Rechercher
Rechercher

Société - Écologie

Nasser Yassine s’attaque au dossier des feux de forêts

Le Liban a perdu 11 500 hectares de terrains verts en trois ans.

Nasser Yassine s’attaque au dossier des feux de forêts

Le ministre Nasser Yassine a tenu hier une réunion avec les responsables de réserves naturelles au Liban. Photo ANI

Le ministre de l’Environnement Nasser Yassine a tenu hier une réunion avec les responsables des réserves naturelles dans le pays ainsi qu’avec des experts environnementaux, pour discuter avec eux de la gestion des risques d’incendies de forêts, alors que le Liban vient de perdre de larges espaces verts dans le Akkar, ravagés par les flammes en quelques semaines.

« Les réserves naturelles ne dépassent pas les 3 % de la surface du Liban mais leur protection face aux feux de forêts doit servir d’exemple de gestion pour les autres espaces verts dans le pays », a indiqué le ministre. « Notre but est d’utiliser la technologie pour alerter sur les incendies et protéger les sites naturels. La surveillance et l’intervention humaines rapides restent importantes », a-t-il conseillé, sans pour autant évoquer l’affaire, pourtant fondamentale à ce niveau, des gardes forestiers dont le Liban devait se doter depuis quelques années déjà. Malheureusement, la loi portant sur leur désignation avait été renvoyée au Parlement par le président Michel Aoun, qui avait refusé de la signer sous prétexte que le choix de ces sentinelles ne respectait pas l’équilibre communautaire, alors que le rôle de ces derniers est essentiel au niveau des alertes précoces.

M. Yassine a par ailleurs annoncé que son département compte s’appuyer sur les activités qui s’inscrivent dans le cadre de deux programmes de gestion des terrains verts, l’un mis en œuvre par le PNUD et financé l’un par Global Environment Facility et l’autre par l’Italie pour « prévenir et limiter les incendies de forêts ».

Georges Mitri, professeur associé à l’Université de Balamand et directeur du programme Terre et ressources naturelles, a mis en relief dans son intervention la gravité de la détérioration des terrains boisés au cours des deux dernières années. « Le Liban a perdu 3 000 hectares d’espaces verts en 2019, alors que la moyenne annuelle est de 1 000 hectares. En 2020, ce sont 7 000 hectares qui sont partis en fumée et cette année plus de 1 500 hectares de forêts ont brûlé au Akkar », a-t-il dit.


Le ministre de l’Environnement Nasser Yassine a tenu hier une réunion avec les responsables des réserves naturelles dans le pays ainsi qu’avec des experts environnementaux, pour discuter avec eux de la gestion des risques d’incendies de forêts, alors que le Liban vient de perdre de larges espaces verts dans le Akkar, ravagés par les flammes en quelques semaines.« Les réserves...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut