Rechercher
Rechercher

Environnement - Environnement

Malgré la crise, Swim Lebanon à la rescousse des plages du pays

Du Sud au Nord en passant par Beyrouth, l’ONG se lance le défi de nettoyer des parties de la côte pour redonner espoir aux Libanais et sensibiliser à l’écologie.


Malgré la crise, Swim Lebanon à la rescousse des plages du pays

Les volontaires de Swim Lebanon ont lancé leurs activités à Naqoura samedi dernier. Photo DR

Alors que le pays se noie dans la crise et que la plupart des Libanais broient du noir, l’ONG Swim Lebanon lance un vaste programme de nettoyage des principales plages du pays. Une manière de résister un tant soit peu face à l’incurie et à la morosité ambiantes et de semer un peu de positivité malgré l’effondrement généralisé.Ces activités, qui ont commencé le week-end dernier à Naqoura et à Tyr, dans le Sud, devraient se clôturer le 3 octobre sur le littoral de Tripoli, au Nord. Le prochain arrêt du groupe sera à Ghazié samedi puis à Saïda dimanche pour y mener des opérations de ramassage des déchets, mais aussi pour faire de la natation de haut niveau, le tout dans le but de sensibiliser à la protection de l’environnement.

Lire aussi

Où se baigner cet été, malgré tout, au Liban

Le groupe sera à Damour le 4 septembre puis à Beyrouth le 5. Il se rendra ensuite à Jiyé le 11 septembre, à Jounieh le 12, à Oqaïbé le 18, à Jbeil le 19, à Heri et Chekka le 25 puis à Batroun le 26 septembre. Les activités de nettoyage de la côte seront clôturées à Enfé puis à Tripoli les 2 et 3 octobre. « Le week-end dernier, nous avons été rejoints par de nombreux universitaires de Nabatiyé. Certains jeunes qui ont pris part au nettoyage de la plage à Naqoura ont même campé sur place. À Tyr, nous avons été rejoints par des militaires et une nageuse suisse », raconte Elizabeth Sofian, cofondatrice de l’association, aux côtés de son partenaire Nabil Aouad. « Notre objectif est de nettoyer la côte du Sud au Nord tous les week-ends. Nous nous arrêterons à Tripoli, mais nous espérons pouvoir nettoyer les plages du Akkar dans un second temps », ajoute-t-elle.

À Tyr, dimanche, opération nettoyage suivie d’une séance de natation de haut niveau. Photo DR

Une initiative positive

Critiquée par certains car elle s’occupe d’écologie au moment où le pays s’enfonce dans une crise économique sans précédent, Elizabeth Sofian explique qu’une telle initiative est d’autant plus importante dans de telles circonstances. « Plusieurs personnes nous ont conseillé d’annuler notre programme et d’aider les gens autrement, mais aujourd’hui, elles sont mobilisées à nos côtés. Le pays est certes dans un état de délabrement, mais il ne faut pas le négliger encore plus. Malgré tout ce qui se passe, nous continuons de croire au Liban et à un avenir meilleur », lance cette militante. « Nous espérons pouvoir sensibiliser les Libanais, et surtout les jeunes, à l’écologie afin de former une génération qui s’intéresse au tri à la source et au recyclage. Notre but est aussi d’encourager le sport et de faire découvrir le tourisme interne », confie Mme Sofian.

Une campagne de nettoyage des principales plages du pays jusqu’au 3 octobre prochain.

Fondée il y a deux ans, l’association Swim Lebanon a dû retarder ses projets en raison des crises successives, avant de se décider à se lancer cet été envers et contre tout. « Nous avons finalement décidé qu’il était temps de commencer le travail sur le terrain. Nous ne pouvons pas attendre que toutes les crises se terminent ! A ce train-là, on ne travaillera jamais », constate la cofondatrice de l’association. « Nous avons tendance à oublier à quel point le pays est beau. Il faut commencer par changer nos habitudes », ajoute-t-elle.

Pour rejoindre les volontaires de Swim Lebanon, il est possible de s’inscrire sur le site www.swimlebanon.org ou sur les pages de l’association sur Facebook et Instagram @swiminitiative, ou encore d’appeler le 76/781230


Alors que le pays se noie dans la crise et que la plupart des Libanais broient du noir, l’ONG Swim Lebanon lance un vaste programme de nettoyage des principales plages du pays. Une manière de résister un tant soit peu face à l’incurie et à la morosité ambiantes et de semer un peu de positivité malgré l’effondrement généralisé.Ces activités, qui ont commencé le week-end dernier...

commentaires (1)

BRAVO !

Marie Claude

08 h 51, le 26 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • BRAVO !

    Marie Claude

    08 h 51, le 26 août 2021

Retour en haut