Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

Le Liban "sur le point de s'effondrer" en raison de la mainmise de l'Iran, selon le PM israélien

Israël, "en alerte", suit la crise libanaise pour s'assurer qu'elle ne déborde pas au-delà de la frontière, affirme Naftali Bennett.

Le Liban

Le Premier ministre israélien, Naftali Bennett. Photo d'archives AFP/Emmanuel Dunand

Le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a estimé dimanche que le Liban était au bord de l'effondrement en raison de la mainmise de l'Iran sur le pays, en référence à la présence armée du Hezbollah, ennemi-juré d'Israël et proche allié de Téhéran. Il a aussi assuré qu'il suivait la crise de près pour éviter tout débordement frontalier, rapporte le quotidien israélien Jerusalem Post.

"Le Liban est sur le point de s'effondrer, comme tous les pays sur lesquels l'Iran met la main", a averti Bennett, au début de la réunion du Conseil des ministres. "Les citoyens libanais paient un lourd tribut à la mainmise iranienne sur le pays", a-t-il encore jugé, en allusion à la milice chiite financée par l'Iran qui contrôle de larges pans du territoire libanais, notamment le Sud, la Békaa et la banlieue-sud de Beyrouth. Poids lourd de la vie politique libanaise, le Hezbollah, qui possède un vaste arsenal militaire, est la seule faction libanaise à ne pas avoir rendu les armes au sortir de la guerre civile (1975-1990).

"Israël observe de près la situation et nous resterons en alerte", a assuré le Premier ministre israélien. "Nous suivons la crise libanaise pour s'assurer qu'elle ne déborde pas au-delà de la frontière", a-t-il ajouté, alors que le Liban est en proie à un effondrement socio-économique grave, marqué par une dépréciation de la monnaie locale, une paupérisation de la population et des pénuries massives.

"Un exemple parmi d'autres"

Ces propos interviennent au lendemain de l'interception par l'armée israélienne d'une importante cargaison de munitions et d'armes, passées en contrebande à travers la frontière libanaise vers Israël - "un exemple parmi de nombreux autres", a affirmé M. Bennett. Des forces de sécurité israéliennes ont saisi dans la nuit de vendredi à samedi "des munitions et 43 armes", d'une valeur de près de 700.000 euros et dit examiner "notamment la possibilité que la tentative de contrebande ait reçu l'aide de l'organisation terroriste Hezbollah". Israël est techniquement en guerre avec Le Liban. La ligne de démarcation entre les deux pays est le théâtre d'incidents voire d'affrontements sporadiques. 

Lire aussi

Aides humanitaires au Liban : Gantz affirme que son pays a contacté la Finul

La semaine dernière, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a proposé l'aide de son pays et contacté la Force intérimaire des Nations unies (FINUL), affirmant "être prêt à agir aujourd'hui, à encourager les autres pays à tendre la main au Liban afin de l'aider à s'épanouir à nouveau et à sortir de son état de crise" "En tant qu'Israélien, en tant que juif et en tant qu'être humain, j'ai mal au cœur en voyant les images de personnes souffrir de faim dans les rues du Liban", avait-il ajouté. 

Le Liban attend depuis près de onze mois la formation d'un gouvernement chargé de mettre en place des réformes, condition sine qua non de l'obtention de l'aide de la communauté internationale, dont il a besoin pour se relever de son effondrement économique, social et financier. Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid avait auparavant manifesté son soutien au pays du cèdre. "Je compatis avec le peuple du Liban. La crise économique là-bas est horrible. J'espère qu'ils s'en remettront et formeront un gouvernement", avait-il déclaré. Il avait également estimé que le Liban n'était plus "un pays dans lequel évolue une organisation terroriste, mais une organisation terroriste qui possède un pays", en référence à ce qu'il considère comme la mainmise du Hezbollah sur le Liban.


Le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a estimé dimanche que le Liban était au bord de l'effondrement en raison de la mainmise de l'Iran sur le pays, en référence à la présence armée du Hezbollah, ennemi-juré d'Israël et proche allié de Téhéran. Il a aussi assuré qu'il suivait la crise de près pour éviter tout débordement frontalier, rapporte le quotidien israélien...

commentaires (9)

ET L,EFFONDREMENT DU SYSTEME BANCAIRE ET DES BANQUES EN GENERAL ET DU SYSTEME FINANCIER LIBANAIS, N,ETAIT-CE PAS UNE CHOSE QU,ISRAEL REVENDIQUAIT AUPRES DES AMERICAINS EN DISANT QU,AINSI ON REDUIRAIT LE HEZBOLLAH. ISRAEL EST DERRIERE L,EFFONDREMENT FINANCIER DU PAYS. MAIS L,ANARCHIE ET LE CHAOS RENDENT PLUS FORT LE HEZBOLLAH. LE PEUPLE LIBANAIS SOUFFRE. LE HEZBOLLAH S,EFFORCE ET N,EN A CURE. VOILA VOTRE ACHEVEMENT ISRAEL.

