finir avec le parti pro-iranien et que l’importation du fuel constitue en ce sens une victoire stratégique. Dans son discours, le président du conseil exécutif du parti laisse entendre pour la première fois de façon aussi explicite que l’emprise iranienne sur le Liban est quasiment acquise. « Cela n’a rien d’étonnant puisque le Hezb œuvre depuis ses débuts pour en arriver là. Les circonstances actuelles et les équilibres de force en présence lui donnent la main haute sur tout. Le plus désolant, c’est qu’aucun des hauts responsables du pays (le président, le chef du législatif et le Premier ministre) ne va le contredire ou le freiner », commente le général Khalil Hélou.

Lire aussi

Les Etats-Unis et le Qatar sanctionnent ensemble des "financiers" du Hezbollah

Selon un analyste proche du parti chiite, ce dernier tente effectivement de monnayer sa « victoire » face au blocus américain. « En faisant un étalage de force face à l’adversaire américain, il cherche à gagner la bataille des élections », avance cette source qui a requis l’anonymat. Certains observateurs vont encore plus loin et considèrent que les menaces frontales proférées à l’encontre des intérêts américains dans la région reflètent clairement l’impasse à laquelle sont parvenus les États-Unis et l’Iran dans le cadre des négociations autour du dossier du nucléaire. Malgré une volonté partagée de ressusciter l’accord nucléaire, les négociations piétinent depuis des mois. « Le parti chiite est en train de signifier à ses adversaires que le dossier libanais échappe aux enjeux des pourparlers de Vienne », décrypte un analyste proche du 14 Mars.


Pour le Hezbollah, la campagne électorale a déjà commencé. Sorti renforcé de ce qu’il considère être une victoire diplomatique dans l’affaire du fuel iranien acheminé au Liban, le Hezbollah reprend du poil de la bête. Depuis une dizaine de jours, le parti chiite a haussé le ton à l’adresse des États-Unis et musclé son discours dans une volonté manifeste de préparer son...

commentaires (18)

Ce jeune téméraire du parti pro iranien manque de beaucoup de "diplomatie" . Il semble que la méthode du chef actuel lui échappe totalement.

Esber

03 h 19, le 07 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Ce jeune téméraire du parti pro iranien manque de beaucoup de "diplomatie" . Il semble que la méthode du chef actuel lui échappe totalement.

    Esber

    03 h 19, le 07 octobre 2021

  • Usurper le Nom de Dieu pour s’implanter de gré ou de force dans des contrées lointaines, faire le trafic de drogue en tous genres, et assassiner sans vergogne et sans distinction tout opposant à son idiot-logie **idéologie** et ceci au nom de l’éternel, est un péché mortel quelques soit la religion pratiquée. En plus de s’enorgueillir d’être à la solde de l’Iran, n’est pas du tout en son honneur. Le Hezb joue sur sa supposée Libanité pour servir de port d’attache aux mollahs Iraniens, si le Hezb est vraiment Libanais et qui sert les intérêts de l’Iran, il est donc un traitre ! s’il se réclame Iranien d’origine pour justifier sa vassalisation à l’Iran, alors il n’a rien à faire au Liban. Dans tous les cas le Hezb n’est pas chez lui au pays du Cèdre, et n’est pas le Bienvenu chez nous. S’il veut vendre ses services assassins, qu’il le fasse au nom de l’Iran, comme les russes avec leurs mercenaires en Afrique et ailleurs. Les élections sont perdues d’avance ! le peuple Libanais dans son ensemble, toutes confessions confondues, ne veulent pas de ces vendeurs de la mort, même au nom d’un Dieu qui, ne les a pas autorisé de tuer en son Nom ! Dieu est AMOUR et bonté, il ne nous a jamais ordonné voler piller tuer en son nom ! ou alors qu’on nous prouve le contraire !!! que Dieu soit loué … alléluia !!!

    Le Point du Jour.

    23 h 26, le 05 octobre 2021

  • Les muscles il faut les montrer devant les forages pétroliers!

    PROFIL BAS

    22 h 17, le 05 octobre 2021

  • Je suis certain que le Hezbollah a terriblement peur des urnes, des élections qui constituent des "armes" terriblement efficaces dans un pays comme le Liban. Les Libanais de l'étranger ne feront pas évoluer le Liban tout comme tous ceux qui sont en instance de départ. Seuls ceux qui restent auront leur mot à dire et puis la résistance à satan vaincra grâce à la foce perse. De nombreux de Libanais disent que le Liban va changer avec ce parti glorieux mais vivre avec ses illusions et l'aveuglement ont empêché ces mêmes Libanais de ne pas voir le pays changer depuis bien longtemps...

    Georges Olivier

    21 h 48, le 05 octobre 2021

  • Si les libanais ont compris maintenant .. on le verra bien aux prochaines élections personnes ne devait voter pour eux et leurs alliés

    Bery tus

    15 h 29, le 05 octobre 2021

  • Déjà ce ( dignitaire) chiite est un grand traître barbu indigne du Liban ! Ensuite sa bande terroriste est en train de se court-circuiter à feu doux et tôt ou tard elle va déambulé vers l’Iran, sa patrie mère ou s’enterrer dans les profondeurs de l’abîme.

    Wow

    14 h 57, le 05 octobre 2021

  • Le Chameau ne voit pas sa bosse !

    DRAGHI Umberto

    12 h 50, le 05 octobre 2021

  • Ils déclarent ouvertement travailler pour le compte d’un pays étranger sans sourciller puis viennent accuser les libanais dans leur ensemble d’être des agents vendus parce qu’ils essaient de se débarrasser de leur main-mise de mercenaires traitres. C’est le pompon. Le fait que le président de ce pays le chef du législatif et le premier ministre n’ont rien entre les jambes pour leur boucler le caquet lorsqu’ils se gargarisent de patriotisme et de vertus loufoques leur donnent une tribune pour les sous développés mentalement et intellectuellement de prendre leurs mensonges pour des vérités. Ils n’ont jamais osé contredire ces malotrus et pour cause, ils les ont poussé au vice avec le bal des pillages où ils sont tous mouillés et n’osent pas la ramener de peur d’être démasqués. Sinon, qu’est ce qui les empêche de monter au créneau pour leur signifier que les seuls traitres et agents vendus ne sont autres que ceux qui sont armés par un état ennemi et qui déclarent à longueur de discours qu’ils œuvrent pour ce pays étranger et qu’ils en sont fiers. Ils ratissent large maintenant en attaquant l’institution qui représente la colonne vertébrale de notre pays, l’armée, après avoir essayé de pulvériser la justice qui est le socle de l’édifice national. Ils peuvent aboyer, la caravane passera et c’est déjà acquis.

    Sissi zayyat

    12 h 40, le 05 octobre 2021

  • Qu'il est mignon! Si ce n'est lui, c'est donc son frère! Ils les sortent d'un moule tous ces "dignitaires"! Mais encore une fois, qui donc change l'orientation du Liban si ce n'est eux? Ils sont forts, mais ils se terrent dans des caves et des egouts, il vocifèrent, ce qui est plus un signe de peur et de faiblesse!

    Bachir Karim

    10 h 44, le 05 octobre 2021

  • Le vote depuis l'etranger va compter enormement. Attention, tous prêts au signal?

    Marie-Hélène

    10 h 42, le 05 octobre 2021

  • Le Hezbollah sent qu'il doit mettre le paquet pour empêcher que le peuple ne se retourne contre lui. Trop tard il l'est déjà surtout après être sorti de l'ombre pour couvrir les corrompus qui se sont avéré être sa façade pour ses propres méfaits. Ne pouvant plus convaincre le peuple de par ses réalisations, toutes fausses ou imaginaires a ce jour, il monte au créneau avec menaces et anathèmes. Sa condamnation favorite étant que tous les autres sont des agents d'ambassades mais lui, autre qu’être le suppôt du Fakih, il est l'unique patriote. Le Hezbollah a au moins le mérite d’être consistant dans sa politique. Il s'en est jamais cache. Il est temps a tous les Libanais de leur mettre en face les partis souverainistes qui peuvent lui tenir tête et politiquement et sur le terrain. Aux prochaines élections votez utile votez LF, PNL ou Kataeb ! Plus il y en aura au parlement plus difficile passera le projet Iranien. A bon entendeur salut !

    Pierre Hadjigeorgiou

    10 h 30, le 05 octobre 2021

  • Le Hezbollah peux gesticuler autant qu'il veut ! Plus personne n'est sourd ou aveugle ! On a tous vu et entendu Hassan Nasrallah et Wafic Safa agresser ce qui reste de justice dans ce malheureux pays. Mais la cour d'appel a montré l'exemple ! NO FEAR ! Ces elections, ce sera notre "remontada" a nous !!

    Lebinlon

    10 h 12, le 05 octobre 2021

  • Ils font de la merde et ils en sont fiers ... ils gesticulent, aux dépends des Libanais et du Liban. Cela montre l'étendu de leur courage aussi, ils se terrent quand le vend tourne contre eux et ils ressortent comme les loups des bois pour aboyer prêts à déguerpir au moindre coup de semonce.

    Zeidan

    08 h 45, le 05 octobre 2021

  • Encore un de ces visages qui irradient la bonté et l'ouverture d'esprit vers l'autre. La vie avec eux est joyeuse et remplie d'espoirs, grâce à leurs muscles très actifs...et la couleur noire dominante pour leurs vêtements et ceux des femmes... - Irène Saïd

    Irene Said

    07 h 57, le 05 octobre 2021

  • Lorsqu’on avoue publiquement et a maintes reprises qu’on est des subalternes de l’Iran et qu’on a pour mission de mettre en place sa politique expansionniste sectaire et retrograde on se tait. Dans ce cas accuser les autres d’etre des agents devient franchement ridicule. Pauvre Liban, contrôle’ par des hordes arme’es, ignares et par des hauts ‘’responsables’’ vendus, soumis et criminels

    Goraieb Nada

    07 h 57, le 05 octobre 2021

  • Heureusement que le HEZB,lui,n est l agent d aucune puissance etrangere…..

    HABIBI FRANCAIS

    07 h 49, le 05 octobre 2021

  • Que veut dire l’expression « le dignitaire chiite »? Que ce monsieur est digne de représenter une catégorie des Libanais qu’on a rangé dans l’étagère chiite? Ce n’est pas ça la dignité. Et sauf une poignée d’ignorants à qui tout manque (surtout la culture politique), il ne représente personne

    NAJJAR Karim

    03 h 39, le 05 octobre 2021

  • DES ELECTIONS AVEC UNE COMMUNAUTE ARMEE JUSQU,AUX DENTS ET AYANT UNE ARMEE ET DES INSTITUTIONS ETATIQUES, A L,INTERIEYR DU PAYS, EST UNE BLAGUE. CEUX QUI L,ACCEPTENT SONT DES IDIOTS.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    00 h 40, le 05 octobre 2021

Retour en haut