Rechercher
Rechercher

Économie - Pénurie de mazout au Liban

Les distributeurs de fuel évoquent une amélioration "dans les prochains jours"

Le ministre sortant des Finances autorise l'ouverture d'une ligne de crédit pour l'importation de gas-oil à destination des centrales d'EDL.

Les distributeurs de fuel évoquent une amélioration

Une Libanaise s'éclairant à la chandelle pour ranger des vêtements, à Beyrouth, le 10 juillet 2021. Photo AFP / ANWAR AMRO

Le représentant des distributeurs de carburant au Liban, Fady Abou Chakra, a annoncé mercredi une amélioration "dans les prochains jours" de l'approvisionnement en mazout sur le marché libanais, qui connaît depuis des mois une sévère pénurie. Cette crise a provoqué ces derniers jours une aggravation des coupures de courant dans le pays, les propriétaires de générateurs privés ne parvenant plus à alimenter suffisamment leurs infrastructures pour couvrir toutes les heures de rationnement de l'électricité de l'Etat. À court de devises, le pays peine en effet à importer suffisamment de carburant pour faire fonctionner ses centrales et le rationnement peut atteindre jusqu'à 23 heures par jour.

"Les sociétés importatrices ont commencé à commander des navires de mazout, ce qui va soulager le marché d'ici quelques jours", a déclaré M. Abou Chakra à l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Il a encore insisté sur l'importance d'approvisionner le marché en mazout au vu "du rationnement extrême de l'électricité" produite par Electricité du Liban (EDL). "Le citoyen n'a pas à subir les conditions posées par telle ou telle instance", a-t-il lancé, en référence probable à la Banque du Liban, qui est chargée de l'ouverture de lignes de crédit pour les importations de carburant, subventionnées au taux de 3.900 livres libanaises pour un dollar (contre un taux sur le marché parallèle tournant autour des 20.000 LL). 

Gas-oil pour EDL
Par ailleurs, pour tenter de soulager également les habitants du Liban face aux pénuries d'électricité, le ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, a autorisé dans la journée l'ouverture d'une ligne de crédit pour l'importation de gas-oil à destination des centrales d'EDL. Selon son bureau de presse, cette ligne de crédit s'élève à 35.472.360 dollars. Le texte ne précise pas les quantités de carburant qui seront importées.

Lire aussi

Les industriels vont importer leur propre mazout

En plus de s'approvisionner en carburant selon le mécanisme de spot-cargo (appel d’offres ponctuel permettant d’acheter des hydrocarbures au prix du marché) pour alimenter ses centrales, le Liban devrait prochainement bénéficier de l'importation d'un million de tonnes de pétrole irakien, ce qui permet en théorie de couvrir un tiers des besoins annuels d’EDL (fuel-oil de grades A et B et gas-oil inclus). Toutefois, le fuel irakien ne pouvant pas être utilisé par les centrales libanaises, en raison notamment de sa teneur élevée en soufre, les quantités fournies serviront donc de monnaie d’échange qui permettront au Liban d’acheter du carburant compatible auprès d’autres fournisseurs.

Sit-in et perquisition
Sur le terrain, pour protester contre la pénurie, des manifestants ont coupé la route de Beddaoui au Liban-Nord avec des camions et des voitures pour "dénoncer la détérioration de leurs conditions de vie et les pénuries de mazout sur le marché", rapporte l'Agence nationale de l'information (Ani, officielle). L'armée libanaise est intervenue pour rouvrir les voies, le sit-in ayant provoqué de graves embouteillages. Dans la Békaa, des propriétaires de générateurs privés et des habitants du village de Kab Elias ont organisé un sit-in devant le bâtiment d'EDL. Ils ont protesté contre "les coupures permanentes du courant électrique, la pénurie du mazout et l'augmentation de son prix sur le marché parallèle qui a atteint 270.000 LL (les 20 litres, ndlr)", selon la chaîne locale LBCI.

Et les perquisitions se poursuivent par ailleurs contre les commerçants et particuliers qui stockent illégalement du mazout pour le revendre sur le marché noir. Dans ce contexte, des inspecteurs du ministère de l'Economie et de la Sécurité de l'Etat de la région d'Amioun, dans le caza du Koura (Liban-Nord), ont par ailleurs confisqué mercredi "de grandes quantités de mazout stockées dans des citernes de stations-service de la compagnie Aouad Arida dans région de Bohsas, près d'Electricité de Qadisha". Selon l'ANI, ces quantités "seront redistribuées de manière équitable aux propriétaires de générateurs privés de la région, conformément aux instructions du procureur général ".


Le représentant des distributeurs de carburant au Liban, Fady Abou Chakra, a annoncé mercredi une amélioration "dans les prochains jours" de l'approvisionnement en mazout sur le marché libanais, qui connaît depuis des mois une sévère pénurie. Cette crise a provoqué ces derniers jours une aggravation des coupures de courant dans le pays, les propriétaires de générateurs privés ne...

commentaires (1)

les perquisitions se poursuivent par ailleurs contre les commerçants et particuliers qui stockent illégalement du mazout pour le revendre sur le marché noir.. il semble que cela soit un véritable sport national élevé à la hauteur d'une véritable institution. Serions nous, donc, a ce point corrompus ? Certains, donc, au mépris de toute mesure de précaution, sont capable jusqu'à stocker du carburant

C…

15 h 41, le 28 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • les perquisitions se poursuivent par ailleurs contre les commerçants et particuliers qui stockent illégalement du mazout pour le revendre sur le marché noir.. il semble que cela soit un véritable sport national élevé à la hauteur d'une véritable institution. Serions nous, donc, a ce point corrompus ? Certains, donc, au mépris de toute mesure de précaution, sont capable jusqu'à stocker du carburant

    C…

    15 h 41, le 28 juillet 2021

Retour en haut