Rechercher
Rechercher

Politique - Crise de carburants

Téhéran : L'envoi de carburant iranien est une opération "normale d'achat par des commerçants libanais"

"Si le gouvernement libanais veut acheter du carburant, nous sommes à sa disposition", dit le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

Téhéran : L'envoi de carburant iranien est une opération

À Baalbeck, des partisans du Hezbollah accueillent les camions-citernes qui transportent le mazout iranien, le 16 septembre 2021. Photo AFP

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, a affirmé dimanche que la livraison de carburant iranien au Liban était "une opération normale d’achat de la part de commerçants libanais", en réaction aux propos du Premier ministre Nagib Mikati qui avait déploré une "absence de souveraineté au Liban" après l’arrivée de la première cargaison de fuel iranien.

"Vente tout à fait normale"

"Cette opération commerciale s’est déroulée à la demande de commerçants libanais et il s’agit d’une vente tout à fait normale, en vertu de laquelle du carburant a été envoyé", a affirmé le porte-parole Saïd Khatibzadeh, cité par l’agence iranienne Fars, qui a souligné qu’il réagissait aux propos de M. Mikati. Il a assuré qu’il ne voulait pas interférer dans les affaires intérieures libanaises, mais ajouté que "si le gouvernement libanais veut nous acheter des carburants pour régler les problèmes de sa population, nous sommes à sa disposition".

Réagissant à cette déclaration, des sources proches du Premier ministre Nagib Mikati, citées par son site d’information, Lebanon 24, ont réaffirmé que "le gouvernement libanais n’a demandé aucune cargaison de carburants à l’Iran".

Au lendemain de l’arrivée dans la Békaa à travers des points de passage illégaux avec la Syrie du carburant iranien pour le compte du Hezbollah, M. Mikati avait déploré dans une interview à CNN une "absence de souveraineté au Liban", indiquant toutefois qu'il ne craignait pas que des sanctions américaines visent le pays "vu que le gouvernement libanais n'a pas approuvé" ces importations.

Lire aussi

« Ce mazout, c’est la résistance »

Distribution "loin de toute considération confessionnelle"

Les stations al-Amana ont pour leur part annoncé qu’elles avaient commencé dimanche à distribuer le mazout iranien gratuitement aux hôpitaux gouvernementaux et aux organisations caritatives. Selon le responsable de la direction de ces stations dans la Békaa, Mohammad Yaghi, cité par l’Agence nationale d’information (Ani, officielle), la priorité ira aux hôpitaux gouvernementaux, aux maisons de retraite, aux orphelinats, aux offices de l’Eau dans les mohafazats et aux municipalités des villages qui doivent pomper l’eau potable, aux pompiers et à la Croix Rouge libanaise.

M. Yaghi a assuré que la distribution se faisait ''loin de toute considération confessionnelle, communautaire ou politique'', conformément aux directives du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Il a ajouté que la vente de mazout, à des prix inférieurs à ceux pratiqués sur le marché local, commencerait à partir de mardi pour les hôpitaux privés, les usines de médicaments, les minoteries, les boulangeries ou encore les supermarchés.

Quatre convois composés de 80 camions citernes chargés de carburant iranien étaient arrivés jeudi matin dans la Békaa, à travers un point de passage illégal dans le Hermel, acheminant la cargaison d'un navire iranien déchargée dans le port syrien de Banias. Les camions-citernes ont été accueillis dans la liesse par des sympathisants du Hezbollah dans ce fief du parti pro-iranien. Ce transit par la Syrie et la traversée de la frontière via un passage illégal semblent avoir pour objectif d'éviter que le Liban ne soit directement visé par des sanctions américaines, imposées normalement sur toutes les importations iraniennes et toute transaction financière avec ce pays.

Lire aussi

« Le diesel introduit en contrebande en Syrie nous sera restitué en tant que fuel iranien »

Un deuxième convoi de camions chargés de mazout iranien commandé par le Hezbollah est arrivé dans le Hermel, au nord de la Békaa, dans la nuit de vendredi à samedi. Les camions ont déchargé leur cargaison à Baalbeck dans les réservoirs des stations-service Amana, détenues par le Hezbollah et visées depuis février 2020 par des sanctions américaines, avant d'être distribuées sur le marché, par ordre de priorités.

Selon le site TanckerTrackers, spécialisé dans le trafic maritime, le troisième navire a quitté l'Iran. "Le troisième tanker transportant du fuel iranien destiné au Hezbollah pour être distribué au Liban a été chargé et il est en route", a affirmé le site sur son compte Twitter.

L’agence Reuters avait rapporté que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait annoncé l’arrivée prochaine de ces navires iraniens pour soulager les Libanais qui souffrent de la grave crise des carburants, et que la cargaison du premier bateau avait été achetée par des hommes d’affaires chiites.


Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, a affirmé dimanche que la livraison de carburant iranien au Liban était "une opération normale d’achat de la part de commerçants libanais", en réaction aux propos du Premier ministre Nagib Mikati qui avait déploré une "absence de souveraineté au Liban" après l’arrivée de la première cargaison...

commentaires (10)

C’est un commerce comme un autre entre l’Iran et des commerçants du Liban? Qu’à cela ne tienne, on va demander aux commerçants libanais de conclure des actes de ventes pour toutes les matières qui manque au peuple iranien sans passer par le gouvernement du Fakih pour voir leur réaction même si la marchandise n’est pas disponible et que son acheminement reste hypothétique, juste pour savoir si cela sera toléré par les autorités en questions et qu’ils continueront à tenir le même discours.

