Rechercher
Rechercher

Lifestyle - La mode

« A New Land », la première collection « prêt-à-voler » de Salim Azzam

C’est sa première collection masculine. Dans un Liban où la plupart des jeunes rêvent de partir, sans surprise, elle est dédiée aux terres vierges, aux nouveaux élans. En broderies d’ailes ou de nuages, Salim Azzam livre pour le printemps-été 2022 l’un des chapitres les plus émouvants de sa carrière.

« A New Land », la première collection « prêt-à-voler » de Salim Azzam

Salim Azzam, « A new Land » homme printemps-été 2022. Photos DR

Les manches de la veste noire ont des ailes de grand rapace. Il suffit d’ouvrir les bras pour planer au-dessus des contingences et croire qu’un ailleurs est possible. Les chemises sont parsemées de légers nuages. L’une d’elles porte à la poitrine le médaillon d’un ciel entier brodé au tambour. Les chemises sont largement ajourées pour se prêter à des superpositions créatives. Un débardeur au crochet sur lequel se dessinent des formes d’oiseaux émerge parfois sous les deux pans boutonnés, trahissant un rêve secret d’évasion. Une cape portée à la romaine est taillée dans un satin bleu froncé à la manière des kilts traditionnels des trousseaux de mariée. Ailleurs, se détachent des nuages pourpres, des lunes de la dernière nuit et des étoiles de la première pluie.


Salim Azzam, « A new Land » homme printemps-été 2022. Photos DR

De la modernité avec des techniques anciennes

Depuis son retour du Canada il y a quelques années, Salim Azzam est attaché corps et âme à Bater, son village natal dans la montagne libanaise. Dans cette capsule de tranquillité, au cœur d’une nature fabuleuse où les quatre saisons déploient leurs charmes pittoresques, cet illustrateur de formation, lauréat du 3e prix de la saison 2 de Génération Orient, se consacre à la préservation des savoir-faire ancestraux principalement détenus et transmis par les femmes.

Pour mémoire

L’ode de Salim Azzam au « Vieux Monde »

Dans cette région du Chouf célèbre pour ses borderies traditionnelles, il s’attache à produire de la modernité avec des techniques anciennes et de la pertinence avec les outils du passé. Ses collections, basées sur des patrons simples inspirés du costume traditionnel, servent avant tout de supports pour des motifs inédits empreints d’une infinie poésie. Le clip de la collection, dirigé par Élie Fahed sur une musique de Wassim Abou Malham et avec la voix d’Amal Nassif, illustre dans une atmosphère d’inquiétude les hésitations d’un groupe de jeunes au seuil d’un départ fictif, leur envol rêvé et leur arrivée émerveillée.


Salim Azzam, « A new Land » homme printemps-été 2022. Photos DR

« La nostalgie de notre hier que nous emportons avec nous dans cette terre nouvelle »

Avec ses propres mots, Salim Azzam tente de définir sa vision : « Et si nous pouvions tous partir quelque part ? pensai-je. Un endroit où nos rêves les plus grands et les plus fous pourraient nous emmener. Où nous pourrions aller, non pas pour nous échapper, mais plutôt pour continuer, avancer dans le chemin de notre vie. Pas un autre monde mais plutôt un nouveau coin ? Imaginer une voie à suivre qui ne soit pas nécessairement linéaire. Quelque part où tu lèves les yeux et remarques le scintillement des étoiles, entends le chant des oiseaux, sens le froid d’une brise nocturne… Un endroit vierge où les nouveaux départs sont encouragés ; où l’empressement de recommencer est palpable.


Salim Azzam, « A new Land » homme printemps-été 2022. Photos DR

Notre première collection officielle pour homme, A New Land, est celle où nous célébrons le besoin et le désir d’un nouveau départ. La ligne de l’horizon que l’on aperçoit au loin ne sépare que légèrement le ciel de la terre et résume le grand potentiel de nos rêveries. Dans ce lieu, se trouvent et se perfectionnent une nouvelle notion de la paix, des valeurs et des compétences. Il est propice aux nouveaux commencements – à perte de vue, chargés de notre savoir-faire, de la nostalgie de notre hier, que nous emportons avec nous dans cette terre nouvelle. Ce «nouveau pays» à l’esprit, nous avons décidé de nous aventurer et d’introduire de nouvelles techniques de point de croix pour transformer nos illustrations sur les tissus délicats, imitant l’abstraction et l’élégance d’un nouveau passage, une nouvelle voie à suivre.


Pour célébrer la beauté que représentent un nouveau voyage et un nouveau chapitre, les symboles du voyage sont omniprésents dans toute la collection. Les pièces se déclinent à travers une palette magnifique. Les couleurs franches mais simples pour un port sans effort sont aussi rehaussées de camaïeux, de nuances métalliques, lumineuses et vives. Les pantalons pattes d’eph ou Charleston rendent hommage à mon père et à la génération des années 70. Le traditionnel sarouel est associé à un gilet bleu cristal et représente la progression naturelle d’un atterrissage, en fines broderies d’étoiles blanches étincelantes dans un ciel sombre et austère. La notion d’oiseaux éphémères est brodée sur les épaules et les poitrines. Associées et portées, ces pièces réinterprètent et modulent à l’infini une image ou une scène, et lui donnent vie. Nous sommes tous prêts, impatients et déterminés à tourner la page. Fermez les yeux, respirez une nouvelle bouffée d’air et ouvrez-les pour découvrir notre nouvelle terre, où les rêves errent librement. C’est la même sensation que de contempler par le hublot d’un avion le scintillement des étoiles ou se laisser emporter dans un nouveau voyage, une nouvelle normalité. Rêver et voler sont mes deux constantes. »

Pour mémoire

Pour une « Nuzha » avec Salim Azzam

On aimerait seulement que ce déploiement d’ailes, de plumages et de nuages rehausse aussi les collections féminines, plus « terriennes » avec leurs bouquets de fleurs et d’agrumes et leurs oiseaux perchés. Mais tout se passe comme si, dans la vision de Azzam, les femmes représentent la stabilité qui permet aux hommes de partir légers. « Si seulement j’étais un oiseau pour voler à tes côtés », dit la mère dans la magnifique mélopée qui accompagne la bande-son du clip.


Les manches de la veste noire ont des ailes de grand rapace. Il suffit d’ouvrir les bras pour planer au-dessus des contingences et croire qu’un ailleurs est possible. Les chemises sont parsemées de légers nuages. L’une d’elles porte à la poitrine le médaillon d’un ciel entier brodé au tambour. Les chemises sont largement ajourées pour se prêter à des superpositions créatives....

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut