Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

Le Vatican "ne peut pas seul aider le Liban"

Le programme de la journée de réflexion et de prière pour le Liban au Saint-Siège dévoilé.

Le Vatican

Le Vatican, avec la place Saint-Pierre et la basilique, le 6 avril 2020. Photo AFP/Archives

"Le Vatican ne peut pas seul aider le Liban, mais c'est à l'ensemble de la communauté internationale" d'apporter ce soutien au pays du Cèdre, en plein effondrement socio-économique et financier, a déclaré vendredi le secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États, Mgr Paul Richard Gallagher. 

Le prélat a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse visant à annoncer le programme de la journée de réflexion et de prière pour le Liban, qui aura lieu le 1er juillet prochain. Cet événement est organisé par le pape François, qui accueillera à cette occasion les chefs des dix communautés chrétiennes libanaises. Le pontife a souhaité organiser cette rencontre pour discuter avec eux de "la situation préoccupante" dans leur pays et "prier pour le don de la paix et de la stabilité".

Lors de cette journée, le pape recevra dans un premier temps les représentants chrétiens libanais à la Résidence Sainte-Marthe. Suivront trois séances de "consultation" pendant lesquelles le point de vue de chaque dignitaire sera présenté. A la fin de la journée, aucun communiqué commun ne sera publié, a souligné lors de la conférence de presse le préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, le cardinal Leonardo Sandri. Toutefois, a-t-il précisé, le pape prononcera un discours qui "donnera des indications" et pourra être lu comme un "programme" pour le futur du Liban. La journée sera conclue par une prière œcuménique pour la paix dans la basilique Saint-Pierre.

Initiatives de solidarité
"La rencontre ne se limitera pas à une prière, mais sera suivie d'une série d'initiatives de solidarité", ont fait savoir Mgr Sandri et l'archevêque Gallagher, selon des déclarations rapportées par l'Agence nationale libanaise d'Information (Ani, officielle). "Nous voulons que soit dégagée une vision commune de la situation avec les chefs des confessions afin de mieux comprendre ce qu'il se passe et d'avancer comme nous le devons" sur ce dossier, a détaillé Mgr Gallagher. "Le Vatican ne peut pas aider seul le Liban, nous estimons donc que l'ensemble de la communauté internationale devrait soutenir ce pays", a également affirmé le secrétaire pour les relations avec les Etats. 

Seront présents le 1er juillet au Vatican, à titre de représentants des communautés rattachées au Saint-Siège, le nonce apostolique au Liban, Mgr Joseph Spiteri – qui sera le modérateur de la rencontre –, le patriarche maronite Béchara Raï, le patriarche syriaque catholique Ignace Youssef III Younan, le patriarche melkite Youssef Absi, l’évêque chaldéen Michel Kassarj et le vicaire apostolique de l’Église latine Mgr Cesar Essayan. Un délégué de l’Église catholique arménienne devrait probablement être envoyé, le patriarche Grégoire Pierre XX Ghabroyan étant décédé le 25 mai dernier, a encore précisé Mgr Leonardo Sandri, selon un verbatim de la conférence publié sur le site Vatican News. Et au niveau des Eglises non-rattachées au Vatican, participeront à la rencontre le patriarche grec-orthodoxe Youhanna X Yazigi, le Catholicos de l’Église arménienne apostolique de Cilicie, Aram Ier, le patriarche syriaque-orthodoxe Ignazio Aphrem II et le révérend Joseph Kassbhas du Conseil suprême de la communauté évangélique du Liban.

Lire aussi

« Église maronite, où vas-tu ? » l’interrogation existentielle au cœur du synode annuel à Bkerké


Lors de la conférence de presse, le cardinal Sandri a également annoncé qu'un "logo" a été conçu pour l'événement, représentant la statue de Notre-Dame de Harissa "qui veille sur le Liban", un cèdre et un "nouveau soleil qui se lève sur le pays", a souligné le cardinal Sandri, selon des propos rapportés par I Média, une agence de presse française basée au Vatican. Commentant la composition de ce logo, Mgr Sandri a cité les paroles du poète libanais Khalil Gibran : "Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit". 

"Espoir et espérance"
Au Liban, le président de la République, Michel Aoun, a remis vendredi au chargé d'affaires de la nonciature apostolique du Vatican, Guiseppe Franconi, une lettre adressée au pape François, dans laquelle il le remercie d'organiser cette rencontre avec les chefs spirituels chrétiens libanais.

Le président libanais, Michel Aoun, remettant au chargé d'affaires de la nonciature apostolique du Vatican, Guiseppe Franconi, une lettre adressée au pape François, le 25 juin 2021. Photo Dalati et Nohra

"Les Libanais attendent avec beaucoup d'espoir et d'espérance la rencontre convoquée par le pape", a souligné le chef de l'Etat lors de sa réunion avec le diplomate du Vatican. Le Liban "a besoin du soutien de pays frères et amis, au premier rang desquels nous comptons le Vatican, étant donné sa place dans le monde et le rôle que joue le pape François", a-t-il ajouté. Dans cette missive, le chef de l'État présente également au souverain pontife sa vision du rôle que doivent jouer le Liban et les Libanais dans la région et dans le monde. Pour sa part, Mgr Franconi a affirmé que le Saint-Père accordait une attention particulière au Liban et que la rencontre du 1er juillet sera l'occasion de réaffirmer le position du Saint-Siège vis-à-vis du pays du Cèdre.

Le pape François a manifesté à plusieurs reprises son intérêt pour le Liban. Dans son dernier message à l'occasion de Pâques, il a appelé la communauté internationale à "soutenir le peuple libanais, qui traverse une période de difficultés et d’incertitudes", remerciant le Liban d'accueillir "de très nombreux réfugiés ayant fui le conflit syrien" et souhaitant qu'il soit "soutenu par la communauté internationale dans sa vocation d’être une terre de rencontre, de coexistence et de pluralisme". Le souverain pontife a aussi exprimé le désir de se rendre en visite au Liban, mais aucune date n'a été fixée jusqu'à présent pour cet éventuel déplacement. Son prédécesseur, Benoît XVI, est le dernier pape à avoir foulé le sol libanais, en septembre 2012.


"Le Vatican ne peut pas seul aider le Liban, mais c'est à l'ensemble de la communauté internationale" d'apporter ce soutien au pays du Cèdre, en plein effondrement socio-économique et financier, a déclaré vendredi le secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les États, Mgr Paul Richard Gallagher. Le prélat a fait cette déclaration lors d'une conférence de presse...

commentaires (2)

il n'y a que qqs imbeciles qui croient ferme que pti gendre, son bo pere, nasrallah et les autres vont y remedier.

Gaby SIOUFI

15 h 50, le 26 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • il n'y a que qqs imbeciles qui croient ferme que pti gendre, son bo pere, nasrallah et les autres vont y remedier.

    Gaby SIOUFI

    15 h 50, le 26 juin 2021

  • SI LE VATICAN PEUT DEBARRASSER LE LIBAN DES DEUX BELIERS BISCORNUS DE LA BERGERIE MARONITE RESPONSABLES DES BLOCAGES ET DES CATASTROPHES QUI FRAPPENT LE PAYS, IL SAUVERA LE PAYS.

    ZERO PLAINTE. CENSURE PLAIT. SOUTENONS DONC L,OLJ.

    18 h 06, le 25 juin 2021

Retour en haut