L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

12 h 54, le 12 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • ET L,EFFONDREMENT DU SYSTEME BANCAIRE ET DES BANQUES EN GENERAL ET DU SYSTEME FINANCIER LIBANAIS, N,ETAIT-CE PAS UNE CHOSE QU,ISRAEL REVENDIQUAIT AUPRES DES AMERICAINS EN DISANT QU,AINSI ON REDUIRAIT LE HEZBOLLAH. ISRAEL EST DERRIERE L,EFFONDREMENT FINANCIER DU PAYS. MAIS L,ANARCHIE ET LE CHAOS RENDENT PLUS FORT LE HEZBOLLAH. LE PEUPLE LIBANAIS SOUFFRE. LE HEZBOLLAH S,EFFORCE ET N,EN A CURE. VOILA VOTRE ACHEVEMENT ISRAEL.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 54, le 12 juillet 2021

  • Hypocrisie de la part des israéliens , ils sont ravis c’est la manna

    Eleni Caridopoulou

    11 h 58, le 12 juillet 2021

  • Le Hezb est un parti anti-Liban, comme le sont tous les partis islamistes. Si demain tout ou parti du territoire libanais devait rejoindre l'Iran, avec les territoires chiites de Syrie et d'Irak, cela conviendrait parfaitement à ces traîtres, seint de l'écharpe auto proclamée de la résistance, tout comme cela conviendrait aux suniites de disposer d'un seul pays, sans chrétiens, chiites et autres... De toute manière tous ces pays arabes et/ou musulmans, systématiquement, mécaniquement, inexorablement, deviennent des dictatures plus ou moins tyranniques, plus ou moins misérables, plus ou moins "développées" mais toujours des contre modèles qu'ils soient "laïcs" ou islamistes déclarés. Le modèle israéliens, aussi imparfait soit il, souligne cruellement, par sa réussite, la nullité misérable de tout ce "monde arabe". 7 millions de Juifs dans un tout petit territoire insuporte 300 millions d'arabo-musulmans, tout comme les Chrétiens les insuportent, tout comme ils ne se supportent d'ailleurs pas entre chiites et sunnites.

    Zahar Nicolas / CONSEILS & GESTION SARL.

    09 h 58, le 12 juillet 2021

  • Supposons un instant que ce que dit Israël n'est pas vrai, qu'Israël soir injuste en accusant le Hezbollah de tous les maux que subit le Liban! Supposons que le Hezbollah soit vraiment un parti libanais patriote, fortement attaché au Liban et grand défenseur de sa prospérité et du bien-être de sa population: pourquoi donc alors qu'il est le parti le plus puissant au Liban, qu'il contrôle tous les rouages des institutions de l'État, qu'il peut y faire la pluie et le beau temps, pourquoi permet-il que la situation des libanais se soit à ce point dégradée, pourquoi accepte-t-il que les banques volent les déposants, pourquoi ne réagit-il pas à ce qui provoque l'appauvrissement de ses concitoyens et ne redresse-t-il pas la situation? Pourquoi ne poursuit-il pas les corrompus? Pourquoi fait-il en sorte que les libanais se disent: au fond Israël a raison? Pratique-t-il donc une politique délibérée visant à la disparition du Liban? Ce parti doit abattre ses cartes. Le Liban et les libanais n'en peuvent plus!

    Georges Airut

    03 h 12, le 12 juillet 2021

  • Nous préférons massivement une paix avec Nos voisins du sud plutôt que la mainmise de l’Iran obscure et moyenâgeuse avec laquelle nous ne partageons rien.

    Wow

    00 h 36, le 12 juillet 2021

  • Pauvre, pauvre Liban.

    Gougassian Jean-Jacques

    20 h 05, le 11 juillet 2021

  • Hélas, il a bien raison…

    LeRougeEtLeNoir

    19 h 55, le 11 juillet 2021

  • Le Liban n'a qu'un seul et unique ennemi bien réel dans sa maison ...

    Remy Martin

    17 h 51, le 11 juillet 2021

  • C’est à se demander qui est véritablement l’ennemi ! L’oppresseur ne serait il pas la République Islamique ? Leur agent ne serait il pas le HZB ? Notre ennemi officiel nous tend la main et notre soit disant ami nous cause toutes sortes de souffrances. La réponse se trouve dans la logique.

    KARAM Peter

    17 h 09, le 11 juillet 2021

Retour en haut