Rechercher
Rechercher

Économie - Audit juricomptable

Aoun met toujours la pression sur la BDL et les Finances

Le président Michel Aoun a rappelé hier sur le compte Twitter de la présidence qu’il ne restait que quelques jours pour remettre les documents demandés par le cabinet Alvarez & Marsal, mandaté en septembre pour remplir cette mission. Un message adressé aussi bien au gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé qu’au ministre sortant des Finances Ghazi Wazni, dont le ministère doit assurer la transmission des documents au cabinet d’audit. Les deux hommes sont régulièrement critiqués par le chef de l’État et son camp politique qui ont fait de cet audit un de leurs chevaux de bataille.

Selon une source anonyme contactée par L’Orient-Le Jour, la BDL affirme avoir déjà remis au ministre sortant des Finances « tous les documents requis », mais rien ne permet pour l’instant de confirmer que l’intégralité des éléments jugés indispensables par Alvarez & Marsal pour démarrer l’audit ont effectivement été relayés. Les propos du chef de l’État interviennent alors que le délai accordé à la Banque centrale pour fournir les documents en question à la société concernée expire aujourd’hui.

L’audit des comptes de la BDL et son volet juricomptable, qui doit en théorie permettre de remonter à la source des éventuelles transactions douteuses détectées, sont une des réformes demandées par les soutiens du Liban susceptibles de débloquer une assistance financière au pays. Mandaté en septembre, Alvarez & Marsal a jeté une première fois l’éponge en novembre face au refus de la BDL de lui transmettre l’essentiel des informations demandées en invoquant la loi libanaise sur le secret bancaire. Si cet argument est considéré comme inopérant, notamment par la ministre sortante de la Justice, Marie-Claude Najm, le Parlement a adopté en décembre une loi levant le secret bancaire pendant un an sur les comptes de la BDL et ceux des institutions publiques.

Le ministère des Finances a ensuite démarché à nouveau le cabinet pour le convaincre de remettre le pied à l’étrier, et le 6 avril, les parties s’étaient finalement entendues pour que la BDL remette les documents requis dans un délai expirant le 30 avril, soit aujourd’hui.


Le président Michel Aoun a rappelé hier sur le compte Twitter de la présidence qu’il ne restait que quelques jours pour remettre les documents demandés par le cabinet Alvarez & Marsal, mandaté en septembre pour remplir cette mission. Un message adressé aussi bien au gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé qu’au ministre sortant des Finances Ghazi Wazni, dont le ministère...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut