Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Le directeur de l'OMS "profondément inquiet" de l'impact de la crise économique sur la santé des Libanais

Le directeur régional de l'organisation en Méditerranée orientale, Ahmed al-Mandhari, appelle les autorités à trouver une solution à l'émigration massive du personnel soignant. 

Le directeur de l'OMS

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus (à l'avant-plan sur la photo), et le directeur régional de l'OMS en Méditerranée orientale, Ahmed al-Mandhari, lors d'une conférence de presse à Beyrouth, le 17 septembre 2021. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exprimé vendredi sa "profonde inquiétude" concernant l'impact de la crise socio-économique sur la santé des Libanais, et annoncé l'engagement de l'organisation internationale à "coopérer avec ses partenaires pour renforcer le système de santé" dans le pays du Cèdre. 

La visite de Dr Tedros a été organisée au cours des derniers jours alors que le Liban patauge dans une crise existentielle qui affecte toutes ses filières. Le secteur de la santé est particulièrement touché, nombre de médicaments et des quantités de carburants faisant défaut, ce qui paralyse le travail des hôpitaux et d'autres établissements. La pandémie de coronavirus et la double explosion au port de Beyrouth en 2020 n'ont fait qu'aggraver une situation dramatique. 

Au cours d'une conférence de presse à l'entrepôt de médicaments de la Quarantaine, dans la périphérie de Beyrouth, Dr Tedros a indiqué que sa visite au Liban lui avait permis de mieux comprendre les "défis" de la situation dans le pays, lors de réunions avec des dirigeants et de visites dans plusieurs institutions. "Je suis profondément inquiet de l'impact que la crise fait peser sur la santé et le bien-être des Libanais (...), le pays risquant de perdre les progrès enregistrés ces dernières décennies au niveau sanitaire", a-t-il dit.

Lire aussi

Face aux pénuries de médicaments, la galère des malades du cancer

Le directeur de l'OMS a souligné avoir évoqué, lors de ses entretiens avec les responsables, "l'importance que la santé soit mise au centre du dialogue politique". "Nous nous engageons à coopérer avec nos partenaires, de l'ONU ou autres, pour renforcer le système de santé au Liban", a-t-il déclaré, estimant que des "mesures d'urgence" doivent être prises, mais qu'elles ne seront pas suffisantes si des réformes structurelles ne sont pas mises en œuvre.

Equipe d'experts
Dr Tedros a annoncé, par ailleurs, que l'OMS enverrait prochainement une équipe d'experts pour aider les responsables et parties prenantes à "identifier les problèmes , formuler des solutions et mettre sur pied un programme stratégique de réformes" du secteur de la santé. Par la même occasion, il a salué la bonne gestion de la crise du coronavirus au Liban, formulant l'espoir que le pays pourra atteindre, d'ici la fin de l'année, le taux de vaccination ciblé dans le monde, à savoir 40% de la population. 

De son côté, le directeur régional de l'OMS en Méditerranée orientale, Ahmed al-Mandhari, a souligné que les besoins en matière de santé "sur le terrain, sont immenses, mais que les capacités sont importantes". Déplorant l'émigration des jeunes et du personnel soignant, il a appelé à trouver des solutions à ce problème. 

Pour sa part, la représentante de l’OMS au Liban, Imane Shankiti, a indiqué qu'au cours de l'année écoulée, l'OMS avait fourni de l'aide pour "combler les manques" de médicaments en rupture de stock, notamment pour les patients souffrant de cancer et de maladies chroniques. "Nous avons aidé 450.000 patients l'année dernière, et continuons à soutenir le même nombre cette année, identifiés comme des situations d'urgence. Mais, malheureusement, le nombre de ces cas augmente", a-t-elle déclaré.

Pour parvenir à répondre à la demande, l'OMS au Liban a lancé des appels à des donations "qui devraient se concrétiser dans les prochaines semaines". Concernant les pénuries de carburants, Mme Shankiti a affirmé que l'ONU avait lancé un programme de soutien à certains hôpitaux publics et privés, pour l'approvisionnement en mazout au cours des deux prochains mois. 

Plus tôt dans la journée, le chef de l'OMS avait été reçu à l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth par le ministre de la Santé, Firas Abiad, ancien directeur de cet établissement. Le Dr Abiad a, lors de cette visite, salué le soutien de l'OMS au Liban, estimant que ces aides ont constitué "la base de la lutte contre la pandémie de coronavirus", espérant "un plus grand appui" au cours de la période à venir, "notamment pour faire face à la crise et à ses répercussions sur les soins de santé".


Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exprimé vendredi sa "profonde inquiétude" concernant l'impact de la crise socio-économique sur la santé des Libanais, et annoncé l'engagement de l'organisation internationale à "coopérer avec ses partenaires pour renforcer le système de santé" dans le pays du Cèdre.  La visite...

commentaires (2)

IL EST INQUIET SUR LA SANTE DU PEUPLE LIBANAIS, CAR QUAND AUX MAFIEUX ILS SONT RONDS COMME DES BALLONS ET AVEC LES POCHES PLEINES DES ECONOMIES VOLEES DU PEUPLE ILS SONT DEVENUS OVALES ET SI GONFLES QU,ILS SONT PRETS A ECLATER AVEC LEUR NAUSEABONDE FRAGRANCE PERSANNE POUR LA PLUPART ET AUTRES POUR D,AUTRES.

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

00 h 32, le 18 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • IL EST INQUIET SUR LA SANTE DU PEUPLE LIBANAIS, CAR QUAND AUX MAFIEUX ILS SONT RONDS COMME DES BALLONS ET AVEC LES POCHES PLEINES DES ECONOMIES VOLEES DU PEUPLE ILS SONT DEVENUS OVALES ET SI GONFLES QU,ILS SONT PRETS A ECLATER AVEC LEUR NAUSEABONDE FRAGRANCE PERSANNE POUR LA PLUPART ET AUTRES POUR D,AUTRES.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    00 h 32, le 18 septembre 2021

  • c est un pensement sur une jambe en bois , c est la gangrène qu il faut retirer cad changer de gouvernail

    barada youssef

    16 h 53, le 17 septembre 2021

Retour en haut