Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Hommages au président du Conseil supérieur chiite Abdel Amir Kabalan, décédé à 85 ans

La présidence du gouvernement décrète deux jours de deuil national, dimanche et lundi.

Hommages au président du Conseil supérieur chiite Abdel Amir Kabalan, décédé à 85 ans

Le président du Conseil supérieur chiite, le cheikh Abdel Amir Kabalan. Photo ANI

Une pluie d'hommages a été rendue au président du Conseil supérieur chiite, le cheikh Abdel Amir Kabalan, décédé samedi soir à l'âge de 85 ans des suites d'une longue maladie. 

La dépouille mortelle du dignitaire chiite libanais a été transportée dimanche matin au siège du Conseil supérieure chiite où des condoléances se tenaient en présence d'officiels et de diplomates. Ses funérailles auront lieu mardi à Ghobeiry, dans la banlieue sud de Beyrouth, a annoncé le Conseil. La présidence du gouvernement a décrété deux jours de deuil national, dimanche et lundi. Les drapeaux ont été mis en berne, notamment au palais présidentiel de Baabda.

Photo ANI

Le cheikh Kabalan est né en 1936 dans le village de Mays el-Jabal au Liban-Sud, dans une famille de dignitaires chiites influents dans la région de Jabal Amel. Après avoir effectué ses études à Najaf, en Irak, il a travaillé avec le cheikh Mohsen al-Hakim, une grande référence chiite irakienne pendant plus de 10 ans, notamment lors du renversement des autorités au pouvoir. Il est ensuite rentré au Liban en 1963 et s'est installé à Bourj Brajné, dans la banlieue-sud de Beyrouth. Il a été élu mufti jaafarite en 1970, puis a occupé le poste de vice-président du Conseil supérieur chiite pendant plusieurs années, avant de prendre la tête de cette institution en 2017. 

Hommages

Dimanche, le chef de l'État Michel Aoun a rappelé que le cheikh Kabalan "a passé sa vie à œuvrer pour le vivre-ensemble, basé sur des valeurs nationales et de pardon". 

Dès samedi soir, le président du Parlement Nabih Berry a rendu hommage au cheikh Kabalan, qui était également président du comité chérié du mouvement Amal, dirigé par M. Berry. Dans un communiqué, il a salué la mémoire d'une figure "nationale", chantre de la justice, du vivre-ensemble et de la résistance contre l'occupation. Le mouvement Amal a pour sa part regretté le décès d'une des "plus grandes figures du monde arabe et musulman, qui a pendant des années défendu la nation et sa souveraineté".

De son côté, le Premier ministre sortant Hassane Diab a estimé qu'avec le décès du cheikh Kabalan, le Liban a perdu "un des plus grands symboles du dialogue, de la justice et du vivre-ensemble", saluant un homme de religion qui avait "consacré sa vie au service des valeurs nationales et islamiques".

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a pour sa part insisté sur "la lutte du cheikh Kabalan en faveur des pauvres et des faibles". "Il était un grand soutien à la cause palestinienne et à la Résistance au Liban, jusqu'à son dernier souffle", a ajouté le leader chiite.

Le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, plus haute autorité sunnite, a de son côté affirmé que le Liban a perdu "l'un des symboles de l'unité musulmane". Il a vanté le rôle que le cheikh Kabalan jouait lors des sommets religieux et inter-religieux dans le pays. Quant au patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, il a noté "l'affection du cheikh Kabalan pour le siège patriarcal maronite", mettant en avant "la valeur ajoutée" que représentait le dignitaire chiite sur le plan national et religieux. Le cheikh Akl druze Naïm Hassan a pour sa part rendu hommage à "'l'humanisme sans limite du cheikh Kabalan" et ses efforts en faveur du "vivre-ensemble".

Une pluie d'hommages a été rendue au président du Conseil supérieur chiite, le cheikh Abdel Amir Kabalan, décédé samedi soir à l'âge de 85 ans des suites d'une longue maladie. La dépouille mortelle du dignitaire chiite libanais a été transportée dimanche matin au siège du Conseil supérieure chiite où des condoléances se tenaient en présence d'officiels et de diplomates. Ses...
commentaires (3)

TOUS CES DIGNITAIRES RELIGIEUX QUI METTENT DES LIGNES ROUGES POUR COUVRIR LES DELITS DES CRIMINELS CHACUN DE SA BERGERIE, CEUX QUI SONT RESTES NOUS CHANTENT LES BIENFAITS DE CELUI QUI EST PARTI ET QUI AURAIT FAIT LA MEME CHOSE S,IL N,ETAIT PAS PARTI MAIS UN AUTRE EN AURAIT. - ALLAH YIRHAMOU ET MES CONDOLEANCES A LA COMMUNAUTE CHIITE SANS EXCEPTION.

LA LIBRE EXPRESSION

14 h 43, le 05 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • TOUS CES DIGNITAIRES RELIGIEUX QUI METTENT DES LIGNES ROUGES POUR COUVRIR LES DELITS DES CRIMINELS CHACUN DE SA BERGERIE, CEUX QUI SONT RESTES NOUS CHANTENT LES BIENFAITS DE CELUI QUI EST PARTI ET QUI AURAIT FAIT LA MEME CHOSE S,IL N,ETAIT PAS PARTI MAIS UN AUTRE EN AURAIT. - ALLAH YIRHAMOU ET MES CONDOLEANCES A LA COMMUNAUTE CHIITE SANS EXCEPTION.

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 43, le 05 septembre 2021

  • RIP sheikh

    Gros Gnon

    14 h 33, le 05 septembre 2021

  • Contributions spectaculaires en effet... Enfin, paix a son âme.

    Mago1

    04 h 08, le 05 septembre 2021

Retour en haut