Sissi zayyat

17 h 33, le 20 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • C’est un commerce comme un autre entre l’Iran et des commerçants du Liban? Qu’à cela ne tienne, on va demander aux commerçants libanais de conclure des actes de ventes pour toutes les matières qui manque au peuple iranien sans passer par le gouvernement du Fakih pour voir leur réaction même si la marchandise n’est pas disponible et que son acheminement reste hypothétique, juste pour savoir si cela sera toléré par les autorités en questions et qu’ils continueront à tenir le même discours.

    Sissi zayyat

    17 h 33, le 20 septembre 2021

  • Comment ça ! Je suis choqué. L’importation de ces carburants perses sont un acte héroïque de résistance. Elle est presque une victoire divine contre les USA, contre Israël et contre le Covid-19

    Censuré par l’OLJ

    16 h 52, le 20 septembre 2021

  • "… il ne craignait pas que des sanctions américaines visent le pays "vu que le gouvernement libanais n'a pas approuvé" ces importations …" - il n’a rien fait pour les empêcher non-plus, il est donc complice par omission…

    Gros Gnon

    23 h 20, le 19 septembre 2021

  • On pouvait penser qu’en raison de leur caractère sensible certaines marchandises étaient soumises à des restrictions, la douane étant chargée d’appliquer un grand nombre de réglementations nationales et toutes marchandises importées devant être soumises au préalable à une déclaration donc quid des taxes sur les produits pétroliers et des taxes additionnelles des produits pétroliers ? En outre ces produits, à l’image du tabac, ne peuvent être importés que par l’état Libanais, à moins que le marché soit déréglementé et il sera possible d’acheter du tabac, légèrement moins lucratif, mais moins onéreux à l’achat….

    C…

    20 h 07, le 19 septembre 2021

  • Et ces commerçants sont privilégiés ? Pourquoi on ne paye pas de taxe, et pourquoi on ne peut vérifier la qualité, et surtout ces commerçants doivent comme les autres importateurs de carburants suivre les étapes officielles d'importation. De qui vous vous moquez ?

    Esber

    16 h 11, le 19 septembre 2021

  • En état occupant l'Iran peut déclarer ce qu'il veut. Où en et notre état libanais fort avec son toit an acier impénétrable même pas par la camelots iranienne? Ce soi-disant deal fut fait bien avant la formation de ce cabinet... même pas une réaction du toit suprême!!! Ou, y aurait-il des fissures ou de la corrosion dont il souffre!?

    Wlek Sanferlou

    15 h 37, le 19 septembre 2021

  • Non! Ce n'est pas "une opération normale d'achat par des commerçants libanais". Elle est illégale de bout en bout. Mais l'État libanais, en s'abstenant de faire respecter les lois, a montré son absence . Et cest ce que déplore - à juste titre - notre premier ministre. Sauf que celui-ci oublie que, jusqu'au vote de confiance par le Parlement, il est tout de même en charge des affaires courantes.

    Yves Prevost

    14 h 15, le 19 septembre 2021

  • Mikati montre ses muscles ! En apparence pour faire bonne figure ? l’avenir nous le dira ! A menteur, menteur et demi, qui de H.N. et du porte- parole du ministère Iranien des affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh ment ? Ce dernier affirme que le carburant iranien était une opération normale d’achat de la part de commerçants Libanais. Alors que H.N. prétendait que c’est le Hezb qui a commandé et payé le carburant. Ils ne coordonnent même pas leurs violons. Cherchez l’erreur ! D’autre part, la réponse de Saïd khatibzadeh prétendant que c’est une opération normale etc… Si c’était le cas, pourquoi passer en fraude par des chemins illégaux, sans payer la douane et sans déclaration à l’Etat Libanais, en livrant le carburant en catimini à des stations du Hezb pas à celles de l’Etat, qui sait mieux que personne qui en a besoin en priorité… Si cela n’est pas une atteinte à la souveraineté Libanaise, alors cela lui ressemble très très fortement ! Nous avons la preuve par dix, que l’Iran, son vassal le Hezb empiètent allègrement et de manière ostentatoire sans se gêner sur le droit de l’Etat Libanais et de ses lois. Croyez-vous que les ministres affiliés à Aoun/CPL/ Bassil, démissionneront avant ou après le vote de confiance ? Pour protester contre les agissements de leurs commanditaires qui portent atteinte à l’honneur des Libanais. Je vous fiche mon billet qu’ils ne feront rien !

    Le Point du Jour.

    13 h 37, le 19 septembre 2021

  • Non monsieur, ce n’est point normal même si cela peut servir la communauté chiite qui vainement parce que c’est une tromperie . Par contre, le fuel irakien est le bienvenu et nous remercions l’Irak, pays solidaire et respectueux des valeurs libanaises . L’Irak soutient amicalement le Liban depuis longtemps et j’espère que la réciprocité existe et se perpétue très longtemps.

    Wow

    12 h 39, le 19 septembre 2021

  • Les deux immenses photos de Hassan Nasrallah, représentent-elles l'un des "commerçants libanais" ayant acheté le carburant ? Donc, Tonton Nasrallah est aussi...commerçant ??? - Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 38, le 19 septembre 2021

Retour en haut